20 novembre 2012

à Flagey-Echezeaux, avec André LANAUD, pour son livre « de Chambolle en Musigny »

by Patrick Maclart

André LANAUD est un homme simple, gentil. Professeur d’économie et de gestion, il gère aussi avec son épouse Sandrine des magnifiques chambres d’hôtes à Gilly-les-Citeaux, l’un des plus jolis villages, mais aussi l’un des plus méconnus.

Avec son ami Michel FAGET, il a réalisé un livre sur le finage de Chambolle-Musigny. Ce livre, « de Chambolle en Musigny », hyper-complet vu qu’il reprend même les commerçants de la commune. Bref, André n’a pas compté ses heures pour conter ce fantastique village, écrin des plus grands pinots noirs du monde.

Son livre est en vente dans toutes les bonnes librairies, comme veut la formule consacrée. Alors, précipitez-vous, achetez-le, et accompagnez-le d’un bon verre de Chambolle du producteur que vous aurez choisi. Et si l’envie de venir vous gratouille, vous pouvez découvrir le site internet des sublimes chambres d’hôtes de Sandrine et André en CLIQUANT ICI.

Bon visionnage, elle est pas belle la vie ?

4 Responses to “à Flagey-Echezeaux, avec André LANAUD, pour son livre « de Chambolle en Musigny »”

  • Je veux, tu sais que j’adore Chambolle. Je suis un grand fan

    • ah, Chambolle et toute sa finesse… Mais bon, on ne goûte aussi que les bons ! Car des mauvais Chambolle, ça existe, hélas…

      Tu viens quand en Burgondie titi ? A bientôt, la bise !

      Pat

  • Annie MARTIN-Stefanatto

    et oui Patrick… comme dans chacune des appellations !
    Tout le monde n’a pas le palais affuté comme le notre et il en faut pour tous les gouts ! Je me contente de gouter et de boire que ce qu’il me plait ! Je ne cherche pas la concentration, je ne cherche que l’élégance et la finesse : du plaisir en quelque sorte !
    La closerie serait une bien agréable étape… je note !

    • Salut Annie l’Italienne !

      Oui, la Closerie serait une bonne adresse pour rayonner dans le sud de la côte de Nuits. De surcroît André et son épouse Sandrine (originaire du sud-ouest, avec toute sa bonne humeur et sa faconde !) se plieraient en quatre pour te recevoir comme tu le mérites.
      Je t’embrasse, et te remercie de la fidélité que tu m’octroies. Franchement, elle est pas belle la vie ?
      Amitiés.

      Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*