29 novembre 2018

à Fronsac, le château de la Rivière, Pierre REBAUD : le bon sens en action

by Patrick Maclart

Pierre REBAUD, 40 ans, est le directeur commercial du château, et ce depuis 2015, venant d’une expérience similaire d’un autre château. Une formation commerciale pure… « c’est mon père qui m’a transmis cette vraie passion du vin. Il m’a initié aux bons vins, dès tout petit. D’abord au nez, mais après ! On a habité en Bourgogne pendant 12 ans. Encore aujourd’hui mes parents habitent près de Sancerre. Donc je continue ! » C’est une grande ouverture d’esprit. Notre homme sort ainsi un peu du commun.

Pierre REBAUD, un homme de bon sens, qui aime le boulot bien fait, et qui reçoit tout sourire dehors, le coeur sur la main et la bouteille sur la table. Un exemple de gentillesse et de sincérité.

Le château la Rivière existe en tant que domaine depuis le XVIIIème siècle, c’était un petit vignoble et c’est à cette période qu’on trouve les premières traces d’une culture viticole digne de ce nom. C’était à l’origine une seigneurie qui depuis le XIIème siècle dépendait du duché de Fronsac.

(suite…)

4 octobre 2018

à Chinon, Wilfrid ROUSSE, la vidéo !!

by Patrick Maclart

la rencontre avec Wilfrid ROUSSE n’a pas été fortuite. C’est mon grand ami Benoît GAUTIER, vigneron émérite à Vouvray qui m’a fait découvrir les vins de ce vigneron; sa petite cuvée « les Galuches » tenant la dragée haute à l’aveugle face à Joguet, l’un des papes de l’appellation.

Ce vigneron truculent, souriant, gourmand, est aussi un sacré bosseur. Sa vigne que j’ai vue sur place est impeccable, tout ce qui manque est complanté. Tout est travaillé en bio, des essais en biodynamie et un avenir qu’il voit radieux, avec cette joie qui n’appartient qu’à la candeur des vingtenaires…

(suite…)

12 mars 2018

dans le Roussillon, le domaine ARGUTI, Ugo ARGUTI : l’émulation faite vin.

by Patrick Maclart

Ugo ARGUTI, 62 ans, est à la tête du domaine depuis 2004, créé ex nihilo… « Il n’y avait rien. J’étais directeur au château Fombrauge à Saint-Emilion pendant 30 ans. J’y ai fait 30 millésimes. A la fin, je travaillais avec Bernard Magrez. J’ai décidé de partir en pré-retraite à 50 ans, à l’époque c’était intéressant. Mon coup de foudre pour les Fenouillèdes est arrivé alors que je venais faire du repérage de vigne pour lui. J’ai découvert cette région, tout y était possible » me dit notre homme avec cette sincérité qui le caractérise, cet homme qui aime tant les vignes, les vins que les hommes et les femmes qui le font.

Ugo ARGUTI, malgré sa soixantaine, est emprunté d’une émulation qui ferait pâlir bien des trentenaires. Vieux complice de ma vie, un bonhomme qui vit chaque jour comme le premier. L’émulation faite vin.

Il arrive dans les Pyrénées-Orientales, il découvre le terroir et le climat, et comprend très vite qu’on peut élaborer ici de grands vins, tout en se faisant plaisir, sa marotte. Et le rapport financier permettait une certaine prise de risque.

(suite…)

16 janvier 2018

à Vouvray, le domaine de la RACAUDERIE, Jean-Michel GAUTIER : aller jusqu’au bout du vin

by Patrick Maclart

Jean-Michel GAUTIER, 45 ans, est à la tête de son domaine depuis 1992, ex nihilo… « j’ai repris le nom du domaine de mes parents qui s’étendait alors sur 12 hectares. Il y a eu donc durant quelques mois deux domaines de la Racauderie ! Mais je savais que mon père préparait sa retraite. » Il démarre avec… 1 hectare en location ! Il était salarié de son frère et de son père, mais une folle envie de créer son vin le gratouillait. Il plante 3,5 hectares sur des terres nues à Rochecorbon… « c’était de la jeune vigne, je la destinais aux vins effervescents. J’ai même obtenu une médaille la première année ! » nous dit-il sans orgueil, mais avec la fierté du travail bien accompli.

Jean-Michel GAUTIER, un homme discret qui n’en fait pas des caisses, mais qui aime aller jusqu’au bout des choses, et notamment de ses vins.

Son père va lui transmettre des hectares de location jusqu’à sa retraite. Le domaine paternel sera réparti alors entre les frères. Il plantera encore 2 hectares sur des terres nues appartenant à son père. (suite…)

4 décembre 2017

à Montagne Saint-Emilion : château BEAUSEJOUR, Pierre BERNAULT : patience d’un terroir

by Patrick Maclart

Pierre BERNAULT, 58 ans, est à la tête du domaine depuis l’acquisition en 2005… « je suis fils de paysan. Mes parents avaient une ferme dans l’Ariège. J’y travaillais avec plaisir et dès que mes pieds sont parvenus à toucher les pédales du tracteur, j’ai commencé à travailler dessus. Acheter Beauséjour, c’était un retour à la terre. C’était ça qui était essentiel » me raconte Pierre. Travaillant chez Microsoft, le patron Bill Gates bombardait (sic) ses bons éléments d’actions. Quand le cours a été favorable, il a quitté son travail tout d’abord pour élever son enfant, prenant un congé parental, puis pour élever ses vins.

Pierre a su créer la patience de son terroir. Il détient désormais la clé des émotions.

Au bout de deux ans, en pleine réflexion intense, s’interrogeant sur son avenir, il décide de se lancer dans cette aventure… « on allait en vacances à l’océan, pas si loin. La Gironde semblait être une évidence pour m’installer comme vigneron. L’accueil par mes futurs collègues a aussi bien été malveillant qu’à bras ouverts ; là il n’y a rien de particulier. Je pense que c’est toujours comme ça » me dit Pierre avec ce ton de sagesse qui le caractérise, laissant plus transparaître ses émotions que les banalités de la vie.

(suite…)

6 juillet 2017

Bourgogne Wineblog déguste les vins « nature » du Piémont à Paris !

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, j’ai été convié à une bien jolie dégustation de vins « nature » italiens. Il est indispensable de remercier ici Florence ANDRIEU de l’agence BALPOP, ainsi que toute son équipe, pour la qualité de l’organisation et de l’accueil. Tout a été fait en toute simplicité et convivialité.

BON, UN NATURE, C’EST QUOI ?

Il y a quelques années, c’était avant tout un sujet de polémiques sur les réseaux sociaux. Quand les vins nature sont apparus, une flopée de défenseurs invétérés sont montés au créneau, créant à foison des blogs spécialisés en la matière, mais aussi autant de détracteurs hélas. Malheur à celui qui les critiquait, il risquait dans le meilleur de perdre plein « d’amis », et dans le pire des cas l’écartèlement sur place publique. J’exagère un tantinet, mais on n’en était pas loin. J’en ai fait l’amère expérience en « osant » critiquer une dégustation de vins nature du Beaujolais, estimant que les vins n’étaient pas au top. Un commentaire cinglant d’une blogueuse avait été assez net en écrivant, je cite : « si c’est comme ça, tu n’as rien à faire dans le Beaujolais, rentre chez toi ». Avouez que c’est bien épicé !

(suite…)

23 mai 2017

en Saumur-Champigny, Bruno DUBOIS : les voyages forment les cultures…

by Patrick Maclart

Bruno DUBOIS, 46 ans, a repris le domaine en 2002… « c’était un domaine familial de 25 hectares qui appartenait à mon père et mon oncle. Ils travaillaient déjà le sol en partie avec un enherbement et cavaillonnages. Mais les cavaillons étaient désherbés. » Bruno bossait déjà au domaine, mais profite de ce moment pour parfaire son écolage et sa curiosité. Il partira donc à gauche à droite, où il va apprendre plein de choses, que ce soit à la Tour du Bon à Bandol ou dans le Beaujolais.

Bruno DUBOIS est un homme, avec ses doutes, ses interrogations, ses envies, ses volontés. Tout, sauf un être bouffi de certitudes.

Bruno DUBOIS est un homme, avec ses doutes, ses interrogations, ses envies, ses volontés. Tout, sauf un être bouffi de certitudes.

Dès qu’il avait la possibilité, il partait, rencontrer notamment Marcel LAPIERRE en Beaujolais ; la famille le laissant faire… « c’est une grande chance qu’ils m’ont laissée » affirme-t-il reconnaissant.

(suite…)

31 mars 2014

Grands Jours de Bourgogne 2014 : focus sur les vins de l’Auxerrois

by Patrick Maclart

Traditionnellement, l’ouverture des Grands Jours de Bourgogne commence toujours par le nord de notre région, à savoir le chablisien et l’auxerrois; dégustation qui porte le très joli nom de « porte d’Or de la Bourgogne ». Cette année, je donne priorité aux vins de l’auxerrois, Chablis ne sera pas dégusté cette année.

20140317_162144

Non pas que je boude la belle appellation de Chablis, mais l’occasion m’est souvent donnée de déguster les vins en fort progrès de cette AOC ces dernières années. J’ai donc préféré aller tâter de la production auxerroise. Ces vins ne sont par ailleurs pas toujours simples à comprendre.

Souffrant de l’ombre de leur prestigieux voisin, l’auxerrois a parfois peine à trouver la lumière médiatique. Et pourtant, leur différence, leur originalité, leur authenticité, en font des vins à part. Les pinots partent souvent sur des notes de noyau de griotte vraiment typiques, mâtinées de notes cendrées. Quant au chardonnay, il arrive à avoir une gueule à lui, que ce soit à Vézelay, secteur en plein développement et qu’il faut désormais suivre à la loupe, ou ailleurs, avec des tensions et de la vivacité qui plaisent tant aujourd’hui. On trouve aussi dans cette région deux cépages bien exclusifs : le césar, parfois austère, mais qui ne manque ni de structure et de tanins, et le sauvignon, planté à Saint-Bris, qui donne des résultats aujourd’hui jamais atteints.

(suite…)