15 novembre 2010

à Volnay : Thiébault HUBER – domaine HUBER-VERDEREAU : bio et dynamique !

by Patrick Maclart

La première rencontre avec Thiébault HUBER date de 2001. J’ai le souvenir d’un homme sympathique, simple et accueillant. Quelques années plus tard, rien n’a changé. En tout cas dans la forme.

Né en 1970, Thiébault passe son enfance en Alsace. Intéressé par le vin, il se dirige vers une carrière de sommellerie. Carrière fulgurante qui n’a duré que 18 mois. Entre temps, son grand père a l’intention de céder le domaine familial VERDEREAU, à Volnay. Thiébault décide avec audace de reprendre ce domaine, et la propriété sera baptisée HUBER-VERDEREAU, en hommage à son aïeul.

Thiébault HUBER, souriant, naturel, élégant. Tout cela se ressent dans ses vins.

Il effectue son stage chez Jean-Marc BOULEY ; autre grand vigneron bourguignon volnaysien, et père de Thomas qui reprend avec talent le grand domaine familial. Thiébault apprendra plein de choses et sera aux manettes de différents millésimes.

Son premier millésime en son domaine sera 1994. Mais le bio le chatouille, et la biodynamie le gratouille ! C’est décidé, il passe tout en biodynamie en 2005. La propriété s’étend sur 6,5 hectares.

Les vins du domaine sont élégants, séduisants, profonds, terriens, et dotés d’un fruité pur et délicat. Les blancs doivent progresser. Même si certaines vignes sont à Pommard, c’est l’élégance, la classe qui dominent les vins rouges.

Toute la gentillesse d’un homme heureux d’être là se retrouve dans ses vins.

église volnay

domaine HUBER-VERDEREAU

rue de la Cave
F-21190 VOLNAY

tél. 00 33 (0)3 80 22 51 50
site internet : CLIQUEZ ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, même si quelques notes des dégustations de ces derniers mois se retrouvent en bas de page.Une gamme élégante et bien habillée… L’élégance est le maître-mot de ce domaine

Bourgogne aligoté 2008 – 6 €
Nez discret, notes végétales. Bouche neutre, tendue. Finale raide.

Bourgogne blanc 2008 – 7.50 €
Nez de poire juteuse, beau fruité. Bouche mignonne, tendue en finale, très 2008 somme toutes.

Bourgogne blanc « pré aux Dames » 2008 – 9 €
Parcelle isolée car contient une variété de chardonnay muscaté. A la dégustation, le nez est certes épicé, mais déroutant. Pas d’arôme particulier.

Puligny « les Levrons » 2008 – 30 €
Parfums évoquant la pêche, les fleurs blanches, le fût est marqué à ce stade. La bouche est bien construite, élégante et séduisante. La finale est sur le fût, doit se fondre.

Bourgogne pinot noir 2009 – PNC
Nez de fruit rouge, très floral. Attaque fluide, jolie « virilité » en milieu de bouche. Belle finale, un peu ferme, mais agréable.

Hautes-Côtes de Beaune 2009 – PNC
Nez de fraise des bois, frais, grenade. Bouche fraîche, tendue, fruitée, belle tension acide. Finale fruitée, plaisir liquide !

Croquant, délicieusement épicé, ce Hautes-Côtes de Beaune, né sur les hauteurs de Volnay, est du plaisir en bouteilles.

Croquant, délicieusement épicé, ce Hautes-Côtes de Beaune, né sur les hauteurs de Volnay, est du plaisir en bouteilles.

Volnay village 2009 – PNC
Très beau nez de framboise, terrien, axé sur le raisin. Bouche complète, bien construite, équilibrée et croquante. On retrouve du floral en fin de bouche, avec une finale sur le raisin, c’est net.

Volnay « Robardelles » 2008 – 19 €
Nez de petites cerises, avec des épices. La vigne a été plantée en 1943, ce qui permet de bien ressentir une profondeur qui fait la magie des grands Bourgogne. Bouche savoureuse, trame acide bien présente, mais bien intégrée dans l’ensemble. Bonne finale sur la cerise. Autre cuvée annuellement réussie par Thiébault.

Volnay « les Robardelles » 2009 – PNC
Nez de cerises rouges, floral, fin, framboise. Joli mais doit encore se centrer un peu. Bouche bien faite, joli fruit en milieu de bouche. La finale doit aussi se centrer. Je l’ai déjà dégusté plus en forme…

Volnay 1er cru « Fremiets » 2008
Nez plus austère, encore fermé, minéral marqué. Bouche corsée, fruit évoluant avec de jolies notes d’herbes aromatiques. Finale ferme, de caractère.

Volnay 1er cru « Fremiets » 2009
Nez un peu fermé, mais sacrément profond, framboise, tabac, épices, terrien. Bouche savoureuse, ample, longue. La trame acide se situe au milieu du vin. Long et frais, avec la structure qui anime toute la finale.

D'habitude, le Volnay "Fremiets" n'est pas mon préféré quand je déguste les vins jeunes de Thiébault. 2009 est une immense réussite pour ce cru.

D’habitude, le Volnay « Fremiets » n’est pas mon préféré quand je déguste les vins jeunes de Thiébault. 2009 est une immense réussite pour ce cru.

Pommard village 2008 – 19 €
Belle couleur, nez de terre humide, toujours des notes poivrées présentes. Bouche fraîche, impression d’herbes aromatiques. Bonne finale ferme, typique de son finage.

Pommard 1er cru « les Bertins » 2008 – 30 €
Nez intense, graphite, cerise noire, notes terreuses et complexes. Bonne bouche, bien construite, fruit propre et intense. Finale encore indécise, mais grande réussite.

Volnay village 2007 – 16 €
Joli nez de pinot, net mais le vin semble sur la retenue malgré tout. La bouche confirme cette retenue et doit s’ouvrir. Tout semble présent mais ça doit se mettre en place.

Volnay « Robardelles » 2007 – 19 €
Nez charmant, floral, notes de noyau. Bouche elle aussi charmante ; les amers sont marqués en fin de bouche et apportent un bel encadrement au vin. Très bonne finale.

Pommard 1er cru « les Bertins » 2007
Nez terrien, profond, noyau. Belle bouche au fruité propre, cerise au kirsch, belle structure tannique. Finit bien sur du fruit mûr. Grande buvabilité. Ce climat au sud du village donne toujours autant de finesse que de profondeur.

Pommard 1er cru « Bertins » 2009 – PNC
Nez mûr, prune, fruits noirs, épices. Bouche tendue à l’attaque, développant sur un fruit plus convaincant (framboise). Finit en queue de paon, longueur phénoménale.

Volnay village 2002 – PNC
Nez parfait de pinot en évolution : cerises rouges, notes végétales, commence à partir vers des notes animales. Bouche à l’attaque bien construite, à l’acidité bien placée. Du volume, de la finesse. Longueur intéressante. A boire et à conserver encore un peu. Le vin se mariait bien avec cette fin de novembre…

Pommard 1er cru « Rugiens » 1973 – domaine VERDEREAU
Ces vieux vins donnent toujours autant d’émotion… nez aux notes animales, café, viande. La bouche est très Pommard, terre mouillée, épices. Encore plein de feu, ce vénérable pépère donne encore le terroir et le minéral des Rugiens. Grande émotion, machine à voyager dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*