30 juillet 2012

à Solutré, Denis BOUCHACOURT : l’instinct du bon sens

by Patrick Maclart

A 54 ans, Denis BOUCHACOURT a repris l’exploitation de son beau-père Marcel BESSARD, suite au décès de ce dernier. Denis était alors courtier (il l’est toujours aujourd’hui). Son épouse Sylvie voulait assurer la perénnité du domaine, mais c’est Denis qui en a été le moteur.

« Mon métier de courtier m’avait déjà formé à l’oenologie et à la dégustation. Mon beau-père se sachant condamné m’avait pris sous sa coupe et m’avait encore plus formé. Sa formation a été excellente. C’est un homme qui fonctionnait sans process, juste à l’instinct. J’ai dû m’adapter » me dit avec respect et malice Denis. Une partie du vignoble a été travaillée alors par un métayer, et trois parcelles furent replantées en Mâcon-Solutré (un demi-hectare environ).

à 54 ans, Denis est bien dans sa vie. Le bon sens guide sa vie, mais l’instinct étonnant de la vinification guide aussi ses mains.

Mais courtier, ça occupe beaucoup. L’ensemble de la production était alors vendue au négoce jusqu’en 2003; « ça me frustrait de voir partir mes vins sans mon nom dessus. J’avais très envie de créer mon vin, et aussi une reconnaissance. Il ne faut pas être faux modeste » me raconte Denis avec justesse et honnêteté, bref tout ce qu’il est.

En 2004, il prend la décision de mettre son vin en bouteilles. Sa réflexion est lente et le démarrage en fanfare ne fait pas partie de sa manière d’être. Comme il le dit, c’est une expérience enrichissante.

A la vigne, la lutte est raisonnée, avec son programme personnel, mais les traitements à la bouillie sont bien plus nombreux. Pas d’insecticide, pas d’antipourriture, et ce depuis 1991, plus d’engrais à outrance… « On nourrissait les vignes comme des poules. On analyse les sols avant amendements, on laboure superficiellement, un rang sur deux ». M’étant rendu dans les vignes, j’ai constaté un beau boulot.

des couleurs chaudes et dorées, un petit air du midi… C’est ça le Mâconnais, une si belle région qu’elle mérite plus qu’un détour, mais de vraies vacances, à la découverte des véritables trésors de cette région.

Au chai, les vendanges sont toutes manuelles, sauf la partie qui sera vendue au négoce. Pressurage pneumatique direct pendant 2 heures et demi. Débourbage statique, sans enzymage. A la fin des fermentations alcooliques, soutirage alors que le vin est encore trouble et sur gaz. On enlève les grosses lies et c’est systématique. Les fermentations sont toujours menées à terme, jamais de sucre résiduel. La thermorégulation doit être pointue, et elle l’est. Elevage en cuve émail et fûts, dont très peu de neufs, 15 % au maximum. Minimum un an d’élevage, deux pour la cuvée « ammonite ». Collage, filtration la veille de la mise pour la propreté du vin.

Dans le chai, rien de spectaculaire. J’ai juste constaté une climatisation bien efficace.

Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 5 hectares et demi dont 4 en Pouilly-Fuissé. Le Mâcon-Solutré ne représente que 8.000 bouteilles à la production. Les marchés export sont essentiellement la Belgique et la Grande-Bretagne.

Au final : des vins minéraux, tranchants, savoureux et bien marqués par leur terroir. Le contact des lies fines donnent à ces belles cuvées de l’intensité et une vinosité distinguée. Les prix sont très raisonnables, et ce couple vigneron vous accueillera sans esbroufe, mais juste avec la sincérité et leur coeur de gens du terroir. Mais viendez donc !

Denis BOUCHACOURT

« les Gerbeaux »
F-71960  SOLUTRE-POUILLY

tél. +33 (0)3 85 35 81 88
adresse mail : denbouc@free.fr

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Denis du temps consacré à partager avec moi tes terroirs, tes vins, ta vie. Pour voir la vidéo réalisée avec Denis, CLIQUEZ ICI.

une gamme simple, bien étudiée, mais avec de beaux vins à la clé. Pas de cuvée « superstar » hyper bodybuildée, mais de bons vins sincères, alléluia.

Mâcon-Solutré 2010
12 mois d’élevage sur lies fines en cuve émail. Nez citronné, zesté, belle tension, fond de noisette fraîche, très belle expression d’ensemble. Bouche à l’attaque souple, qui laisse place à un ensemble minéral-tellurique et zesté. La finale est très belle, sur la noisette grillée, de beaux amers et de la pomme juteuse. Long.

Pouilly-Fuissé en Servy » 2008
venant d’un coteau pentu et plein sud. Très beau nez terrien, minéral, fruit jaune, vineux mais sans lourdeur, qui reste fin. Le terroir parle. Vin tendu, intense, fin, belle minéralité. L’ensemble est tendu, sur du zest de citron vert, encore de beaux amers bien maîtrisés et des petites notes de fruit sec. Très belle longueur.

de l’ensemble de la gamme, au demeurant bien faite, le vin qui a le plus retenu mon attention est le Pouilly-Fuissé « en Servy ». Doté d’une belle minéralité, d’une tension acide bien imbriquée et de parfums en devenir, une belle bouteille dotée de raison, d’équilibre et de saveurs. Qu’on se le dise.

Pouilly-Fuissé « Ammonite » 2008
issu de la parcelle « les Quarts », plantée en 1927 sur une poche d’argile. Elevage de 24 mois en fûts. Belle couleur dorée. Nez à l’élevage marqué, fruit jaune, pamplemousse, miel d’acacia, c’est intense et concentré. La bouche est corsée à l’attaque, avec toutefois une certaine fluidité en milieu de bouche, mais soutenue par une belle trame acide. Finale mûre, sans excès, concentrée et harmonieuse. Long, encore un peu dominé par l’élevage, mais ça va se fondre sans souci.

Pouilly-Fuissé « Feuille de Laurier » 2007
12 mois d’élevage en fûts dont 10 % de neufs, et toujours sur lies fines. Premier nez sur le raisin blanc, le chardonnay, chair blanche de pomme, épices douces. Bouche gourmande, accessible, joli fruité à l’évolution, avec de belles notes grillées et une touche anisée. Finit sans richesse excessive, c’est long, gourmand, persistant et accessible.

4 Responses to “à Solutré, Denis BOUCHACOURT : l’instinct du bon sens”

  • berghmans Marie

    Cet article donne soif!

    Merci Patrick de nous faire partager tes découvertes 😉

    Marie

    • Merci de ta fidélité au blog Marie. Objectif atteint : je n’ai qu’une envie : rendre la mienne contagieuse !

      Au plaisir de nous rencontrer. Gourmandes salutations.

      Pat.

  • LACROIX Serge

    Je viens de voir ta vidéo Denis: elle donne envie…
    Je vais prendre rendez-vous avec Patrick pour une dégustation et rentrer quelques bouteilles en cave.

    Elle va être belle la vie, je vous le dis !

    Serge

    • Salut Serge,

      Je vois que tu vas rentrer des bouteilles en cave, et pas de chez n’importe qui, du Denis BOUCHACOURT ! Un très bon vigneron, la tête sur les épaules et les pieds dans sa vigne. Pas une superstar, mais un bosseur bourré de pragmatisme. Tu as le nez creux.

      J’espère que le blog te guidera encore dans tes recherches vineuses, et que la gourmandise t’animera toujours. Elle est pas belle la vie ?
      Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*