16 février 2011

Bravo Gevrey-Chambertin, quel courage !

by Patrick Maclart

 

Lors d’une récente réunion du syndicat viticole de Gevrey-Chambertin, ce dernier a mis en place la décision suivante : ne plus présenter d’échantillons aux différentes dégustations « primeur » organisées principalement par les revues spécialisées. Cette décision a été validée à 82 % par les membres de l’ODG de Gevrey-Chambertin, bravo. Le millésime 2010 ne sera donc plus présenté au printemps, mais en novembre 2011. Cette initiative va à contre-courant d’une mode créée il y a quelques années seulement, mais tend à respecter la nature de nos vins de Bourgogne, dont le travail fermentaire est plus long qu’à Bordeaux par exemple.

Une explication était alors indispensable. Jean-Michel GUILLON, président du syndicat, qui répond à mes questions.

Courageux village de Gevrey-Chambertin.

Bourgogne WineBlog : le syndicat de Gevrey-Chambertin a pris la décision de ne plus présenter le moindre échantillon de votre finage, quelle en est la raison principale ?

JMG : ça fait 2 ans que nous sommes en réflexion. Les vins n’étaient pas prêts pour ces dégustations, les malos étaient en cours, les boisés pas fondus, c’est comme juger un petit enfant sachant à peine marcher sur ses éventuelles aptitudes au football. En tout cas, nous ne voulons pas interdire à qui que ce soit de présenter des échantillons.

BWB : alors, comment va faire le syndicat pour promouvoir son millésime ?

JMG : le syndicat prend en charge la présentation du millésime au moment où le vin sera prêt, soit environ après un an d’élevage. Le vin est quasiment avant mise en bouteilles, et tout le monde a ses chances, tout le monde boxe dans la même catégorie.

BWB : comment la presse va réagir face à cette évolution ?

JMG : elle réagira positivement. Elle sera invitée à déguster tous les vins sur un même pied d’égalité. Mais non seulement les journalistes seront conviés, mais aussi les restaurateurs, les cavistes, les blogueurs, bref tous ceux qui sont concernés, intéressés, tous les professionnels.

BWB : est-ce que le syndicat aimerait que cette décision se propage dans la côte ?

JMG : on ne fait pas ça pour ça. On le fait pour la défense de l’appellation, et c’est notre rôle. Mais nous pensons que nous allons être suivis. Il faut savoir que l’origine de la dégustation « primeur » en Bourgogne a été instituée par les revues vins, afin de se mettre au diapason des primeurs de Bordeaux. Ce n’est pas le même cépage, ce n’est pas la même culture, ce n’est pas le même mode d’élevage, et d’autant pas la même façon de commercialiser le vin qu’à Bordeaux.

BWB : le syndicat aimerait-il que cette décision perdure dans le temps ?

JMG : bien sûr, on le fait pour la pérennité.

Merci Jean-Michel.

MA CONCLUSION

Ces dégustations n’ont aucun sens en Bourgogne. Si les dégustations primeur existent à Bordeaux, c’est surtout pour satisfaire par le passé l’intérêt et la curiosité des négociants et marchands de la place. En effet, à Bordeaux, les vins du château sont alloués à des courtiers qui vont les vendre à des négociants, bien souvent par un système d’allocations.

Tout s’organisera sous la protection du beau saint-Vincent de Gevrey.

En Bourgogne, c’est le domaine qui met ses vins en vente, ou la maison de négoce. Lorsque les dégustations primeur à Bordeaux arrivent, nos vins ne sont pas prêts. Les fermentations malolactiques sont en cours, et déforment énormément les parfums et arômes. Si par bonheur les malos sont finies, c’est la prise de bois qui est en cours, qui elle bouscule fortement la structure du vin.

Renoncer à ces dégustations relève du bon sens. Mais il faut du courage, car après quelques années certains ont cru bon de s’abreuver de ces notes de dégustation pour parfaire leurs achats.

Espérons que Gevrey amènera du monde dans son sillage. Bon vent et bonne chance Gevrey, BWB est avec vous.

Facebook Comments

Default Comments (23)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.