13 janvier 2012

à Chassagne-Montrachet : le domaine BOUARD-BONNEFOY : un pneu, passionnément…

by Patrick Maclart

Qui aurait pu croire que le destin de Fabrice BOUARD tiendrait à un pneu crevé ? Et c’est pourtant le cas.

Fabrice BOUARD, 41 ans, est avec sa charmante épouse Carine à la tête d’un domaine de 5 hectares élaborant aujourd’hui 12.000 bouteilles de vins par an; une partie est encore vendue au négoce. Il y a encore quelques années, Fabrice était gendarme en outremer. Il avait épousé la même carrière que son père.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d'un vrai bonhomme de la terre.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d’un vrai bonhomme de la terre.

Et c’est ce dernier, gendarme à la brigade motorisée de Beaune qui, il y a quelques lustres, s’arrête pour assister un pauvre homme qui avait crevé un pneu de sa camionette sur la route de Chassagne. Le conducteur était le grand-père de Carine. Notre brave motard, après tant d’efforts, ne put refuser le coup de blanc que le papy lui proposait (j’en aurai fait autant, et puis il y a prescription). Notre motard se lia donc d’amitié avec ce vigneron et Fabrice, tout petit, accompagnait son papa pour faire quelques emplettes qui allaient alimenter sa belle cave (il y a quelques années, les gendarmes en avaient de superbes…).

Quelques années et quelques vendanges plus tard, Fabrice et Carine décident de convoler en belles noces. Gendarme, il décide alors de partir outremer, loin des vignes burgondes et de ses douces collines.

Une petite cave authentique, sincère. Les visiteurs seront reçus avec les vraies valeurs burgondes.

Alors pourquoi reviendront-ils ? Là encore par un autre concours de circonstances. Geneviève, la soeur de Carine, devait reprendre le domaine. Mais elle change d’avis et après intense réflexion, notre gentil couple décide de faire perdurer ce patrimoine terrien.

Le premier millésime date de 2006. « On courait dans les vignes » se remémore Fabrice en souriant. Aujourd’hui, il a trouvé sa vitesse de croisière. Le travail dans la vigne est en lutte raisonnée, avec suivi d’un technicien. Pour le sol, arrêt total des désherbants… « mon beau-père faisait déjà les labours. C’est un as en la matière, il était le fermier du Marquis de Laguiche. J’ai simplement écouté ce qu’il m’a dit, de reprendre les buttages par exemple. Je suis fier de cette transmission, et j’espère qu’il en est de même pour lui ». Sage parole. Par an, un buttage, un coup de griffes pour casser les mottes, deux à trois coups de griffe et un labour intercep.

Même si Fabrice travaille en conventionnel, c’est du raisonné, du raisonnable. Cette photo a bien été prise dans sa vigne de la Maltroie, en premier cru de Chassagne.

Au chai, les vendanges sont exclusivement manuelles, en petites caisses. Foulage, puis mises au pressoir vertical, pas encore de pneumatique. Pas de débourbage, ou alors très léger. 48 heures en cuve pour décantation, les deux fermentations auront lieu en fûts. Elevage de minimum 12 mois, mais jusque 18 mois pour les 2008. Il n’y a pas de règle absolue, de dogme en la matière. La futaille neuve se situe entre 25 et 30 %. Les marchés export sont aujourd’hui surtout les USA.

Résultat ? Des vins blancs complets, sapides, savoureux et propres. Même si je suis totalement certain que Fabrice évoluera encore dans ses élevages. Il est sur le bon chemin, et, tout comme pour lui et son épouse, la roue tourne vers la bonne destination : la qualité.

Domaine BOUARD-BONNEFOY
Fabrice & Carine BOUARD

12  route de Santenay
F-21190  CHASSAGNE-MONTRACHET

tél. +33 (0)3 80 21 28 46
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, mais j’avais déjà découvert Fabrice lors de deux précédentes dégustations. Merci pour ce chouette moment de convivialité. Pour voir la vidéo réalisée avec Fabrice, CLIQUEZ ICI.

Saint-Aubin blanc 1er cru « le Charmois » 2008
très joli nez aromatique : prune jaune, notes florales. Bouche fine, savoureuse, bien faite. très belle finale sur la mandarine. Long.

Chassagne-Montrachet blanc 1er cru « Macherelles » 2008
nez terrien, aubépine, poire, un peu réservé. Bouche terrienne, un côté rhubarbe fraîche, belle acidité, pointe d’amande fraîche. Belle finale tendue.

Chassagne-Montrachet blanc 1er cru « en Rémilly » 2008
nez réservé mais grand vin en perspective : minéral marqué, caillou, noisette, fruit aujourd’hui en retrait. Bouche tendue, notes amusantes d’abricot, de pêche blanche. Long, fin, complexe, superbe.

voisin du Montrachet, à un jet de pierre, il ne peut cacher longtemps son jeu ce premier cru « en Rémilly ». Minéral, caillouteux, profond, vibrant… Bon sang ne saurait mentir.

Chassagne-Montrachet blanc 1er cru « clos de la Maltroie » 2009
nez bien construit, parfums encore confus, prune, pomme, fruit; cet ensemble doit se faire. Bouche ronde, un côté corsé avec de beaux amers en fin de palais. Confortable, belle longueur.

Chassagne-Montrachet blanc 1er cru « Morgeot » 2009
nez riche, ananas, bonbon, excitant de gourmandise. Bouche ronde, grasse, une petite tension au milieu de bouche. Finale expressive, avec des notes florales et végétales.

Chassagne-Montrachet rouge « les Houllières » 2009
climat à la limite de Puligny, sur un sol argilo-calcaire et sur du léger limon. Très joli nez de fruits rouges, c’est simple, spontané mais joli. Bouche bien encadrée par des tanins aujourd’hui marqués, mais qui se fondent vite. Longueur convenable. Du printemps en bouteille !

Chassagne-Montrachet rouge « clos Bernot » 2009
nez plus profond, plus intense et plus réservé : mûre, cerise noire, rose fanée, buisson, petites notes épicées. Bouche à la belle vinosité, belle acidité. Bon vin fiable, typique des beaux Chassagne rouges.

Chassagne-Montrachet rouge 1er cru « la Maltroie » 2009
nez terrien, cerise, profnd, racinaire. Bouche souple, concentrée, une certaine austérité rappelle à la jeunesse du vin. Finale longue et sanguine.

5 Responses to “à Chassagne-Montrachet : le domaine BOUARD-BONNEFOY : un pneu, passionnément…”

  • kempf jeremie

    Très belle présentation..

    • cher Jérémie,

      Merci de ta fidélité au blog et de tes commentaires sobres mais qui font toujours plaisir. N’hésites pas non plus à me faire savoir quand tu aimes moins et la raison. Toute critique bonne ou mauvaise est bonne à prendre, tant qu’elle soit justifiée.

      Merci pour tout, gourmandes salutations.
      Patrick MACLART.

  • Une très belle histoire de famille ! Bonne continuation après cet excellent début !

  • Olivier

    Patrick,

    Très beau domaine que j’ai eu la chance de visiter en novembre 2012.
    Auparavant, un ami nous avait fait déguster la gamme complète des blancs 2008 et nous avions été séduits.
    Lors de notre passage, les 2010 en blanc étaient à la vente et j’ai noté encore un affinage dans les élevages.
    Un très beau domaine dont il va falloir suivre l’évolution tant les promesses sont belles.
    A noter un accueil exemplaire de Fabrice Bouard.

    Salutations viniques,

    Olivier

    • Salut Olivier,

      Merci de ton commentaire. C’est en effet un domaine qui travaille très bien, avec un travail du sol qui pourrait servir d’exemple à bien d’autres…

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*