29 novembre 2016

à Morey Saint-Denis, Gilles BALLORIN, la vidéo !!

by Patrick Maclart

On en écrit des choses sur Gilles BALLORIN, j’ai même entendu des sornettes concernant cet homme riche de volontés : doux rêveur, poète, idéaliste… Peu importe. En ce qui me concerne, je le qualifie de grand talent.

dsc04452

Gilles, c’est un homme qui a eu le courage de choisir sa vie, pendant que d’autres la subissent. Une belle place comme directeur commercial, mais le costume qu’il portait était tant sur son dos que dans sa tête. L’appel de la terre, de la vigne était là. Il a eu l’ouverture d’âme pour l’écouter et suivre ce chemin, à notre grand bonheur.

La qualité des vins de Gilles sont de haut vol. Le moins triturés possible, des vignes belles comme des miss, avec des sarments couchés pour ne pas les blesser… Tout l’amour d’un homme pour ses plantes, son végétal, et le monde qui l’entoure.

Allez à la rencontre d’un homme qui par son sourire et ses quelques paroles vous inviteront à un voyage burgonde tellement différent, pas guindé pour deux sous, et sans la moindre prétention. Emmanuel DELMAS, du blog www.sommelier-vins.com, nous accompagnait dans cette pérégrination.

Bon visionnage, elle est pas belle la vie ?

2 Responses to “à Morey Saint-Denis, Gilles BALLORIN, la vidéo !!”

  • Fabienne NICOT

    Dis, tu n’aurais pas oublié de mentionner par hasard que ce vigneron qui a eu « le courage de choisir sa vie », n’ a pu le faire que grâce à sa compagne qui a bossé 10 à ses côtés ? faut pas pousser quand même : l’information oui, mais avec tous les éléments……..c’est tout ce que j’avais à te dire cher Patrick !!

    • Bonjour Fabienne,

      certains commentaires arrivent un peu comme les paroles de « Quatre boules de cuir » de Claude Nougaro : « Bombardent le plexus, Boxe, Boxe,L’angle du maxillaire »… Les critiques sont tellement plus faciles que les remerciements.

      Que dire ? Que tout d’abord le blog est informatif, mais ne peut être parfait. Ensuite, les textes d’introduction des vidéos se doivent d’être courts, pour accrocher. J’entre plus en profondeur dans les articles « texte » où si ma mémoire est bonne tu y es mentionnée.

      Il faut savoir que la déception fait partie de la vie, surtout de celles des blogueurs. Combien de fois un vigneron n’a pas hurlé sur réseaux sociaux qu’il avait un encart dans le canard boiteux du coin, alors que l’article que je lui avais consacré avait fait plus de 30.000 visionnages ? Que j’ai pris de mon temps, de mon argent, pour aller faire sa promotion et aucun merci en retour ? L’ingratitude fait partie de notre société, mais de mon côté je ne t’ai pas oublié, ni pour les invitations que j’ai reçues grâce à toi. Ce ne sont pas les vignerons de Gevrey qui l’auraient fait. Pour preuve le responsable de la communication qui n’avait à l’époque même pas eu la politesse de venir me saluer. Pour info, Patrick ESSA n’avait même plus voulu venir de par le manque d’intérêt des vignerons envers le média d’avenir qu’est le blog. C’est l’un des rares points où nous sommes tombés d’accord.

      L’ingratitude fait hélas partie de notre société, j’en suis moi-même victime et je tâche à chaque coup de « mordre » sur ma chique ». Dans le cas présent, il s’agit plus d’étourderie, et de format de texte qui se doit d’être court, clair et complet à la fois. Tiens compte aussi que Twitter ne permet que 140 caractères.

      En tout cas je suis désolé que nous en arrivions à ça pour pouvoir nous parler. Je préférerai qu’on se retrouve autour d’un beau vin de là où tu m’écris. Dommage aussi que tu n’aies que ça à me dire, j’espère que tu seras plus bavarde la prochaine fois !

      Salut à toi, bon après-midi, plein de courage et de gourmandes salutations.

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*