3 juillet 2012

à Santenay, Antoine OLIVIER au domaine OLIVIER : des vins qui lui ressemblent.

by Patrick Maclart

Antoine OLIVIER représente la deuxième génération d’un domaine donc récent à Santenay. Il a été membré par le père, avec les parcelles de la grand-mère d’Antoine. Un domaine qui s’étend sur 11,5 hectares, et qui produit 55.000 bouteilles.

Ingénieur chimiste, on ne badine pas avec la scolarité dans la famille… « Ma grand-mère était institutrice, ma mère professeur d’espagnol, les études sont importantes dans la famille. Je suis décidément le vilain petit canard ! » raconte Antoine avec cet humour santantoniesque qui le caractérise. Souhaitant donc continuer le chemin tracé par le père, il suivra et obtiendra un BTAO obtenu à Beaune il y a une dizaine d’années. Cependant, le plus beau diplôme obtenu par Antoine est son BPBDN, mais ça, il vous le racontera lors de votre visite au domaine. Rachel son épouse est un peu la travailleuse de l’ombre. Moins expansive que notre belmondesque Antoine, elle assure plein de choses. On y retrouve donc une belle harmonie.

sacré personnage cet Antoine OLIVIER. Un peu de Belmondo, un nuage de San Antonio, quelques pincées d’Audiard, un soupçon de Desprogres… Sûr qu’on ne s’ennuie pas avec lui. Le contraste avec la discrète mais tonique Rachel est saissisant.

A la vigne, le travail est raisonné… « Il n’y a eu qu’un seul traitement cette année » confirme Antoine qui décidément ne sera pas un bon client des laboratoires. Des griffages, du décompactage. Ce qu’il lui manque, c’est l’intercep. (Précision : l’article a été rédigé avant le printemps 2012…)

Les vendanges sont uniquement manuelles, en caissettes pour les rouges, en en conquets pour les blancs. Pour ces derniers, un pressurage de 3 heures uniquement sur Vaslin à plateaux, « et c’est une exigence non-négociable » appuie Antoine. Le débourbage durera rarement plus de 12 heures à température ambiante en statique. Les deux fermentations auront lieu en fûts, avec un élevage dans ces mêmes contenants durant 12 mois, dont 20 % maximum de neufs. Pas de soutirage, mais des bâtonnages, doux, courts, mais fréquents. Une mise en masse juste avant les vendanges (j’aimerai tant faire des élevages de 18 mois, regrette Antoine, mais il faut aussi penser à la logique économique), qui durera 6 mois, dont 3 sur lies.

Une jolie cave voûtée où dorment les vins, plus fonctionnelle que spectaculaire bien que jolie. C’est bien tout ça.

Pour les rouges, égrappage en partie, pas de foulage. Fermentation alcoolique en cuve, entonnage à tiède « pour que ça dépose un peu » annonce Antoine. Pas ou plus de pigeage, mais un travail plus axé sur l’infusion. Elevage de 12 mois pour la majorité des cuvées, mise en masse. Fûts neufs de 0 à 40 % selon les vins. Ni collé ni filtré, les vins seront alors mis en bouteilles.

Les marchés export correspondent à 40 % des volumes, avec pour marchés principaux le Benelux, le Japon et les USA.

Le résultat ? Des rouges gourmands, charnus, souriants, pleins et veloutés, de belles bouteilles de copains pour les premières cuvées. Pour les blancs, l’ambition domine, avec une forte impression de terroir, notamment sur l’impressionnant « les Coteaux sous la Roche » qui représente vraiment un excellent rapport qualité-prix-plaisir.

Allez rendre visite à ce domaine où ce couple vivant, pétillant, souriant, vous fera passer un excellent moment de bonheur drôle et simple… Comme le théâtre de la vie.

domaine OLIVIER
Antoine & Rachel OLIVIER

rue Gaudin
F-21590  SANTENAY

tél. +33 (0)3 80 20 61 35
site internet : cliquez ICI.

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Antoine de cet excellent moment (un de plus !) passé ensemble. Pour voir la vidéo réalisée avec Antoine, CLIQUEZ ICI.

Bourgogne rouge 2010
une vigne située derrière la Crée. Nez net, droit, un peu discret, mais ça n’a pas beaucoup de bouteille. Bouche fruitée, simple, nette, belle structure en fin de bouche. Prometteur.

Santenay rouge 2010
nez plus profond, plus terrien, petite cerise. Bouche fruitée, mais la trame acide et la et la structure nous rappellent à son terroir. Jolie finale fruitée.

Santenay dispose de belles parcelles pour accueillir le chardonnay plutôt que le pinot noir. Les Olivier, père et fils, l’ont compris. Les autres peut-être que non… Ici, les Biévaux.

Savigny-les-Beaune « les Petits Liards » 2010
nez sur la réduction mais devient charmant après aération, floral, petites cerises, végétal frais. Bouche très fruitée, crème de cerises, rondeur, charmant, tout en restant fin. Très amusant, bouteille de plaisir.

Savigny-les-Beaune 1er cru « les Peuillets » 2010
nez qui a besoin de respirer, car Antoine l’élève sans quasiment le moindre soutirage. En fond de nez, de la cerise noire, des herbes aromatiques (sauge). La bouche est bonne, charnue, à la structure bien élevée, ça cause, c’est gourmand mais sans concéder à la structure. Bel équilibre, j’adore.

Santenay 1er cru « Beaurepaire » 2010
nez plus réservé, réduction en fond de nez, masqué, à revoir.

Pommard « Noizons » 2010
très beau nez, malgré la réduction d’élevage, cerise noire, tellurique et frais. Typique du finage. Bouche soyeuse, sexy, la cerise arrive juste après l’attaque pour valser avec une structure au jarret souple. Un très beau boisé élégant. Un Pommard de finesse.

Bourgogne rouge 2009
nez rond, cerise, rouge, fruit mûr, petite pointe de sucrre roux. Bouche ronde, jolie fraîcheur due à la présence d’une belle trame acide. Joli, rond et croquant. Tonique. Dissonance entre l’attaque et la finale, mais ça va s’harmoniser.

Santenay rouge « le Temps des C(e)rises » 2009
nez très pinot, très net, vineux, un peu simple à ce stade. Bouche fruitée, tendue, gouteuse, belle trame et structure qui encadrent bien le vin. Belle finale fruitée.

Santenay rouge « Charmes » 2009
nez de cerise charnue, un côté pêche de vigne. Bouche tendre, fruitée, marasquin, ronde et ample. Belle finale gourmande.

Santenay 1er cru « Beaurepaire » 2009
joli nez croquant, cerise au noyau, framboises, fruit rouge, complexe, un peu muscade. Belle attaque ronde, très joli fruit, framboise en bouche. Très belle fraîcheur et bonne longueur.

Savigny-les-Beaune « les Petits Liards » 2009
nez fermé, discret. Bouche souple, ronde, corsée, bousculée. Il y a de la fougue, laissons-lui du temps.

Savigny-les Beaune 1er cru « les Peuillets » 2009
très beau nez de cerise, petites notes de noyau, de Havane. Très belle bouche à la magnifique structure, très beau grain de tanin. Finale punchy à la Belmondo !

un vin sur la finesse, le fruit croquant (très cerise rouge), mais surtout qui finit punchy, à la Belmondo, pour mettre un suspense qui donne le sourire. Top.

Santenay blanc les Coteaux sous la Roche » 2009
nez discret, élégant, belle vinosité. Bouche ronde, fruitée, pain grillé mais une très belle acidité en plein centre du vin, qui rigidifie l’ensemble. Joli fruit à la rétro, bien net.

Santenay blanc « le Biévaux » 2009
appelé aussi « l’Air de Rien ». Très joli nez fruité, pain grillé, jolie complexité. Bouche gourmande, gastronomique, longue et ample. Beau fruit, finale impeccable, et aucun trou jusqu’à la finale et c’est rare dans un blanc de ce millésime. Et quel rapport qualité-prix !

le père d’Antoine a compris très tôt que Santenay avait de magnifiques terroirs à blancs, et je suis TOTALEMENT d’accord avec lui. Le « Biévaux » du domaine arrive à avoir distinction, minéralité, un joli fruit et un petit gras typique de nos belles cuvées. Rapport qualité-prix-plaisir difficilement battable. A encaver, impérativement.

Chassagne-Montrachet blanc 1er cru « Morgeot » 2009
nez discret, plus tendu, plus minéral (la minéralité est peu courante dans ce cru). Très jolie bouche à la belle tension pour ce climat, zestée, fleur blanche, et toujours une finesse plutôt rare dans ce cru. Belle finale qui doit encore évoluer. Superbe travail pour un Morgeot.

2 Responses to “à Santenay, Antoine OLIVIER au domaine OLIVIER : des vins qui lui ressemblent.”

  • J’apprécie aussi beaucoup les vins de ce domaine et leurs maitres (la bise s’ils passent par là).
    La livraison des Biévaux blancs 2010 et Liards 2010 est d’ailleurs arrivée cette semaine eh eh

    • Cyril,

      Un honneur de te lire. Vraiment. Que dire à part que tu as du goût tant pour tes vins que de pour tes lectures ? 😉
      Ben que je te suis sur les réseaux sociaux, tu sembles être un chouette mec et que ton site vaut le détour.
      Elle est pas belle la vie ?
      Amitiés sincères, à bientôt.

      Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*