23 janvier 2012

à Chablis, le 26ème concours des vins : tout, tout, tout, vous saurez tout !

by Patrick Maclart

Le syndicat de Chablis s’est réuni pour la 26ème fois, ce samedi 21 janvier, afin de procéder à leur fameux concours. 26 éditions, c’est déjà beau gage de maturité et, il faut le dire, ce concours est non seulement bien organisé, mais il permet de voir tout le chemin accompli par les Chablisiens.

Comme à son habitude, c’est à l’Abbaye du Petit Pontigny, siège du BIVB local, qu’auront lieu les joutes dégustatoires…

l’abbaye du Petit Pontigny date du XVIIème siècle, et a été reconstruite sur les ruines de l’ancienne qui date du XIIème. Un bâtiment bien adapté à l’organisation de manifestations professionnelles, ou autres…

(suite…)

20 janvier 2012

à Rully, le domaine NINOT : douce harmonie

by Patrick Maclart

Erell et son frère Flavien dirigent tranquillement le domaine NINOT. Réparti sur 13 hectares, ils élaborent 50.000 bouteilles par an, car un peu de moût est vendu au négoce.

Ces deux personnalités sont somme toute complémentaires, et il règne lorsqu’ils sont ensemble une douce harmonie. Le frère Flavien, 25 ans, avec un parcours étonnant. Un CAP de tonnellerie et un stage à la tonnellerie de Mercurey, mais aussi chez l’un des meilleurs tonneliers de Bourgogne, Chassin. Il entame alors un parcours complexe : celui de Compagnon du Devoir. Mais pourquoi alors être rentré au domaine ? « Parce que ma soeur m’a demandé de rentrer ! » répond avec malice Flavien. Sa soeur en rit, on sent bien la complicité entre ces deux-là.

deux tempéraments, deux caractères, mais chacun arrive à exprimer ses qualités pour le bien du domaine. Flavien et Erell NINOT ont réussi cette alchimie.

(suite…)

16 janvier 2012

à Châteauneuf-du-Pape : le domaine la Barroche, Julien BARROT : talents.

by Patrick Maclart

Julien BARROT, 31 ans, est à la tête du domaine la Barroche, bien que son père soit toujours là et que ce fils talentueux aime à sentir près de lui. « C’est une famille installée dans le pays châteauneuvois depuis 14 générations, et même depuis le XIVème siècle par ma mère ! » dit fièrement Julien. En effet, ce jeune homme est doué. Doué pour la facture de ses vins, très doué pour en parler, et très certainement encore plus doué pour les vendre. En voilà un qui a eu bien des fées autour de son berceau de bébé… Et c’est un compliment sincère que je lui fais. L’amour du mourvèdre est un autre point commun que nous partageons.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN millésime 2010 : humeurs et analyses

by Patrick Maclart

Le syndicat de Gevrey-Chambertin est non seulement courageux ou audacieux, il est aussi intransigeant. Les récents travaux de la maison BOISSET sur le clos Prieur a fait réagir cette autorité. Elle n’y est pas allée par quatre chemins, en menaçant (on va plutôt parler de promesses vu leur détermination) de retirer l’AOC premier cru à la maison de négoce.

Pareil pour la dégustation « primeur » du millésime 2010. Il y a quelques mois, à l’unanimité des voix, les défenseurs de l’appellation pronaient la dégustation primeur en novembre au lieu de l’habituel mois de mars; une fois les malos finies et la prise de bois digérée. Non seulement Bourgogne Wineblog et votre serviteur étaient le premier média mondial à vous le relater, mais prenaient aussi clairement position dans ce sens.

C’est donc tout naturellement que je me rendais à la dégustation des Gevrey 2010. Le syndicat ne nous avait pas pris pour des saucisses, et avait choisi le cadre prestigieux de l’Hôtel de la Poste à Beaune. Organiser cette manifestation dans la « capitale » des vins de Bourgogne (fortement contestée par Dijon et Nuits saint-Georges), et voir des Nuitons à Beaune, ce n’est pas courant, en tout cas pour une dégustation.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010, dégustation des Grands Crus : l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010 : dégustation des 1ers crus, l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

 

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010 : dégustation des village, l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

(suite…)

8 novembre 2011

à Châteauneuf-du-Pape, le domaine du Banneret, Jean-Claude VIDAL : la tradition sur votre table.

by Patrick Maclart

Le nom du domaine vient d’une très ancienne fonction. En effet, le Chevalier Banneret est celui qui avait le privilège de hisser les couleurs du roi. Et nul doute que Jean-Claude VIDAL, actuel propriétaire du domaine, ait envie de hisser haut les couleurs de Châteauneuf !

Ce domaine existe depuis la nuit des temps et Jean-Claude, 72 ans le maintient debout tout comme lui. La pleine forme, les moustaches glorieuses, il prend son temps lorsqu’on le questionne, et sa réflexion est souvent éclairée par la malice de ses yeux. La très charmante Audrey, fille du domaine, assurera la pérennité du domaine car, tout comme son père, elle maintient haut et fort les couleurs du domaine : la tradition.

Pour Jean-Claude VIDAL, un maître-mot dans l’élaboration de ses vins : la tradition. Les 13 cépages (voire 14 !) présents dans les assemblages, pas de cuvée « Parker », et sa fille Audrey qui suit dans ses pas.

Jean-Claude a une trajectoire étonnante et amusante. Architecte-urbaniste de formation, il gère durant plus de 20 ans son cabinet d’architecture, basé à Toulouse, sans s’imaginer un jour qu’il pourrait épouser la vigne.

(suite…)

1 novembre 2011

à Barolo, Giuseppe RINALDI, le Paolo Conte de la vigne.

by Patrick Maclart

Giuseppe RINALDI (Beppe pour les intimes) a fêté ses 63 ans cette année. Il représente la 5ème génération d’un domaine très traditionnaliste. J’ai l’intime conviction que le temps n’a pas le même impact sur lui. Ses filles Marta et Carlotta, encore bien jeunes, se préparent toutefois à une relève qui sera tout, sauf simple. En effet, Beppe est exigeant, et ne pense pas que facile soit le chemin à suivre, malgré l’image de dilettante qu’il essaie de se donner. Sa passion des Lambretta avec leur mécanique complexe et capricieuse (c’est pour ça qu’il les préfère aux Vespa) en est la preuve… mécanique.

Sa voix rocailleuse, son discours toujours intéressant, sa profonde richesse humaine… Beppe fait partie des plus belles rencontres oenologiques de ma vie.

(suite…)

11 octobre 2011

à Châteauneuf-du-Pape, au domaine SERGUIER, raisonnable et raisonnant.

by Patrick Maclart

Daniel NURY, 38 ans, est à la tête du domaine SERGUIER depuis quelques années déjà. Le nom de SERGUIER est le nom de jeune fille de sa mère. Daniel représente la quatrième génération car durant la troisième, le vignoble était en métayage.

Daniel NURY a non seulement une gentillesse et une modestie à fleur de peau, mais s’avère être un éleveur hors du commun. Sa maîtrise du bois m’épate.

L’encépagement est à grande dominante de grenache noir (80 %), avec du mourvèdre, un peu de syrah et de cinsault. Sur les blancs (60 ares), bourboulenc, grenache blanc et clairette. L’ensemble de la production s’élève à 10.000 bouteilles. Les terroirs sont disséminés sur Châteauneuf, avec des parcelles dans les Gallimands (galets), le Pointu (apportant finesse), les Piallons (de la vieille vigne) et les Terres Blanches.

(suite…)