28 novembre 2012

sur l’île d’Oléron, Pascal FAVRE du domaine FAVRE : étape par étape

by Patrick Maclart

Pascal FAVRE, 42 ans, dirige un beau domaine d’une quarantaine d’hectares sur l’île d’Oléron, en Charente-Maritime. Il a repris le domaine de son père qui est désormais à la retraite, bien qu’il donne toujours un coup de main par-ci par-là. Ca n’a pas été simple, car le père de Pascal vivait son domaine et était toujours été soucieux de la qualité, mais il a eu l’honnêteté et l’intelligence de laisser faire sa progéniture.

Son naturel gentil transperce sa personnalité… Sa conversion en bio s’est faite en pensant principalement à son personnel, aux autres. Pascal et sa famille se mettront en quatre pour vous assurer un bon accueil au domaine, avec des produits plus qu’étonnants quant à leur rapport qualité-prix-plaisir.

« Mon arrière-grand-père était déjà vigneron, et il était aussi coiffeur, jardinier-paysagiste ! A l’époque, on ne vivait pas exclusivement de la vigne, et il fallait être multifonction quand on habitait une île. » me dit Pascal avec un bon sourire, car ce type a l’accueil ancré au coeur. Bien que doté d’une maîtrise en finance, rien ne le destinait à la vigne; « Je n’ai jamais écarté la possibilité d’être vigneron, de reprendre le domaine familial, car il y avait l’attachement au patrimoine. Je n’ai aucun regret, même si au début ce fut très difficile » se rappelle Pascal.

Le domaine actuel s’étend sur 36 hectares, et 5 supplémentaires en fermage. En conversion bio depuis janvier 2010, bien qu’en lutte raisonnée depuis près de 20 ans (le père avait déjà commencé), ce changement est le fruit d’une longue réflexion. « Le climat, la nature, ça m’interpelle. Je suis de plus en plus touché par l’avenir, surtout celui de mon personnel. Je ne pourrai pas supporter qu’ils leur arrive quelque chose. Le bio comme accélérateur de vente, je m’en fiche. Je vivais très bien sans ça. C’est un vrai choix de vie, et j’y pensais surtout quand je chargeais les pulvérisateurs ». Ce discours est d’une sincérité touchante. Le travail à la vigne suit donc le cahier des charges de la culture biologique.

Pascal est désormais en conversion bio, bien qu’il n’utilisait quasiment plus de produits nocifs tels les herbicides. Pour preuve, dans cette vigne de merlots, l’herbe semble bien portante…

Un quart du volume de production est élaboré en vins de pays (et bien faits !), le reste en Cognac et pineau des Charentes. Pour 3 à 4 € la bouteille, les clients au caveau sortent toujours satisfaits de leurs achats, et reviennent; 85 % des volumes de vente ont lieu au domaine. Il est vrai que la qualité des vins m’a aussi surpris, alors que je venais surtout pour la réputation des pineaux.

Et l’avenir dans tout ça ? « la biodynamie m’intéresse, je vais par ailleurs entamer une formation pour comprendre. J’étais très bien assis en raisonné, je serai très bien assis en bio, et je m’intéresserai à chaque chose en son temps. » me dit Pascal avec raison et pragmatisme. C’est un domaine qui avance étape par étape, qui prend le temps d’écouter, de sentir… L’instinct des hommes des îles n’est pas si coupé de la terre que ça…

domaine FAVRE & fils
Pascal FAVRE

lieu-dit « la Fromagerie »
F-17130  SAINT-PIERRE D’OLERON

tél. +33 (0)5 46 47 05 43

DEGUSTATION

Elle a eu lieu « in situ ». Merci Pascal du temps consacré, au bon moment de vie partagé, à un jet de pierre de l’océan. Pour voir la vidéo réalisée avec Pascal, CLIQUEZ ICI.

une gamme sympathique, d’un rapport qualité-prix-plaisir imbattable ! la cuvée « Péchapié » sera le camarade parfait des tablées d’huîtres et autres coquillages qu’on trouvera chez les bons producteurs de l’île.

vin de Pays « Péchapié » NM – 2.80 €
assemblage de sauvignon blanc et colombard. Elevage de 6 mois en cuve, malos bloquées. Très belle bouche ronde, on retrouve bien les 2 cépages avec le côté « pêche jaune mûre » du colombard et le buis du sauvignon. Belle présence, et une longueur certaine. Joli rétro fruitée, étonnante découverte.

vin de Pays « Grain Marin » NM – 4.50 €
100 % sauvignon, élevage sur fûts neufs de 400 litres. Nez marqué par l’élevage, vanille; le variétal est en arrière du nez. Acidité marquée à l’attaque de bouche, le vin développe sur une expression linéraire marquée par un boisé bien présent. Je trouve le vin bien plus intéressant en finale, avec un côté « pain grillé » des plus intéressants.

vin de Pays « Vignots des Pertuis » rosé NM – 2.90 €
merlot 75 %, cabernet franc 25 %, une grosse partie en saignée, mais aussi du pressurage, surtout dans les cabernets. Très beau nez de fraises, groseille. Simple mais très beau. Pour le prix, on a un rosé de compète ! Bouche fraîche, tendue, charnue aussi, sur le fruit rouge, un côté arbouse apporté par le cabernet franc. Finale ronde, fruitée et propre.

pineau des Charentes blanc « l’Insulaire » – 7.40 €
eau-de-vie de Cognac et d’ugni blanc, et moût de sémillon, montils, ugni blanc de très vieilles vignes, de colombard et quelques merlots. Nez de miel et de poire, pointe de cire, net, propre; bel équilibre entre fruit et rancio. Jolie bouche fraîche, tendue en milieu, ce qui apporte fraîcheur et droiture. Bonne longueur avec un joli moelleux en finale.

La gamme des pineaux des Charentes, en conversion bio, représente une bonne affaire car ils ne sont pas chers. De surcroît, ils sont bien balancés entre fruit et rancio. Ce qui pour un palais non-averti rend ce vin de liqueur accessible.

pineau des Charentes rosé « l’Insulaire » – 7.40 €
eau-de vie d’ugni blanc et moût de merlot à 85 %, le solde en cabernet franc. Nez de griotte à l’eau-de-vie, quetsche, petite pointe de café. Très belle bouche fruitée, prune rouge, chair de cerise, guignolet, presque un côté noyau. Rond et plein en bouche, finale fruitée et nette. Ici encore, l’équilibre et l’harmonie sont les piliers.

pineau des Charentes blanc « Réserve Oubliée » – 11.20 €
nez marqué par le miel, plus floral, complexe. Bouche très fine, subtile, rancio marqué sans excès, mais plus présent en finale (côté noix-noisette). La complexité et l’harmonie sont encore ici les maîtres-mot. Très long, persistant, une douceur de grands moments.

16 Responses to “sur l’île d’Oléron, Pascal FAVRE du domaine FAVRE : étape par étape”

  • Très joli travail de découverte !
    C’est toujours un plaisir de connaître le vigneron, son lieu et ses produits.
    Dommage que l’on ne puisse goûter à cause de la distance.
    Philippe, sommelier et caviste au restaurant En Catimini Le Château 16, place de la République 11200 FERRALS LES CORBIERES
    04 68 41 62 53

    • salut Philippe,

      Je tâcherai de t’amener quelques bouteilles lors de mes pérégrinations en ton pays que j’adore. J’y suis souvent, et toute une série de reportages effectuée à Fitou…
      Merci de ta curiosité, et j’espère fidélité à Bourgogne Wineblog. Gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

  • vincent

    Découvert par hasard sur conseil d’un ami de l’île. Nous apprécions beaucoup tous les produits, avec une distinction pour le « Grain Marin » et pour le cognac !!!

    Vincent.

    • salut Vincent,

      Merci d’approuver mon article. En fait, j’aime à mettre dans la lumière des vignerons qui se battent dans l’ombre des stars trop souvent rabâchées dans les guides et autres revues, afin qu’ils puissent exprimer le résultat de leur travail. Pascal fait partie de ces hommes. Imagine la lutte contre le mildiou alors qu’on entend l’océan depuis sa vigne…

      Ses produits sont plus que corrects, et travailler au prix qu’il travaille et ce tout en bio, chapeau.

      Merci en tout cas de ton commentaire, et merci de faire connaître mon blog à ton entourage. Amitiés gourmandes.

      Patrick.

  • Marie José

    Découvert ce matin sur France Inter.
    Que d’éloges.
    Envie de déguster, mais très loin de l’ile d’Oléron

    peut on commander sur internet ?

    • bonjour Marie-José,

      tout d’abord vous n’êtes pas sur le site du vigneron, mais du blogueur qui a fait l’article « in situ » lui… 😉 Quant aux éloges, les miennes sont antérieures.

      Pour commander en ligne, contactez le vigneron dont les coordonnées sont reprises sur l’article, vers le bas. Vous verrez, vous ne serez pas déçue.
      Gourmandes salutations, et merci de faire connaître mon blog à vos proches, et vous y trouverez de beaux trésors pas chers.

      Patrick.

  • cotinaut ch

    J’ai eu connaissance de votre pineau par une collégue de travail et je souhaiterai vous en commander, merci de m’indiquer si vous faite des envois et si oui comment.

    Bonne journée et merci pour votre retour

    • Bonjour ?,

      Tu m’envoies une demande de tarif pour le pineau des Charentes de Pascal FAVRE. Sache que tu es sur un blog d’amateurs de vins et de dégustations, et non sur le site du vigneron ! Et n’ayant pas le temps d’assurer son secrétariat commercial, je vais te donner ses coordonnées reprises pourtant à l’article :

      tél. +33 (0)5 46 47 05 43

      Je te souhaite de belles et bonnes dégustations. Elle est pas belle la vie ? Amicalement.

      Patrick MACLART.

  • BIGAY

    Habitant Vichy et souhaitant acheter votre pineau avez vous un salon de orevu dans notre région Merci

    • Salut René,

      Comme beaucoup de gens tu crois être sur le site d’un vigneron. Pas du tout, mais sur un blog passionnés de vins et de vignerons passionnants. Si tu veux contacter Pascal FAVRE sur l’île d’Oléron (je le vois dans quelques jours), il faut que tu retournes sur l’article et que tu prennes ton téléphone. Je ne crois pas qu’il ait de site internet, tu chercheras à la rigueur.

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.
      Patrick MACLART.

  • jacques

    découvert grâce à des amis habitant l’île d’Oléron, je me ravitailles 3 à 4 fois par an, très bon vins et pineau,  » réserve oubliée  » excellente

    Jacques

    • bonsoir Jacques,

      au vu des commentaires, Pascal FAVRE a ses afficionados ! J’en suis un moi-même, et je vais le voir dans quelques jours, ce sera un plaisir de nous revoir. Chez lui, c’est comme dans le cochon, tout y est bon !

      Merci de ta fidélité au blog, gourmandes salutations.

      Patrick MACLART.

  • Fred van der Aa

    Bonjour,
    Nous avons recu une bouteille Pineau des Charente l’insulaire de Favre et Fils, 17,5%.
    C’est pour boire comme un vin ou pour faire un kir?
    Merci,
    Fred van der Aa (Pays-Bas)

    • Dag Fred,

      Blij te zien dat mensen van je prettige land lezen en schrijven op mijn blog ! (j’ai appris le néerlandais car j’ai habité en Flandres. Ceci a été écrit sans l’aide de Google translator !)
      Le pineau des Charentes est un vin de liqueur. Donc il se boit à l’apéritif essentiellement. C’est un moût de vin dont on stoppe la fermentation avec de l’alcool, ici du Cognac. Mais on peut le boire aussi en fin de dessert, avec un fromage bleu par exemple. On peut le réserver aussi avec un dessert, pourquoi pas une tarte aux pommes, une tarte au sucre, une glace « dulce de lecce », un dessert au miel, des pâtisseries orientales par exemple.

      Je ne l’ai jamais bu en kir. Je sais qu’il existe des versions pétillantes de pineau. Il doit s’agir de l’ajout de vin pétillant. Je t’invite donc à faire le test, et à me donner la réponse par retour de message, wat denk je van ?

      Hoop je antwoord ontvangen, beste groeten !
      Patrick.

  • Patrick HIM

    Bonjour

    Il y a quelques années, en vancance sur votre ile, nous avons par hazard decouvert votre domaine et fait l’achat de quelques bouteilles de votre vin. Du vin blanc « le pêche a pied » et du rouge « le Louvois » c’est deux vins ont été très appreciés par de nombeuses personnes et ce week end nous avons degusté la dernière bouteille de vin rouge qui c’est magnifiquement bien conservé. j’aimerais connaitre l’ensemble de vos tarifs et les possibilités de les faire livrer

    Dans l’attente d’une reponse je vous souhaite une bonne journée.

    Patrick HIM.

    • bonjour Patrick,

      Tu n’es pas sur le site du vigneron mais sur le blogueur qui a réalisé l’article le concernant. Tu as en tout cas du goût; « Péchapié » est le vin qui accompagne nombre de poissons et de fruits de mer chez moi ! Tout beau, tout bio et pas cher…

      Je transmets ta requête à Pascal et j’espère que tu trouveras toujours autant de plaisir dans ses vins. Lorsque nous avons reçu des invités la semaine passée, c’est un de ses sauvignons qui a honoré les huîtres, qui elles aussi venaient de sa région.

      Gourmandes salutations.
      Patrick.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*