16 septembre 2011

à Beaune, le domaine Albert MOROT : Geoffroy CHOPPIN : Beaune aventure.

by Patrick Maclart

Geoffroy CHOPPIN de JANVRY est à la tête de ce beau domaine de 8 hectares. 44 ans bien sonnés, il travaillait tranquillement dans le secteur alimentaire comme acheteur.

Toutefois, étant revenu au domaine pour des vendanges chez sa tante Françoise CHOPPIN (un sacré personnage !), il s’intéresse un peu au vignoble, puis un peu plus… Sa tante a décidé : c’est Geoffroy qui reprendra le vignoble.

Sous des dehors réservés, Geoffroy tente de cacher l’immense passion des vignes qu’il travaille, et de la joie de vivre qui l’anime.

La maison Albert MOROT a été fondée en 1820 et le siège actuel, le château de la Creusotte, qui se situe sur l’ancienne route de Bouze, a été construit en 1890. Après bien des vicissitudes dont les Bourguignons ont le secret, c’est la famille CHOPPIN qui se retrouve à la tête de cette maison disposant des plus beaux climats du village de Beaune. Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 7 hectares en propriété et 1 hectare en fermage, et produit environ 35.000 cols par an.

Françoise CHOPPIN a été longtemps le visage et l’âme de ce domaine. Avec de la volonté, du caractère, Françoise a porté ce domaine parmi les plus beaux de la côte de Beaune, avec il est vrai des vins bien différents d’aujourd’hui. Car Geoffroy a apporté une évolution qui permet aux vins de correspondre plus aux goûts actuels.

A la vigne, Geoffroy impose le labour, arrête immédiatement tous les désherbants, et met en place un travail progressif en bio. Mais le domaine est-il certifié ? « Non, je ne suis pas certifié, répond Geoffroy, j’ai assez de paperasses comme ça, c’est une plaie ! Mais rien ne dit que je n’y viendrai pas ».

Au chai, là encore quelques changements. L’achat d’une table de tri pour aller chercher plus de fruit. « J’ai vraiment voulu améliorer la base, le raisin. J’ai diminué le rendement, le pigeage a été adouci, les vins sont aujourd’hui plus fruités. ».

Les vendanges sont manuelles, avec une prémacération à froid commandée par le raisin; il n’y a à ce niveau aucune règle. 20 jours de macération avec pigeages au début et remontage à la fin.

L’entonnage se fait à froid, fermentations malolactiques en fûts, et qu’on laisse faire tranquillement. 14 mois d’élevage en fûts, puis 3 mois en cuve pour stabilisation et décantation.

la charmante bâtisse nommée « château de la Creusotte », sur la route de Beaune, est le siège de la maison Albert MOROT.

MOROT exporte ses vins aux USA, au Japon, en Grande-Bretagne, en Belgique… Bref les marchés traditionnels. Quelques millésimes plus anciens peuvent être disponibles.

Les vins MOROT représentent pour moi comme une excellence des vins de Bourgogne, l’expression exacte des grands terroirs du finage de Beaune, ce dernier point étant indéniable. Pour les esprits chagrins estimant que « pour des Beaune, c’est cher », je rétorquerai qu’entre un vin insipide bon marché et l’expression grandiose de ces terroirs, mon choix est fait. Alléluia.

domaine Albert MOROT
Geoffroy CHOPPIN

20  avenue Charles Jaffelin
F-21200  BEAUNE

 tél. +33 (0)3 80 22 35 39

DEGUSTATION

Elle a eu lieu in situ, mais aussi partout où des personnes de goût s’y trouvaient, avec des bouteilles de ce domaine (notamment au banquet de l’Elegance des Volnay, version 2010). Merci Geoffroy du temps consacré à la rencontre de tes nectars.

Beaune blanc 1er cru « Aigrots » 2009
Nez de noisette, grillé, classique, intense, riche. Bouche riche, concentrée à l’attaque, le milieu est plus fin. Bonne finale dotée de beaux arômes bien fixés mais complexes. Belle rétro intense sur du végétal frais et de la noisette grillée.

la tradition au domaine Albert MOROT est d’avoir quelques vieux millésimes à disposition de la clientèle.

Beaune 1er cru « Cent Vignes » 2009
Joli nez de cerise croquante, floral. Bouche fine, bien construite, tanin marqué à ce stade. Finale ample, fruitée, sur du mûr et une pointe acidulée.

Beaune 1er cru « Aigrots » 2009
Couleur assez claire. Nez de cerise griotte, végétal, un côté acidulé. Bouche tendue, vive à l’attaque, avec un tanin bien présent qui encadre le vin jusqu’à la finale. Dans des arômes qui doivent encore se définir. Bonne finale classique.

Beaune 1er cru « Toussaints » 2009
Très beau nez floral, fin, subtil, cerise à noyau, très classique. Bouche un peu bousculée à l’attaque, mais développe sur une matière fine, ferme et concentrée. Finale longue et large, sur un fruit mûr.

Beaune 1er cru « Grèves » 2009
Nez plus compliqué, bousculé, il fait la grève du nez ! La bouche aussi boude, bien que la matière et la structure soient présentes.

Beaune 1er cru « Marconnets » 2009
Petite réduction qui présage un grand vin : notes florales, fruits secs, un côté sauvage. Bouche à l’attaque noble, souple, et racée. Le développement est ample, généreux, confortable. Finale au tanin enrobé, mais généreux. Très beau.

Beaune 1er cru « Bressandes » 2009
Nez à la belle vinosité, fruits noirs, ronce. Attaque souple et fine, part sur un tanin strict et large. Les 3 mois d’élevage restants lui feront le plus grand bien.

Beaune 1er cru « Teurons » 2009
Nez à la petite réduction, mais qui promet un grand vin : cerise noire, un peu sauvage, un petit côté cendré. La bouche est complète, riche, ample, avec des petites notes poivrées, épicées et fruitées. Finale tannique, qui encadre le vin. J’aime ce type de constructions. La finale est très longue, précipitez-vous dès la sortie de ce vin !

les 1er crus « Teurons » et « Marconnets » sont souvent les plus convaincants de la gamme.

Savigny-les-Beaune 1er cru « la Battaillière » 2009
Nez sanguin, juteux, grosse cerise noire, pointe minérale et terreuse. Bouche corsée, virile, on a peine à deviner qu’il s’agisse bien d’un Savigny ! Finale sur les tanins, va quelque peu s’affirmer en fin d’élevage.

Pommard village 2009
Nez de kirsch, noyau (typiques de ce finage), notes florales. Bouche stricte, autoritaire, ferme, avec malgré tout un joli fruit sur le plat de la langue et le palais. Finale tannique, virile. La rétro est plus fine.

Beaune 1er cru « Marconnets » 2008
Nez discret, profond, mais fin : griotte, un peu simple à ce stade. Bouche à l’attaque acidulée, développant sur une trame acide vive. La finale l’est aussi, finissant sur du fruit frais.

Beaune 1er cru « Marconnets » 2007
Nez à la pointe animale, fruit mûr, un peu banane. Bouche ronde, grasse, tanin et acidité sur le plat de la langue qui heureusement rigidifie l’ensemble. Finale

2 Responses to “à Beaune, le domaine Albert MOROT : Geoffroy CHOPPIN : Beaune aventure.”

  • guerin

    bonjour on m a offert une bouteille de beaune teurons de 1l5 de 1992 en rouge 1er cru controlee et jaurais voulut savoir sa cote actuel pour soit la boire ou la garder encore merci de me repondre

    • bonjour,

      N’ayant pas ton prénom, je ne puis te donner ce titre… Le domaine MOROT élabore des grands vins de garde. Toutefois, 1992 était une année de grande finesse, et de joli fruité.
      J’attaquerai cette jolie bouteille cet hiver, avec un beau gibier à plumes, ou alors un à poil mais du mollo, genre daguet. Des champignons seront bienvenus, car le vin partira sur ses arômes tertiaires de sous-bois… Grand moment en perspective, du bonheur ! Elle est pas belle la vie ?

      Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*