9 avril 2014

dans le Mâconnais, Marcel COUTURIER : une sensibilité drapée de sourire.

by Patrick Maclart

Marcel COUTURIER, c’est un regard toujours bleu empli de malice, et un sourire franc et spontané. A 48 ans, il a créé le domaine de rien, avec même pas un hectare de vignes… « Il n’y avait rien ici, à la place de la cave c’était une friche. Mes parents ont toujours eu peu de vignes, mais ils avaient surtout des vaches et des céréales » dit Marcel avec justesse et bon sens, qualités qui sont chez lui nature.

un éternel sourire sincère boulonné sur son visage, Marcel COUTURIER est on ne peut plus authentique.

un éternel sourire sincère boulonné sur son visage, Marcel COUTURIER est on ne peut plus authentique.

On se demande alors ce qui va amener notre vigneron à la vigne. C’est simple, son oncle René PERRATON a un domaine et Marcel y travaillait, faisait les vendanges. A l’installation, il sera au départ coopérateur et en sortira en 2005, bien qu’il livre encore quelques raisins; « j’ai commis des erreurs à mes débuts, mais j’apprends vite, et longtemps » dit notre homme en toute simplicité.

A la vigne, le travail est selon Marcel ni bio ni conventionnel; « mais je fais ce que je veux. Ce qui est sûr, c’est que je n’utilise pas de désherbant. Je laboure y compris l’intercep. Pas d’enherbement, chez moi ça rime avec emmerdement (sic !) ».

un vignoble bien tenu, sans dogme, juste avec la bonne vision du travail.

un vignoble bien tenu, sans dogme, juste avec la bonne vision du travail.

Au chai, les vendanges sont manuelles sauf pour 20 % du vignoble. Pressoir pneumatique, pressée de 3 heures. Encuvage, débourbage à froid durant 36 heures, entonnage direct. Les deux fermentations auront lieu en fûts sur lies très fines, bâtonnage; l’élevage sur fûts concerne la quasi-production, et certains sont neufs. Il durera 11 mois en général, sauf le Mâcon blanc et un des Saint-Véran. Mise en bouteilles avec collage pas systématique, et filtration de sécurité.

l'élevage en fûts est quasiment incontournable chez Marcel COUTURIER.

l’élevage en fûts est quasiment incontournable chez Marcel COUTURIER.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur presque 10 hectares et élabore 24.000 bouteilles. une partie est vendue chez Bret Brothers en raisins, une autre à la cave coopérative pour un peu plus de 3 hectares. 80 % de la production part à l’export avec pour marchés principaux la Grande-Bretagne et la Belgique.

Malgré des dehors souriants, que d’aucuns qualifieront de désinvoltes, Marcel est sensible, avec une fierté bien placée. Un guide (dont je me fais un plaisir à taire le nom) lui avait demandé des échantillons pour dégustation et qui avait rendu les fiches avec un 0/100 pointé (alors que les dites-fiches que j’ai vues reprenaient de bons commentaires de dégustation !). Marcel a donc pris la décision de mettre en contre-étiquette un gros carré rouge reprenant un 18/20 bien claquant, pour un pied-de-nez à ce qui souvent séduit les amateurs lointains du vin : le bûcher des vanités. Bûcher, Marcel sait ce que c’est, c’est se lever tôt le matin, se coucher tard le soir, et être satisfait du travail accompli.

ENSEIGNE

domaine Marcel COUTURIER
Marcel COUTURIER

« les Pelées »
F-71960  FUISSE

tél. +33 (0)3 85 35 63 27

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Marcel pour ce très bon moment passé ensemble. Vraiment un mec bien. Pour voir la vidéo tournée avec Marcel, CLIQUEZ ICI.

GAMME

Mâcon Loché « les Longues Terres » 2012
nez classique, mûr, un peu réservé mais c’est complet et tout est en place. La bouche est ronde, fluide, équilibrée, jolie petite trame acide bien placée. Finale ronde.

un vin classique avec tous ses éléments en place. Une bouteille fiable, nécessaire dans une bonne cave.

un vin classique avec tous ses éléments en place. Une bouteille fiable, nécessaire dans une bonne cave.

Saint-Véran « la Cour des Bois » 2012
nez complet, équilibré, pomme verte, pointe épicée, cacahouète. La bouche est ronde, assez fine, et finit b ien sur une petite note boisée de bon aloi.

Saint-Véran « le Vallon » 2012
issu de très vieilles vignes de plus de 80 ans. Joli nez solaire, riche, épices, fruits secs, rond et plein. La bouche est ronde, pleine, intense, jolie rondeur, notes de noisette, ça finit confortable.

Pouilly-Loché « le Bourg » 2012
nez réservé, impression minérale, noisette. La bouche est fluide, ronde, agréable, petites épices. La finale est plus nerveuse. Belle longueur.

Pouilly-Fuissé « les Scellés 2012
nez assez concentré, du caractère mais aussi du plaisir, des notes plus florales : aubépine. La bouche est bien faite, joli caractère mais arrondi par un fruit mûr, de la rondeur, de jolies joues et une finale très belle entre gourmandise et des notes terriennes. Très beaux amers, c’est long.

un vin de caractère, mais avec quand même un  joli sourire. Charnu et long.

un vin de caractère, mais avec quand même un joli sourire. Charnu et long.

Pouilly-Loché « vieilles vignes » 2012
nez intense, citron confit, un peu réservé, de sacrées notes épicées. Belle attaque sur un fruité boisé bien harmonieux, il y a du vin là-dedans ! De beaux amers avec de la noisette, de la poire. Ca finit concentré, très long.

Pouilly-Loché 2005
nez amusant, un peu évolué, orange sanguine, épices, floral. La bouche est vineuse, ça tient bien, notes végétales et épicées, le fruit est un peu en retrait, mais c’est beau. Long et complexe.

un 2005 encore bien présent, avec de la chair, et une belle complexité. J'ai fait bonne chère !

un 2005 encore bien présent, avec de la chair, et une belle complexité. J’ai fait bonne chère !

10 Responses to “dans le Mâconnais, Marcel COUTURIER : une sensibilité drapée de sourire.”

  • Olivier

    Bonjour Pat,

    Je me suis délecté du reportage sur le domaine Marcel Couturier. 😉
    Un caviste me propose le simple Mâcon-Loché 2012.
    Penses-tu que ce soit une bouteille qui me permettra d’appréhender le style du domaine ?

    Amitiés,

    Olivier

    • salut Olivier,

      Mais bien sûr que tu peux t’éclater avec son Mâcon-Loché ! Je me demande même si cette bouteille n’a pas eu le coup de cœur du guide Hachette il y a peu, à vérifier.
      Tu achètes quelques cochonnailles de derrière les fagots (plutôt jambon persillé et quelques rillettes, et de la belle mortadelle italienne, de la vraie de Bologne), tu ouvre l’obus, tu sélectionnes les personnes qui vont partager ce moment, et en avant Guingamp !

      Tiens-moi au jus si tu as aimé.
      A bientôt, gourmandes salutations.

      Pat

  • Olivier

    Ouch ! Fallait pas me dire tout ça. 🙂 🙂
    Je sens qu’un de ces prochains jours, ça va dégoupiller ferme.
    Je te tiens au jus, bien entendu !

    À bientôt,

    Olivier

  • Olivier

    Bonjour Pat,

    Pfiouuuuu ! 😉
    Si le reste de la gamme est à l’image du « simple « Mâcon-Loché », alors ce domaine est probablement une de mes plus belles découvertes !
    Beau nez de fruits blancs et de citron mûr, bouche corpulente, à la fois large et longue et un final des plus salivant, très persistant.
    Quel beau vin !
    Je n’ai pas attaqué avec des cochonnailles mais un beau steak de thon rouge mi cuit et des morilles fraîches juste poêlées. Un accord proverbial.
    Merci pour cette belle découverte, je dévalise mon caviste et j’essaye de trouver le reste de la gamme et/ou de lui rendre visite lors de ma prochaine escapade bourguignonne.
    A recommander les yeux fermés.

    Amitiés (plus que) gourmandes,

    Olivier

    • salut mon Olivier,

      Je t’avais prévenu : fusée atomique à trois étages ! et en plus, si tu vas chez lui, tu vas passer un pétard de bon moment, il rit tout le temps, même quand il a des soucis. Son rire est sa plus belle arme.
      Les Pouilly sont tout comme lui : spontanés, riches de vie et de sourires.

      Maintenant, ton accord au thon rouge m’étonne et me donne les papilles qui dansent la salsa ! Je viens d’en parler à la blonde, il faut qu’on essaie.
      Bonnes pérégrinations gourmandes, amitiés.

      PS : à côté de ça, si tu ne lis que des canards « classiques », tu ne trouveras que les mêmes noms sur le Mâconnais, et tu ne verras Marcel nulle part. Eh ouais, pour ne pas se tromper, rien de tel que de ne parler que des stars, et faire les dégustations syndicales « étiquettes découvertes », vive le confort !

      Pat

  • Olivier

    Faut que je lui rende absolument une petite visite. 🙂
    Et laissons les adorateurs de stars à leurs icônes.

    Et pour le thon 😉 simplement grillé dans la poêle, avec une touche d’huile d’olive.
    Les morilles, simplement poêlées, pas d’esbroufe ni de sauce compliquée.
    Les morilles sont fraîches et pas déshydratées puis réhydratées !
    Le goût est bien plus subtil et élégant.

    Olivier

    • Pour moi ce midi, c’étaient des asperges d’Alsace que j’ai été cherchées à la ferme, près de Wasselonne, avec des fraises (pas mangées en même temps œuf corse), mais surtout des joues de lottes parfaitement cuites par ma blonde. Franchement, elle est pas belle la vie ?

      Belle soirée amigo.

      Pat

  • olivier2

    Bonjour Patrick, Moi c’est olivier2 car un autre Olivier a déjà laissé son avis que je partage. Je suis également allé visité ce domaine grâce à ton blog et je ne peux que répéter l’intérêt pour la qualité des vins et la belle personne qu’est Marcel.
    Bravo pour ton blog et les bons plans qui sortent des chemins balisés des guides!!!

    A bientôt

  • Charles

    Bonjour,

    Est-ce que vous connaissez des cavistes parisiens qui auraient des Mâcon-Loché de chez Couturier à la vente ?

    Je ne trouve pas de site Internet du domaine pour les contacter ..

    Merci d’avance !

    Charles.

    • Salut Charles,

      Merci de ton message. Tu sais, Marcel est plus un agriculteur qu’un communicant. Je ne sais même pas s’il a un site internet, attends je vais voir… Ben non. Il te faudra donc retourner sur l’article que j’ai écrit et le contacter par courrier ou par téléphone. Il se fera une joie de te répondre. C’est un gars extra, souriant, joyeux, et il met ses soucis dans sa poche, car ça ne regarde personne. Tu as du goût l’ami.

      Gourmandes salutations, merci de ta fidélité au blog.

      Patrick MACLART.

Répondre à Olivier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*