26 septembre 2017

en Crozes-Hermitage, le domaine MELODY, marlène DURAND, Marc ROMAK et Denis LARIVIERE : la fusion réussie.

by Patrick Maclart

C’est en dégustant « Etoile Noire », la cuvée haut de gamme, que j’ai eu envie d’aller à la rencontre de ce domaine. Souvent, ces cuvées ont trop de tout : des vins trop lourds, au fruité trop opulent, à l’alcool trop présent, au boisé trop marqué, dans une bouteille trop lourde avec un bouchon trop long et à un prix trop élevé. Là ce n’était pas le cas, tout n’était qu’ordre et beauté.

Marc ROMAK, 29 ans, et Marlène DURAND, 33 ans, sont à la tête du domaine depuis 2010; « c’étaient deux exploitations familiales viticoles qui apportaient leurs fruits à la cave coopérative de Tain. L’un appartient toujours à Marlène, l’autre appartient à Denis LARIVIERE, notre partenaire. Un expert dans la gestion d’entreprise, mais aussi une très bonne connaissance du terroir. » m’explique Marc. A voir, une fusion réussie.

Marc et Marlène, c’est la rencontre qui a fait ce domaine. Il ne manque sur la photo que Denis LARIVIERE, celui qui sera la fondation « cachée » de l’exploitation.

Marlène et Marc se sont connus durant leurs études à Orange, où ils ont obtenu tous les deux leur BTS viti-oeno… « On nous avait dit qu’on allait galérer, mais on s’en est bien sortis » me dit Marc pour qui le sourire est une nature. En 2009, nos tourtereaux partent pour l’Australie afin de réaliser leurs envies de vinifications, s’ouvrir l’esprit. Mais aussi dans un coin de leur tête reprendre le domaine familial pour le faire perdurer. De son côté, en mai 2009, Denis LARIVIERE lui se pose des questions sur l’avenir de son propre domaine. Il dîne avec les parents de Marlène dont il est l’ami, et l’idée de créer un domaine commun germe. Le projet démarre en 2010, « très rapidement, précise la silencieuse Marlène, on en a parlé en juin 2009, et la société a été créée en juin 2010″.

(suite…)

6 juillet 2017

Bourgogne Wineblog déguste les vins « nature » du Piémont à Paris !

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, j’ai été convié à une bien jolie dégustation de vins « nature » italiens. Il est indispensable de remercier ici Florence ANDRIEU de l’agence BALPOP, ainsi que toute son équipe, pour la qualité de l’organisation et de l’accueil. Tout a été fait en toute simplicité et convivialité.

BON, UN NATURE, C’EST QUOI ?

Il y a quelques années, c’était avant tout un sujet de polémiques sur les réseaux sociaux. Quand les vins nature sont apparus, une flopée de défenseurs invétérés sont montés au créneau, créant à foison des blogs spécialisés en la matière, mais aussi autant de détracteurs hélas. Malheur à celui qui les critiquait, il risquait dans le meilleur de perdre plein « d’amis », et dans le pire des cas l’écartèlement sur place publique. J’exagère un tantinet, mais on n’en était pas loin. J’en ai fait l’amère expérience en « osant » critiquer une dégustation de vins nature du Beaujolais, estimant que les vins n’étaient pas au top. Un commentaire cinglant d’une blogueuse avait été assez net en écrivant, je cite : « si c’est comme ça, tu n’as rien à faire dans le Beaujolais, rentre chez toi ». Avouez que c’est bien épicé !

(suite…)

8 février 2017

à Vouvray, Benoît GAUTIER, au domaine de la Châtaigneraie : mouvement utile

by Patrick Maclart

Benoît GAUTIER, 55 ans, a créé son domaine ex nihilo… « je souhaitais créer mes vins, m’exprimer, que j’étais capable de faire des choses. Mais mon père n’était pas prêt de lâcher les rênes. J’ai donc fondé mon domaine et loué des vignes ». On sent la volonté dans le propos, d’être autonome, de décider. Il va donc commencer avec 3 hectares en 1981, et l’opportunité en 1984 de doubler sa superficie, en achetant 3 hectares… « c’était une vigne quasiment en friches, et n’oublions pas qu’à l’époque les taux d’intérêt étaient à 13 % ! Et j’ai reconnaissance pour mon père qui m’a gracieusement loué des terres » ajoute-t-il redevable. Il se marie en 1987, son épouse Patricia s’occupe de la comptabilité.

Benoît GAUTIER à 55 ans dispose de plus d'énergie que bien des jeunes, et de plus d'idées que bien des chercheurs. Toujours en mouvement, et pas pour brasser de l'air !

Benoît GAUTIER à 55 ans dispose de plus d’énergie que bien des jeunes, et de plus d’idées que bien des chercheurs. Toujours en mouvement, et pas pour brasser de l’air !

(suite…)

14 octobre 2016

en Provence, le château BARBANAU, Sophie CERCIELLO & Didier SIMONINI : créer le vin

by Patrick Maclart

Sophie CERCIELLO et Didier SIMONINI ont créé, ou plutôt recréé Barbanau… « nous l’avons fait revivre. Le bien a toujours été là, mais nous avons créé le vin » annonce Sophie, créative, imaginative, l’esprit serein mais toujours joueur, et qui a trouvé la symbiose avec son époux qui lui est plutôt un perfectionniste, un rarement satisfait, un puriste. « Tout était planté ici avant notre arrivée, mais la vision précédente n’était que productiviste. Et après plus de 25 ans d’exploitation, on ne peut qu’apprécier le travail accompli » me dit Sophie avec cette voix riante, pendant que Didier lui est à bosser ça où là…

Ces deux là se sont trouvés ! Didier SIMONINI, perfectionniste et bosseur sans compter, à l'énergie physique débordante, et Sophie CERCIELLO, plus posée dans le fond, sachant prendre recul et relativiser, même si sa forme est olympique !

Ces deux là se sont trouvés ! Didier SIMONINI, perfectionniste et bosseur sans compter, à l’énergie physique débordante, et Sophie CERCIELLO, plus posée dans le fond, sachant prendre recul et relativiser, même si sa forme est olympique !

Le père de Sophie est moniteur de ski et décide d’acheter ce domaine et Sophie arrive avec la candeur de ses vingt ans, sans vraiment prendre conscience du boulot à accomplir, le vignoble est épuisé par des années de production intensive; « c’est comme si on avait demandé à une chienne d’enfanter 12 petits par an, c’est exactement ça » ajoute Sophie. C’était insecticides et désherbants à tout va, « on n’entendait même plus les oiseaux » précise notre vigneronne. Leur réussite ? Avoir recréé ce biotope actuel, où oiseaux et papillons virevoltent avec bonheur, sous le regard endormi des deux golden retrievers du domaine.

(suite…)