13 avril 2012

Grands Jours de Bourgogne 2012 : focus sur Vosne-Romanée

by Patrick Maclart

article rédigé par Marie-Dominique LENA-BRADFORD

La deuxième journée des Grands Jours de Bourgogne, grande manifestation ayant lieu tous les deux ans, et réunissant toute la Bourgogne et durant 5 jours, est consacrée à la Côte de Nuits, nos Champs-Elysées à nous.

Ce focus est consacré à Vosne-Romanée, la prestigieuse, la « perle du milieu », le summum de l’expression du pinot noir. Comme tous les deux ans, la dégustation a lieu au château du Clos de Vougeot. Les conditions de dégustation ont été exceptionnelles. Je tiens par ailleurs à remercier l’organisation qui a tout mis en oeuvre pour porter la réputation de l’appellation.

quel magnifique écrin pour ces joyaux à déguster… Une dégustation au clos de Vougeot sera toujours un instant de magie, couronné par un millénaire d’histoires.

Le millésime 2010 est un de ces millésimes dont on reparlera à mon avis encore pendant longtemps. A Vosne, les vins sont homogènes, avec de grandes réussites. Une acidité remarquable donnant fraîcheur et longueur, des tanins presque toujours soyeux et maitrisés, une bonne maturité de fruit. Moins de récolte a probablement induit une meilleure concentration et des vins avec une belle structure qui leur permettra de nous donner du plaisir pendant plusieurs belles années.
Le millésime 2010 est celui présenté par la majorité des domaines. Tous n’étaient pas mis en bouteilles. Certains avaient apporté un millésime plus ancien, belle initiative (non notés)…

DEGUSTATION

Etant limitée par le temps et ne pouvant tout déguster, j’ai pris deux angles :

ne déguster que les Vosne-Romanée… mais déguster tous les Vosne-Romanée présentés par chaque domaine.
– ne pas déguster les super-ténors, dans l’optique de faire des découvertes ou de mettre en avant des domaines qui montent.
Cependant, je ne peux que continuer à féliciter les excellents domaines (ou maisons de négoce) qui font un travail homogène, régulier, et qui jouent l’excellent rôle de locomotive et d’ambassadeurs de l’appellation :
– domaine Méo-Camuzet, domaine Bouchard père & fils

 Les notes démarrent de « ** » (très moyen, voire médiocre) à « ***** » (exceptionnel). ATTENTION : n’oublions jamais qu’une dégustation est un instantané du vin à un moment donné. Jamais une note ne doit être considéré comme un jugement définitif mais plutôt comme une impression qui peut (parfois) être projetée.

Marie-Dominique LENA-BRADFORD, rédactrice de cet article, grande dégustatrice, et qui va probablement s’inscrire dans la durée sur Bourgogne Wineblog.

domaine Daniel RION – Vosne-Romanée

Voici un domaine que je suis depuis plusieurs millésimes ; Une progression qualitative indéniable. Surtout dans la définition des vins qui ont gagné en précision tant au nez qu’en bouche. Les frères et sœur Rion vont continuer à nous impressionner…

Vosne-Romanée 2010 ****
Nez très parfumé. Boisé toasté puis couches successives de fruit, surtout marqué par la cerise noire et la framboise. En bouche, velouté très soyeux, joli toucher, sensuel. Très élégant.

Vosne-Romanée 1er cru « Beaux-Monts 2010 » ****(*)
Un  degré de profondeur supplémentaire. Très parfumé. Violette au nez, une touche chocolatée en plus du fruit mûr et bien dessiné. En bouche, fleurs et fruits se partagent. La concentration impressionne, de même que la profondeur. Très jolis amers en finale.

probablement l’un des plus beaux vins de la dégustation. Profond, concentré, bien dessiné, ces Beaux Monts sont beaux tout court !

Vosne Romanée 1er Cru Chaumes 2010 ***(*)
Nez un peu moins ouvert, très raffiné cependant. Les tannins sont encore un peu marqués mais joliment enrobés. Un vin fait pour la garde, qui ira loin !

Vosne-Romanée 1er cru « Chaumes 2009 » ****
La complexité est déjà bien affirmée au nez. De jolis notes florales, violette. En bouche, les tanins sont encore marqués mais dans une jolie enveloppe souple, le tout en équilibre !

domaine Robert SIRUGUE – Vosne-Romanée

Les vins étaient en masse pour une mise en bouteilles qui allait s’effectuer très prochainement.

Vosne-Romanée 2010 **(*)
Le nez est un peu fermé et le vin sur la défensive. A redéguster dans quelques mois.

Vosne-Romanée 1er Cru « Petits-Monts 2010 » **(*)
Jolie sucrosité sous-jacente. Floral en bouche, serré, longueur moyenne. Encore beaucoup de CO2 accentuant les tanins.

domaine Jean TARDY & fils – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée « les Vigneux » 2010 ***
Joli nez simple mais raffiné. Fruit dominant en bouche, jolie texture fine. Milieu de bouche un peu creux mais en partie comblé par un joli soyeux.

Vosne-Romanée 1er Cru Chaumes 2002 ****
Evolution au nez. Légèrement kirsché, notes animales, sous-bois. En bouche, matière fine et grande persistance des arômes.

Cécile TREMBLAY – Vosne-Romanée

Les 2010 sont tirés sur fûts. J’avoue ne pas avoir encore compris l’engouement pour les vins de ce domaine. Je suis déçue de ne pas trouver le côté « pulpeux et velouté » trouvé chez d’autres grands domaines…

Vosne-Romanée vieilles vignes 2010 **
Discret au nez mais assez profond. En bouche, peu de matière, mince.

Vosne-Romanée 1er cru « rouges du dessus » 2010 **
Nez timide. Fruit masqué par le bois en bouche.

Vosne-Romanée 1er cru « Beaux Monts» 2010 **
Pointe végétale, petites notes chocolatées. En bouche, une dureté qui étonne.

domaine NUDANT – Ladoix-Serrigny

Vosne-Romanée 2010 ***(*)
Assemblé, prêt à la mise. Groseille, griotte, boisé usagé (bois mouillé). En bouche, belle ampleur, volume dans une matière fine et savoureuse. Juteux, long, tout en équilibre !

Jean-Marc MILLOT – Comblanchien

Vosne-Romanée 2010 ***
Joli nez assez traditionnel (fruit pur) très ouvert. En bouche, joli volume. Un peu serré en finale.Belle expression en devenir.

Vosne-Romanée 1er Cru « Suchots » 2010 ***
Déjà assez complexe au nez, savoureux, juteux.Serré en milieu de bouche. Beaucoup de griotte.A revoir plus tard quand la matière prendra le dessus sur les tanins.

Thibault LIGER-BELAIR – Nuits saint-Georges

Vosne-Romanée « aux Réas » 2010 **(*)
brut de fût. Nez minéral, belle profondeur. Un peu dur en bouche car tanins marqués. Sucrosité du fruit mais aussi du bois.

Vosne-Romanée « aux Réas » 2009 **
Début de notes de sous-bois au nez. Dur et assez astringent en bouche. Manque de délicatesse pour ce climat.

François LAMARCHE – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 1er Cru Chaumes 2010 **(*)
Fruit discret au nez. En bouche, concentration moyenne, fruit en retrait. La cerise arrive en finale mais le boisé reste assez présent à ce stade.

Fabien JOANNET – Marey-les-Fussey

C’est le 3ème millésime de ce domaine. Belle réussite, très encourageant.

Vosne-Romanée 2010 ***(*)
brut de fût. Joli nez bien défini, très distingué. Fruits mûrs, framboise ainsi que de jolies notes boisées très discrètes, laissant la part belle au fruit. En bouche, même impression, beaucoup d’élégance, très belle longueur.

Vosne-Romanée 1er Cru « Suchots » 2010 ***
brut de fût. Joli nez, sucrosité du fruit (framboise). En bouche, tanins un peu trop marqués. Belle maturité du fruit. Acidité équilibrante. Juteux et concentré en finale.

Louis JADOT – Beaune

Vosne-Romanée 2010 **(*)
brut de fût. Joli ensemble malgré un côté un peu hésitant en bouche.

Vosne-Romanée 1er cru Beaux Monts 2010  ***
brut de fût. Très parfumé au nez. Elégant en bouche, juteux en finale, belle élégance et concentration.

Vosne-Romanée 1er Cru « Suchots » 2005 X
Bois mouillé. Plus végétal qu’animal (sous-bois). En bouche, long, salivant, salin, minéral.

Alain HUDELOT-NOELLAT – Chambolle-Musigny

Vosne-Romanée 2010 **(*)
brut de fût. Nez très parfumé. En bouche, un peu décevant, un peu dur.

Vosne-Romanée 1er cru Beaux Monts 2010 **(*)
brut de fût. Nez profond, beaucoup de fraicheur, un peu mentholé et fruits compotés. En bouche, légèrement décharné, pas très franc, fruit sec. Décevant par rapport au nez.

Vosne-Romanée 1er Cru « Suchots » 2010 **(*)
Le fruit manque de définition au nez et en bouche. Certainement trop tôt pour voir le réel potentiel.

Dominique MUGNERET – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée « Alliance des Terroirs » 2010 ***(*)
Au nez, un peu viandé, annonçant une certaine complexité. En bouche, matière assez serrée, un ensemble cohérent, salivant, de concentration moyenne.

Vosne-Romanée 1er cru « au-dessus des Malconsorts » 2010 ***(*)
Joli nez assez complexe. Fruit et boisé épicé, minéral. En bouche, belle matière, tanins saillants mais entourés de fruit mûr et pur. Très beau potentiel.

domaine MONGEARD-MUGNERET – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 2010 **
Nez ultra discret. En bouche, maigre et décevant.

Vosne-Romanée 1er cru « En Orveaux » 2010 **
Fruit peu expressif. Peu de matière, desséché (par le bois).

domaine PAUL MISSET – Nuits saint-Georges

Vosne-Romanée « Les Barreaux » 2010 **(*)
Nez muet. En bouche, matière fine, mais boisé assez marqué, un peu desséchant à ce stade.

Vosne Romanée « Les Barreaux » 2008 ***
Joli nez, fin, développé, en puissance. En bouche, kirsché, jolie acidité. Matière fine et tendue. Long.

comte LIGIER-BELAIR – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée « La Colombière » 2010 ***(*)
Joli nez, assez discret, mais qui s’ouvre en s’aérant. Belle pureté. En bouche, matière assez savoureuse, jolie acidité donnant une belle longueur.

Vosne-Romanée « clos du Château » 2010 ***(*)
Fumée de cheminée, fruit rouge d’un style assez distingué. En bouche, salivant, fin, long.

Vosne-Romanée « aux Reignots » 2010 ***(*)
Nez déjà complexe (minéral, floral – pivoine). En bouche, délicat, joli toucher. Texture fine et délicate. Jolis amers en finale donnant plus de concentration.

Georges NOELLAT – Vosne-Romanée

Belle révélation que la progression de ce domaine. Des vins francs, ouverts, racés. A suivre de près ! Bravo au très jeune Maxime CHEURLIN, la valeur n’attendant pas le nombre des années.

Vosne-Romanée 2010 ****
Joli au nez. Fruit + boisé léger, très équilibré. Déjà assez complexe. En bouche, belle matière veloutée. Ample, acidité fine et salivante. Style traditionnel mais sachant mettre le fruit en exergue.

Vosne-Romanée 1er cru « les Chaumes » 2010 ***(*)
Boisé, nez assez toasté. En bouche, un côté juteux très séduisant, belle sucrosité avec des épices fines données par un boisé plus intégré en bouche qu’au nez.

Maxime CHEURLIN est l’un des tous grands espoirs de la Bourgogne. La vingtaine à peine atteinte, déjà deux millésimes bien réussis au palmarès. Retenez ce nom, c’est un futur tout grand !

Vosne-Romanée 1er cru « les Petits Monts » 2010 ****
Nez assez complexe, épicé, racé. En bouche, fraîcheur, équilibre, belle acidité.(40% vendange entière de raisins millerandés – situé juste au-dessus des Richebourg)

Vosne-Romanée 1er cru « les Beaux Monts » 2010 ****
Nez assez discret. Petites notes florales épicées (violette, poivre). Jolis fruits mûrs en bouche, matière fine, savoureuse, étirée tout en longueur.

domaine MUGNERET-GIBOURG – Vosne-Romanée

Ici, pas de révélation, juste une belle confirmation. Régularité exemplaire !

trois femmes aux manettes, un domaine distingué, élégant, accueillant et régulier. Déguster au domaine MUGNERET-GIBOURG est un moment somme toute très « féminin »… (crédit cabotandco.com)

Vosne-Romanée 2010 ****
assemblé, prêt à la mise. Joli nez élégant. Petits fruits rouges et noirs, boisé ultra élégant. En bouche, juteux, franc, long.

Vosne-Romanée 2009 ****(*)
Beaucoup plus complexe que le 2010. Matière pulpeuse, soyeux, très veloutée. Persistance impressionnante.

Gérard MUGNERET – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 2010 ***(*)
Joli nez, très raffiné. En bouche, juteux, tannins fondus.

Vosne-Romanée 1er cru « les Brulées » 2010 **(*)
Boisé au nez. Fruit assez discret. En bouche, tannins trop marqués par le bois, cachant le fruit.

Vosne-Romanée 1er cru « les Suchots » 2010 **(*)
Très joli nez, grillé élégant. En bouche, un peu dur sur un milieu de bouche un peu creux.

Michel GROS – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 2010 **(*)
mise août 2011. Joli nez, profond. Minéral. A ce stade, plus de bois que de fruit.
Malheureusement assez asséchant en bouche.

Vosne-Romanée 1er cru « aux Brulées » 2010 **(*)
Nez pas très net mais fruit et joli boisé à l’aération. Minéral. En bouche, belle longueur. Assez étiré et concentré.

Vosne-Romanée 1er cru « clos des Réas Monopole 2010 » ***
Nez très parfumé. Boisé et fruit mûr. Framboise, cerise noire. Assez juteux en bouche. Matière très fine. Juste un peu creux en milieu de bouche.

domaine GROS frère & soeur – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 2010 ****(*)
Très joli nez. Raffiné. Fruit bien respecté et dominant. En bouche, très belle sucrosité du fruit. Acidité très équilibrée. Epices en finale. Excellent et très prometteur !

Jean GRIVOT – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée « Bossières » 2010 **
Nez vieillot, en bouche aussi.

Vosne-Romanée 1er cru« Beaux Monts » 2010 **
Nez de fruit peu expressif, en bouche, pas de définition, imprécis.

maison Alex GAMBAL – Beaune

Belle progression de cette jolie maison de négoce.

Vosne-Romanée « vieilles vignes» 2010 ***(*)
Mise récente. Très raffiné au nez. Parfumé, minéral. Boisé bien intégré. Belle concentration jusqu’en finale (longue). Un vin qui a de la profondeur.

domaine GUYON – Vosne-Romanée

Mis en bouteilles depuis 8 jours.

Vosne-Romanée 2010 ***(*)
Très parfumé au nez. Chair savoureuse, minéralité déjà bien prononcée. Très belle longueur et franchise.

Vosne-Romanée 1er cru «en Orveaux» 2010 ***(*)
Nez très parfumé, floral (pivoine), poivré en bouche. Très belle matière fine et élégante. Epicé jusqu’en finale.Très belle sucrosité de fruits bien mûrs. Acidité fine et très équilibrée. Long !

Vosne-Romanée 1er cru «les Brûlées»2010 ***(*)
Superbe nez, un peu viandé. Fruits des bois. En bouche, assez structuré mais jolie chair fine. Prometteur.

domaine R. DUBOIS – Premeaux-Prissey

Vosne-Romanée « les Chalandins » 2010 **(*) ?
Nez assez discret. En bouche, timide, un peu dur. A besoin de temps pour voir le potentiel.

domaine CONFURON-GINDRE – Vosne-Romanée

Un peu déçue par les vins de ce millésime. J’avais trouvé les 2008 et 2009 plus francs, plus expressifs.

Vosne-Romanée 2010 **(*)
Joli nez, tanins assez marqués en bouche cachant la matière et le fruit. Attendre.

Vosne-Romanée 1er cru« les Brûlées»2010 **(*)
Nez discret. En bouche, structure très marquée. Texture serrée, un peu trop tannique pour voir clairement en-dessous.

Vosne-Romanée 1er cru «les Chaumes» 2010 **(*)
Discret au nez et en bouche. Assez dur en bouche. Potentiel de garde mais élevage en cours, à revoir une fois la mise effectuée.

Vosne-Romanée 1er cru «les Beaumonts» 2010 ***
Le vin le plus joli de la gamme. Matière charnue mais au travers de laquelle on ressent l’expression du fruit malgré des tanins très présents.

domaine COUDRAY-BIZOT – Beaune

Vosne-Romanée 1er cru «Croix Rameau» 2010 **
Nez de fruits macérés. Notes assez rustiques. En bouche, le fruit n’est pas mis en avant. Un peu trop traditionnel.

domaine FOREY père & fils – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée 2010 ***(*)
Nez très ouvert, toasté et fruit mûrs, jolies épices et notes florales (pivoine). En bouche, matière mûre et veloutée. Chair fine. Jolie acidité donnant de la longueur.

Vosne-Romanée 1er cru Gaudichots 2010 **(*)
Nez toasté grillé. En bouche, boisé assez marqué mais assez belle longueur en bouche. Le fruit devrait réapparaître une fois le boisé plus intégré.

Vosne-Romanée 2000 (en magnum) **(*)
Très joli nez avec beaucoup de profondeur. Floral, quelques notes de sous-bois, confiture de vieux garçon. En bouche, très fin, matière fine, mais un peu éteint. Plus expressif au nez qu’en bouche.

domaine CONFURON-CODETIDOT – Vosne-Romanée

un domaine où on cultive la vigne, pas forcément l’accueil…

Vosne-Romanée 2010**(*)
Nez avec beaucoup de profondeur. Cassis avec quelques notes viandées.  En bouche, chair fine mais tannins peu enrobés, rendant le vin dur.

Vosne-Romanée 1er cru « Les Suchots » 2010**(*)
Beau fruit expressif au nez, avec quelques notes minérales. En bouche, tanins asséchants. Décalage regrettable entre le nez et la bouche (à ce stade).

René CACHEUX – Vosne-Romanée

Vins assemblés, prêts à la mise.J’ai cherché le fruit, en vain…

Vosne-Romanée 2010**
Très marqué par le bois (mais pas joli boisé toasté). Ni concentration ni définition en bouche.

Vosne-Romanée 1er cru « Beaux Monts » 2010 **
Nez de bois frais. Pas de notes de fruit, ni au nez ni en bouche.

Vosne-Romanée 1er cru «les Suchots» 2010 **
Pas de fruit. Pas d’émotion.

Sylvain CATHIARD – Vosne-Romanée

la personne préposée a mis beaucoup de bonne volonté pour être d’un abord exécrable (cette dame aura probablement oublié son sourire au domaine), et s’est évertuée à servir des doses de dégustation ridicules, de l’ordre de trois gouttes par verre. N’étant pas équipée d’un détecteur de résonance magnétique nucléaire, je n’ai pu relater la qualité des vins. Quand on n’aime ni les gens ni la foule, on reste chez soi.

Jacques CACHEUX – Vosne-Romanée

Vosne-Romanée « aux Réas 2010 » ***(*)
Joli nez très raffiné. Fleurs/fruit/bois bien équilibrés. Belle acidité salivante, donnant une très belle longueur et un équilibre tout en fraîcheur.

Vosne-Romanée «les Genevriaires » 2010 ***(*)
Très fin, au nez comme en bouche. Chair fine presque croquante, très raffinée. Beaucoup de fruit. Belle définition et longueur.

Vosne-Romanée «les Raviolles » 2010 ***
Assez minéral au nez, un peu austère. Le fruit est discret. En bouche, un peu décevant car manque de chair.

Vosne-Romanée 1er cru «la Croix Rameau » 2010 ***
Nez boisé. En bouche, fruit ouvert, croquant. Matière fine et belle sucrosité, mais pas beaucoup de profondeur.

8 Responses to “Grands Jours de Bourgogne 2012 : focus sur Vosne-Romanée”

  • Bravo pour cette abnégation.
    Il y avait tellement de tentations tout autour qu’il est remarquable de réussir à se concentrer sur l’appellation Vosne-Romanée.
    Cette rigueur vous aura peut-être rendu un peu dur avec les vins de C. Tremblay que j’ai trouvés légers et friands, avec une belle accroche pour les Beaux Monts et peut-être aussi avec ceux de Thibault LIGER-BELAIR ..si élégants à mon goût.
    Merci pour ce CR.

    • mon cher Cyril,

      Merci encore de ta fidélité au blog.

      Tout d’abord, en ce qui concerne les vins de Madame TREMBLAY. Je reviens vers ce commentaire mis en ligne courant novembre, suite à la dégustation (somptueuse) du millésime 2010 de ce finage, et il s’agissait là de son Grand Cru Chapelle-Chambertin. J’écris : « **(*) nez curieux : fruits cuits, torréfié, pas très net tout ça. Attaque molle, déviance aromatique vers l’animal. Le développement est toutefois sur le fruit, et la finale sèche comme une bise d’hiver, avec une matière qui ne s’arrondira jamais. Ce n’est pas la première fois que cette vigneronne déçoit, et je me demande ce qui peut faire son succès. A mon avis, ce succès n’est pas fait par ceux au fait des vins de Bourgogne. ». Je persiste et je signe. J’ai peine à comprendre l’engouement d’un certain public, qui suit bêtement et aveuglément une presse soi-disant spécialisée. Marie-Dominique comme moi dégustons avec nos papilles et souvent nous tombons d’accord concernant ce domaine où nous constatons itération des mêmes phénomènes. Mais sache une chose Cyril : je respecte toujours le goût des autres. Je suis juste surpris concernant ce domaine en particulier.

      Pour mon copain Thibaut (tu constateras qu’en dégustation je reste totalement impartial, même si j’ai le bonheur de le compter parmi les vignerons que je préfère), Marie-Dominique m’a expliqué que le bois était sur les échantillons prélevés extrêmement austère, et asséchait les vins. Il se peut que ce soit une phase ingrate; c’est d’ailleurs pourquoi je mets constamment le même avertissement en rouge avant les commentaires. Thibaut est un perfectionniste, mais peut-être ce jour là les vins étaient réservés et n’avaient pas envie de voir la foule, à l’instar de la personne préposée à la dégustation des vins du domaine Cathiard… 😉

      Merci encore de ta fidélité et envoie-moi le lien de ta dégustation de Vosne si tu l’as écrite.
      Gourmandes salutations.

      Patrick.

  • kempf

    Coucou,
    Je suis entièrement d’accord avec toi sur les vins de Cécile TREMBLAY,c’est juste un effet médiatique. Je rajouterai dans ton évaluation les vins de Michel NOELLAT que j’ai appreciés.
    Cordialement.

    • salut Jérémie,
      Heureux de savoir qu’il y a des brebis qui ne suivent pas bêtement le troupeau…
      Pour Michel NOELLAT, je te rejoins, la finesse est toujours distinguée et expressive. Mais sans vouloir me dédouaner, c’est Marie-Dominique qui a dégusté. Elle a dû faire des choix et est passé à côté.
      Nous tâcherons la prochaine fois de mettre un peu de lumière sur ce domaine cruellement sous-médiatisé.
      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick.

  • Bonjour,
    un bref témoignage comme contre-pied parfait à vos impressions. Impossible toutefois de dire qui de nous aura raison, probablement nous tous, ou personne, car en matière de goût, rien ne se discute.
    Toutefois, j’ai un peu roulé ma bosse en Bourgogne et ailleurs (pas autant que vous probablement !), et je place au firmament de mes vins personnels ceux de Cécile Tremblay, devant ceux d’autres domaines que vous citez pourtant en référence.
    Je n’ai jamais trouvé la matière dure que vous décrivez, bien à l’inverse, je n’en ai pas encore rencontré de plus soyeuse et veloutée que dans ses vins (Morey, Vosne, Chambolle et Chapelle). Un fruit à excellente maturité (2008 et 2009 en bouteilles de temps à autres, et 2010 sur fûts dégustés en novembre dernier), de jolies notes florales, de tabac et de café pour les bouteilles, un élevage de grande qualité et déjà très bien intégré. Par contre, une réduction systématique qui me conduit toujours à carafer 2 ou 3 heures. Peut-être ai-je découvert les 2010 au bon moment, et que l’élevage les a asséchés ensuite ?
    Pour un peu, je serais presque ravi de vous entendre dire que vous n’aimez pas les vins de Cécile Tremblay, car, quand ses vins échappent à certains (ou qu’ils se montrent à leur désavantage à certains moments de leur parcours), cela en fera un peu plus pour moi !
    Par contre, je pourrais aisément me sentir viser par vos propos qui me feraient suivre ‘bêtement et aveuglément une presse soi-disant spécialisée’. Mais non ! Car non seulement la presse qui vante le grand mérite des vins du Domaine n’est pas pseudo-spécialisée (Meadows, B-D, Parker-quoi-qu’on-en-dise, Tanzer, et j’en passe), mais comme vous l’avez vous-même dit, vous respectez le goût des autres et peut-être n’aviez-vous simplement jamais eu de témoignage allant dans le même sens que le mien, aussi humble soit-il.
    Une dernière remarque si vous me le permettez : pourquoi vous montrer aussi clément avec les vins de Thibault, qui visiblement n’étaient pas dans un bon jour, alors que vos critiques sont sérieusement assaisonnées en direction de Cécile : ses vins étaient peut-être eux aussi juste « reservés et sans envie de voir la foule » ?
    En conclusion, bravo pour la grande qualité de votre blog que je découvre, mais de grâce, un peu plus d’indulgence avec les critiques émises à l’encontre d’un vin ou d’un domaine qui n’a pas vos grâces !
    Bonne continuation.
    Salutations vineuses.

    • bonsoir Guillaume,

      Tout d’abord je tiens à te remercier pour la qualité de ton commentaire que je trouve de haut vol. Intelligent, objectif, décidé et tolérant… Bref du bon. Continue ainsi, ça me plait.

      Tout d’abord, tu penses avoir roulé moins ta bosse que moi en Bourgogne. Nous ne sommes pas là pour comparer nos galons. Laissons à une caste autre que la nôtre pour savoir qui a la plus grosse… Ces comparaisons sont sans fondement. Toutefois, il est vrai que l’expérience est un facteur indéniable tant pour la dégustation que pour la facture des vins. Je m’étonne justement de l’engouement tellement soudain de cette jeune vigneronne poussée au firmament des vins de Bourgogne (permets-moi de reprendre ton expression) et que personne ne connaissait il y a une dizaine d’années. Etonnant non ?

      D’autre part, j’ai dégusté régulièrement ses vins. Je retrouve régulièrement des finales sèches, des parfums étranges, dérangeants, des notes animales. Il est vrai que souvent ils sont en cours d’élevage. Mais quand même. Dégustés comparativement à d’autres, ils me plaisent moins. Et je décoche une flèche à l’encontre d’une « certaine presse spécialisée » car cet engouement soudain n’est pas forcément « objectif ». Voili voilou. Pour les Parker, Tanzer et compagnie, je pense que nous ne faisons pas le même travail. Ils passent une fois par an dans les domaines pour déguster (Parker se contente d’envoyer un émissaire, ou de déguster les vins uniquement importés aux States), de mon côté je vais à la vigne, je regarde les sols, le travail, le palissage. Si j’étais payé pour ça au même taux horaire que ces Messieurs susnommés, je ne serai pas à te répondre à 20 h 16. Nous ne faisons pas le même métier.

      Ta remarque concernant Thibault LIGER-BELAIR est pertinente. Toutefois, il me déçoit tellement rarement. Ses vins sont d’un velours, d’une finesse. Et parfois, ils tirent la tronche. Mais c’est tellement rare. Alors que chez notre amie ces remarques sont plus courantes.

      Enfin, tu me demandes de l’indulgence. J’en ai. La preuve, je continue à les déguster malgré mon scepticisme. Mais je continuerai aussi à transmettre mes ressentis (je déteste le terme « jugement », trop radical et définitif, et « avis » qui dans le sens de la dégustation a un côté administratif) contre vents et marées. Tu sais, si demain BWB allait déguster chez Comtes Lafon, DRC, Leflaive et toutes ces enseignes dont la presse classique se gargarise, je triple mon lectorat ! Donc, les seconds couteaux ont toujours grâce à mes yeux, et les stars aussi, tant qu’elles sont à leur place. Cette dernière phrase est pour moi pleine de sens.

      Enfin, je persiste et je signe : ton post est admirable d’intelligence, de réflexion, d’objectivité et d’analyse. Il me tarde de partager quelques canons en cave avec toi chez un de mes potes. On y passera un bon moment.

      Gourmandes salutations, et au plaisir de te connaître l’ami.

      Pat.

  • Jean-Michel BROUARD

    Salut Patrick !

    eh bien, je suis de retour de Bourgogne où je viens de passer quelques jours. J’en ai profité pour visiter pas mal de domaines et notamment certains de tes coups de coeur. Si, comme l’année dernière, j’ai trouvé les vins de chez J.C. Bachelet impressionnants de précision et avec une belle tension qui devrait les amener loin, c’est surtout du domaine G. Noëllat dont je voulais te faire part, et de son 2011 goûté sur fûts.
    Maxime nous a fait découvrir toute sa gamme et quel beau moment ! Je pense notamment à son Bourgogne rouge qui, les yeux fermés, passait largement pour plus aristocratique que son rang « officiel » ne le laissait présager. Un fruit splendide, d’une fraîcheur incroyable mais avec une matière que je n’ai que très rarement trouvée sur une appellation régionale. S’en sont suivis deux belles cuvées de Nuits et surtout plusieurs claques : VR les petits monts d’une élégance splendide, un fruité d’une netteté impressionnante et des tannins magnifiques pour une sensation de velours en bouche. Splendide.
    Et que dire du VR les Beaux monts si ce n’est que son raffinement nous a simplement transporté. Un soyeux incroyable mais avec une matière impressionnante dont Maxime nous a confié que l’âge avancé de ses vignes n’y était pas pour rien !!!
    Et nous avons terminé sur son Echezeaux et son Grands Echezeaux. Là, nous sommes passé dans une autre dimension, celle de très grands flacons, d’une grande complexité mais qui se laissaient à peine approcher. Un côté un peu sauvage, notamment au niveau des tannins encore insuffisamment fondus (mais l’élevage n’était pas encore fini). Pourtant, on pouvait déjà imaginer le potentiel immense de ces deux Grands.

    Dommage que le domaine n’ait pas quelques hectares de plus 😉 car tout est déjà vendu sur 2011. Mais bon, la gentillesse de Maxime nous a fait vite oublier cette déception !

    Lors d’un prochain passage en Bourgogne, j’essaierai de te faire signe, d’autant que je sais maintenant grâce à Jean-Baptiste Bachelet que tu habites près de chez eux 🙂

    Bien à toi,

    Jean-Michel

    • salut Jean-Michel,

      toujours un plaisir de lire tes commentaires précis et à la fois lyriques, bref tout ce que j’aime !

      Je rejoins moins bien ton enthousiasme sur les Echezeaux; un terroir qui m’a souvent déçu, au point où je me demande toujours la pertinence du classement en Grand cru… Toutefois, ils sont ici vinifiés par l’excellent Maxime CHEURLIN, un p’tit gars qui est sur mes tablettes pour reportage. Tu me précèdes !

      Ah, les Beaux Monts, voilà un climat que j’aime bien, velouté, fraîcheur, et des notes parfois un peu grillées… Du bonheur ! Décidément, tu connais toutes les bonnes adresses, je me demande bien ce que tu lis pour avoir tout ça… 😉

      Quand tu passes dans le coin, penses en effet à m’envoyer un petit message. Si mes disponibilités le permettent, c’est avec plaisir qu’on se cassera une bouteille ensemble !

      Amitiés, et gourmandes salutations.

      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*