21 mai 2013

en Corbières, Rémi JALLIET : l’homme au coeur de ses vignes.

by Patrick Maclart

Rémi JALLIET, 40 ans, né à Paris, a vécu dans le grand bassin parisien. Après le bac, il commence ses études d »économie qui vraiment ne l’intéressent pas. Ses parents eux aiment le vin. Son père, qui travaille pour un groupe d’hypermarchés, est souvent en contact avec le monde du vin. Rémi est donc en contact avec eux, le virus le mord. Il va donc commencer par un BTS viti-oeno à Tours, persuadé qu’au bout de ce parcours la magie s’y trouve, mais laquelle ? Différents stages vont meubler la vie de notre vigneron : Cahors, Nouvelle-Zélande, Maroc… Et il part même faire les vinifications dans le Piémont.

Rémi, l’homme qui vit au coeur de ses vignes. Lors de notre interview, il fermait souvent les yeux dans son vignoble… J’avais l’impression qu’il était en relation quasi-mystique avec sa terre.

Un domaine à Lagrasse cherche un régisseur. Il postule, obtient le poste. Mais élaborer un vin anonyme l’intéresse peu… « On ne va pas au bout des choses, c’est comme rouler sur l’autoroute et trouver des zones industrielles, alors que prendre les petites routes, c’est quand même bien plus excitant… » me dit Rémi avec ce détachement qui le caractérise tant. Bref, il cherche à élaborer des vins qui soient à son image, celle qu’il se forge d’une création de son imagination.

(suite…)

14 mai 2013

salon des Vins de Loire 2013 : dégustation des vins rouges bio !!

by Patrick Maclart

Durant le Salon des Vins de Loire à Angers, les vignerons bio de cette belle région eurent l’idée d’un rassemblement en stand commun. En voilà une idée qu’elle est bonne. Les 94 vignerons certifiés de cette grande et belle contrée faire front commun pour présenter leur production, l’idée ne pouvait que me séduire.

PORTRAIT

Ce n’est pas tous les jours que j’ai la possibilité de tâter de ces dives bouteilles. En effet, une année comprend 365 jours et elles sont déjà bien meublées. D’autre part, la Loire a été longtemps un vignoble difficile à atteindre par la route de Burgondie. Le vignoble du Centre demande la traversée du Morvan, entre des virages à faire pâlir le rallye de Monte-Carlo, et ses camions chargés d’arbres. Quant aux autres, la traversée de la forêt avant l’arrivée à Orléans était la route de tous les périls, entre ces curieuses camionnettes éclairées même de nuit (!) et les radars à foison. Malgré le contournement, le réflexe d’y aller n’est pas toujours spontané.

(suite…)

29 avril 2013

à Barolo, Claudio FENOCCHIO : un sourire de la nature.

by Patrick Maclart

Claudio FENOCCHIO représente la cinquième génération d’un domaine purement familial, « Je suis né dans cette maison blanche, là-bas, ma mère et mon frère y vivent encore, la famille c’est important » me dit dit Claudio avec cette simplicité qui qualifie tant les Piémontais. Le domaine se situe dans le quartier de Bussia, à Monforte d’Alba. D’ici, on voit clairement la limite entre Barolo et ses argiles sablonneuses, et Castiglione. Car le terroir de la DOCG est complexe, et on trouvera des marnes bleues dans le cône en bas de Monforte, et des grès décomposés en allant vers Barolo.

Claudio FENOCCHIO est un homme simple, qui ne fait que du vin. Voilà la vision qu’il a de lui, mais ces nectars de nebbiolo mettent un feu mesuré mais ô combien vibrant dans nos palais…

Notre vigneron comme bien des vignerons a commencé à l’école, et a fini à l’école… de la vigne ! Dès 14 ans, il travaille au domaine, et à 18, il y sera à temps plein. Son père décédant prématurément en 1989, il assurera seul son premier millésime. Et depuis, il continue son travail avec passion et cette logique terrienne qu’on ressent partout chez les bons vignerons d’ici. Il a désormais un domaine de 20 hectares dont 14 plantés, en tenant aussi compte de la vigne qui provient de son épouse, le Villero. La production s’élève à 90.000 bouteilles par an.

(suite…)

26 avril 2013

à Châteauneuf-du-Pape, au domaine Pierre ANDRE, Jacqueline ANDRE : good vibrations !

by Patrick Maclart

« ce n’est pas une question de courage mais de conscience. En effet, faut du courage pour être vigneron, il faut être constamment présent dans sa vigne, sans tenir compte du jour ou de l’heure. Mais à la base, il faut être courageux pour être vigneron ». C’est en ces termes tant paradoxaux dans la forme que si justes dans le fond que Jacqueline ANDRE du domaine éponyme à Châteauneuf-du-Pape entame la discussion. Sa famille a toujours été ici, mais c’est son père qui a été celui qui aura développé le domaine.

Jacqueline ANDRE a la gentillesse génétique, inscrite en elle. Elle l’est avec sa vigne, et ses vins ont une vibration qui n’appartient qu’à eux.

Son arrière grand-père était maréchal-ferrant, et avait quelques lopins de vignes ; à cette époque bien des vignerons avaient une activité principale plus rémunératrice. Mais chez les André, on transmet toujours son savoir, si bien que chaque génération s’en trouve toujours plus forte. « Mon père a réussi à faire croître le domaine en respectant le patrimoine, sans arracher de vieilles vignes, même celles qui étaient mal plantées. Elles n’ont jamais été désherbées chimiquement, et j’ai aujourd’hui un patrimoine hors du commun. Je le remercie au quotidien » me dit Jacqueline avec une telle sincérité. A 55 ans, elle n’a pratiqué que l’école de la vigne, et des apprentissages, plus quelques stages en biodynamie.

(suite…)

27 mars 2013

en Corbières, le château BEAUREGARD-MIROUZE : l’évidence

by Patrick Maclart

Nicolas MIROUZE, 40 ans, est au domaine depuis 1999. Né à Montpellier et vivant dans cette ville, il part étudier à Paris pour devenir ingénieur agronome. Pas forcément dans l’idée de reprendre le domaine familial alors géré par la grand-mère (le père étant médecin), mais parce que la terre l’intéressait déjà. Dans la capitale, il rencontre Karine, Bordelaise de souche et Espagnole d’origine. Rapidement, tout colle entre eux, et notre tout jeune couple s’installe rapidement au domaine, avec au préalable des stages et même une année en Afrique.

la belle rencontre que Nicolas et Karine MIROUZE. Ces deux-là ont commencé à avoir le sens de la terre, puis celui de la vigne, et donc des racines, qu’elles soient humaines ou végétales… Et le sens du partage; quelques missions en Afrique pour aider ceux qui en ont besoin.

(suite…)

22 mars 2013

Bourgogne Wineblog à Barolo, avec Claudio FENOCCHIO, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Claudio FENOCCHIO est une espèce de sourire à la nature, un homme plein de gentillesse et de bon sens, comme le Piémont fait à foison. Ses Barolo sont de haut vol, car il met tout en oeuvre pour qu’ils soient les plus grands possibles.

Tout d’abord, le terroir est non seulement travaillé au plus près de la nature, mais en fonction de chacune des terres, à l’écoute de chacun des vignobles. L’écoute est un autre des points forts de Claudio. Ensuite, il prendra le temps de les élever, après des macérations pouvant aller jusque 90 jours ! C’est en découvrant les Barolo que vous découvrirez l’intemporalité.

(suite…)

19 mars 2013

à Pouilly-Fuissé, David BIENFAIT : le bien nommé !

by Patrick Maclart

David BIENFAIT, le bien nommé, est un futur grand du vin. Retenez son nom, et vous me remercierez éternellement. Il a tout pour plaire : une gueule d’ange, une volonté du diable, et un travail d’homme.  A 25 ans, il explique cette vocation toute neuve (ses parents ne sont pas vignerons) par le voisinage de ces derniers justement… « Le voisin de mes parents était vigneron. Petit, je trainais toujours dehors, je ne pouvais faire autrement. J’allais forcément chez lui. C’est quand j’étais en 3ème, alors que je devais faire un « stage découverte » en entreprise que j’ai décidé de le faire chez lui. J’ai fait la taille de la vigne, et j’ai préparé les portes ouvertes. ». Si l’ensemble des tâches du vigneron, les détails du travail qui influeront sur le produit fini, c’est le contact avec la nature, avoir la tête dans le ciel pour travailler, c’est ça qui séduira notre jeune homme.

à peine 25 ans, et David BIENFAIT s’installe comme l’un des talents les plus prometteurs de toute la Bourgogne.

(suite…)

26 février 2013

à Châteauneuf-du-Pape, le domaine BERTHET-RAYNE, Laure BERTHET : la belle et le bio.

by Patrick Maclart

La jeune Laure BERTHET-RAYNE, 34 ans, est à la tête du domaine éponyme. Elle représente la cinquième génération, mais c’est surtout son père et son grand-père qui ont développé le domaine pour l’amener à une superfice actuelle de 26 hectares, dont du fermage. Les vignes en appellation Châteauneuf s’étendent elles sur 16 hectares, car il y a aussi 8 hectares de côtes-du-Rhône et 2 de vin de table. Le domaine s’appellait à l’origine « les Cigalons », et une partie des vignes fut donnée à Christian, le père de Laure, pour construire le domaine BERTHET-RAYNE.

Laure BERTHET-RAYNE, c’est tout, sauf une diva des vignes. Elle va y travailler, elle participe à tous les travaux exigeants, et n’hésite pas à aller à la rencontre de ses clients. Une femme courageuse au sourire ineffaçable. Une bien belle rencontre.

Le domaine est en bio depuis 2007, mais était déjà en culture raisonnée depuis bien des années. Le passage au bio est dû comme bien souvent suite à une tragédie familiale, là où le grand-père décède d’un cancer des poumons. Certes, mais de nombreux cancers commencent à décimer l’entourage de la famille, et c’est le père de Laure qui va fortement diminuer les doses de produits phyto. On compensera cette diminution par un travail des sols accentué, notamment le cavaillonnage.

(suite…)

22 février 2013

en Terrasses du Larzac, au clos du Serres, avec Sébastien FILLON, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Etre Stéphanois, ingénieur chimiste, et se retrouver dans un vignoble magnifique en Terrasses du Larzac, le tout en conversion bio, il faut le faire. Eh bien ça a été fait.

Sébastien FILLON, la grosse trentaine et la créativité encadrée par un esprit gestionnaire rigoureux et pragmatique, gère ce très beau domaine « clos du Serres » qui était déjà bien géré par son ancien propriétaire sorti de la coopérative.

Le terroir de cette région est simplement extraordinaire. De la terre rouge comme si on était sur mars, et des vignes impeccablement tenues, au sol souple et bien travaillé. Normal : il est tombé amoureux des plantes; son grand-père arboriculteur y est probablement pour quelque chose. Le domaine est en conversion bio depuis 2 ans.

(suite…)

29 janvier 2013

à Maury, le domaine POUDEROUX : vie douce naturelle.

by Patrick Maclart

Cathy et Robert POUDEROUX sont à la tête de ce très beau domaine depuis 1984. Les grands-parents étaient propriétaires, mais lorsque le grand-père se vieillissait, le domaine fut donné en fermage. C’est donc ce couple qui le reprendra… « Il s’est toujours transmis par les femmes depuis 1823 ! m’affirme Cathy, avec son ineffaçable sourire, qui ne part que lorsqu’elle rit aux éclats. On n’était pas destinés à être vignerons, on était étudiants à Paris, moi en commerce et lui en droit. Mais Robert avait envie de faire du vin, et avec une idée bien précise. A la fin de nos études, on est revenus au pays. Notre première cuvée n’avait pas obtenu de label, car il y avait trop de fruit ! En fait nous étions les pionniers du Maury vintage, soit l’élevage en milieu réducteur et non oxydatif ! ».

Catherine POUDEROUX (que tout le monde appelle Cathy) et son ineffaçable sourire. Tout respire la joie, et cette respiration, on la retrouve dans les vins. Et dire que c’est un Meursault Goutte d’Or qui lui a créé sa grande émotion de dégustation…

(suite…)