9 novembre 2012

à Chablis, Denis & Isabelle POMMIER : tout le fruit de leur travail.

by Patrick Maclart

Denis POMMIER, 46 ans, s’est installé en  1990 avec son épouse Isabelle. Ils démarrent avec 2 hectares qui venaient de sa tante. Ses parents ne travaillaient pas la vigne, et c’est pour lui autant une bonne chose qu’une moins bonne, « C’est bien car j’ai pu faire les vins que j’aimais, sans personne derrière moi. J’aurai pu éviter certaines erreurs, mais fort heureusement  j’en ai retiré un enseignement. » Déjà, on sent chez cet homme l’humilité autant qu’une sensibilité qu’il masque du mieux qu’il peut. Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 15 hectares, élabore 100.000 bouteilles par an, avec un tout petit peu de vente au négoce.

aller chez Denis & Isabelle POMMIER, c’est comme aller visiter un bon cousin de province. On s’amuse, on discute, avec cette simplicité et cette sincérité qui qualifient les vrais gens de la terre. Puis on regarde l’heure, et on constate qu’on n’a pas vu le temps passer tellement on était bien. C’est ça, une visite chez les Pommier.

Denis a juste un brevet agricole en poche, le reste, c’est la meilleure école, celle de la vigne. Mais il a su écouter, su s’entourer, et avait et a toujours l’esprit ouvert… « En dégustant chez les autres, j’ai beaucoup appris » me dit Denis avec une conviction toute terrienne.

En lutte intégrée depuis 10 ans, Denis voulait partir en démarche bio. Dès le début de la quarantaine, on se pose des questions, on voit ses enfants grandir… « On travaille par étapes. on commence à retravailler les sols, on diminue les rendements, on arrête les engrais chimiques, et puis on se lance. Je pense que se lancer ainsi, on peut se planter une fois sur deux, mais c’est un ensemble, un risque. C’est aussi l’occasion de créer des vocations, et de se démarquer des gros producteurs. » me dit tout naturellement Denis, sans dogme, sans vérité évangélique.

Denis est donc en conversion bio depuis 2010, mais il a préféré au préalable tenter des essais durant 2 ans. Ce sera donc le millésime 2013 qui sera labellisé, et ça ne leur portera pas malheur, loin de là. A la vigne, le travail est désormais bio : cuivre et soufre sec. Travail des sols, labours intercep… Bref, du beau.

les vins de Chablis ont énormément progressé ces dernières années de par l’arrivée d’une nouvelle génération. Travail des sols, arrêt de l’utilisation des désherbants… Les vins de Chablis nous rapprochent désormais de Dieu…

Au chai, les vendanges sont mécaniques pour le petit Chablis et le Chablis. Les premiers crus et les vieilles vignes seront elles vendangées à la main. Pressoir pneumatique, pressée de 2 heures à 2 heures 30, puis débourbage à 13° durant 24 heures, parfois 12 heures si ça le fait. Pas d’enzymage, maintien à 13°, fermentation alcoolique en cuves et fûts, en fonction des élevages des vins. Malos SYSTEMATIQUEMENT effectuées; « j’ai testé une malo bloquée sur Fourchaume en 1998, je n’ai pas été convaincu. C’était déséquilibré » me dit Denis, qui semble encore marqué par cet évènement. Il tire donc bien les enseignements de ses échecs, comme tout grand homme. Pas de soutirage, sauf si réduction marquée. Collage, ça dépend, et la filtration aussi, ça dépend…

L’élevage sur bois se fait durant une année, ce qui est la « Pommier touch » ! Puis le vin est mis en cuve sur lies. Celles-ci se déposeront au fond, ce qui évitera une filtration ou un passage au froid.

La maîtrise de l’élevage sur bois est évidente dans les crus de chez Denis et Isabelle POMMIER.

Les marchés export constituent 80 % du domaine, et les vins partent principalement en Australie, USA, Grande-Bretagne, Belgique, Chine, Hong Kong, énumère Isabelle, la souriante et courageuse épouse, dont c’est le travail. Elle assure toute l’administration avec sourire et gentillesse. Denis peut s’appuyer sur elle, ce qui explique sa totale implication dans ses vins.

Aller Chez Denis et Isabelle, c’est comme aller rendre visite à des amis… On papote, on discute de tout, de rien. On déguste de bons vins et on se rend compte qu’on a passé plusieurs heures, sans s’ennuyer un seul instant. Et au retour, l’ouverture de chaque bouteille confirmera non seulement le talent de ce couple, mais rappellera indéniablement au bon moment passé en pays chablisien… Mais viendez donc !

Isabelle et Denis POMMIER

31  rue de Poinchy
F-89800  POINCHY-CHABLIS

tél. +33 386 42 83 04
site internet : cliquez ICI

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ. Merci Denis et Isabelle pour tout le temps consacré. Pour voir la vidéo réalisée avec Denis (avec son épouse aux manettes, soyez donc indulgents, c’était sa première), CLIQUEZ ICI.

L’habillage est des plus réussis, bien visible, moderne et frais. Bravo pour cette audace qui manque tellement aux bouteilles burgondes.

Petit Chablis 2008
uniquement en cuve durant 12 mois sur lies fines. Nez iodé, zesté, salin, droit, net, strict. Bouche tendue, minérale; le fruit arrive à l’évolution avec de belles et étonnantes notes de pêche blanche. La finale s’arrondit, pour repartir en tension. Un petit Chablis d’artiste !

Chablis 2008
élevage identique au petit Chablis. Le nez semble plus plein, un côté prune jaune, joli fruit La bouche est tendue, nerveuse, minérale; le fruit arrive au développement, qui s’élargit mais persiste plus longtemps. Finale harmonieuse, salivante. Ca appelle les poissons !

Chablis « Croix aux Moines » 2008
une sélection de vieilles vignes de plus de 45 ans, qui sera élevée durant 18 mois, dont la moitié en fûts de plusieurs vins, et l’autre moitié en cuves sur lies fines. Le nez est complexe, profond, pomme mûre, complexe, épices. Ensemble en bouche bien plus fin que ce que j’avais pu supputer. Minéral, fin, très tendu, on retrouve le côté épicé en fin de bouche sur une superbe tension. Très fin, beau, intense.

Chablis 1er cru « Fourchaume » 2008
nez rond, harmonieux, mais frais : pomme, fleurs blanches, notes de muscade, encore bien complexe. Bouche superbe, chair de pomme, épices, elle se retient au développement pour une finale vibrante et saline, avec une rétro minérale. Longueur phénoménale; j’achète !

Charnu tout en restant minéral, salin, avec des jolies sensations de chair de fruit… Une notion de terroir incroyable. J’achète (et d’ailleurs j’en ai acheté…)

Chablis 1er cru « Beauroy » 2008
nez sérieux, complexe, prunes, notes zestées, minéral. Impression sérieuse, l’attaque est discrète, le développement intense, concentré, ça rue comme un pack ! Par contre, la finale est plus en discrétion. La rétro revient bien. Je pense qu’il doit encore évoluer. Mais Dieu qu’il y a du vin là-dedans ! Ca doit juste s’intégrer, se centrer.

Chablis 1er cru « côte de Léchet » 2008
nez complet, riche, complexe, minéral, complet, parfait : pomme, minéral, notes florales, aubépine. Bouche bien faite, avec ce côté terrien, minéral, mais de la chair, du vin. Des notes florales et une finale « abricotée » du meilleur effet. De garde, il sera immense au-delà de 5 ans.

vous cherchez un Chablis qui tiendra dans votre cave ? Le côte de Léchet de chez Pommier est le vin qu’il vous faut. Bien minéral, un joli fruit, des étonnantes notes abricotées en finale… Complexité, concentration, personnalité. Alléluia, la belle bouteille.

2 Responses to “à Chablis, Denis & Isabelle POMMIER : tout le fruit de leur travail.”

  • Nicolas

    Bonjour,

    Votre blog comprend pas mal d’articles que j’apprécie particulièrement.

    Je partais avec un avis défavorable, il faut bien le dire, en regard d’un post allant dans le sens de l’auteur d’un autre blog (qui tirait à boulet, le blog, pas vous sur un domaine qui a tout mon respect).

    En tous cas, j’ai apprécié mon passage ici, et je reviendrai régulièrement voir vos publications.

    A très bientôt donc,

    Cordialement,

    Nicolas

    • salut Nicolas,

      Je trouve ton commentaire plein d’intelligence. Tout d’abord, tu es capable de lire des choses qui vont à l’encontre de tes goûts. Ca s’appelle « sens critique ». Ensuite, tu es capable d’estimer les personnes qui ne sont pas de ton avis, et ça pour moi c’est un signe d’immense intelligence, et je ne flatte pas. Le caractère français, soit-disant « libertaire », se doit de faire l’ennemi celui qui ne pense pas comme lui. Le meilleur exemple est le rejet systématique des gens de gauche du Front National, un rejet bête et stupide, alors qu’il serait tellement mieux de démonter leurs arguments point par point, de manière précise, chirurgicale, pour faire montre d’une intelligence qui serait tout, sauf dogmatique. Par ailleurs, le dogme est rarement signe d’intelligence.

      Merci de ton passage, de ta fidélité à venir, et j’espère avoir l’immense plaisir de te relire en commentaire.
      Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*