16 janvier 2012

à Châteauneuf-du-Pape : le domaine la Barroche, Julien BARROT : talents.

by Patrick Maclart

Julien BARROT, 31 ans, est à la tête du domaine la Barroche, bien que son père soit toujours là et que ce fils talentueux aime à sentir près de lui. « C’est une famille installée dans le pays châteauneuvois depuis 14 générations, et même depuis le XIVème siècle par ma mère ! » dit fièrement Julien. En effet, ce jeune homme est doué. Doué pour la facture de ses vins, très doué pour en parler, et très certainement encore plus doué pour les vendre. En voilà un qui a eu bien des fées autour de son berceau de bébé… Et c’est un compliment sincère que je lui fais. L’amour du mourvèdre est un autre point commun que nous partageons.

(suite…)

13 janvier 2012

à Chassagne-Montrachet : le domaine BOUARD-BONNEFOY : un pneu, passionnément…

by Patrick Maclart

Qui aurait pu croire que le destin de Fabrice BOUARD tiendrait à un pneu crevé ? Et c’est pourtant le cas.

Fabrice BOUARD, 41 ans, est avec sa charmante épouse Carine à la tête d’un domaine de 5 hectares élaborant aujourd’hui 12.000 bouteilles de vins par an; une partie est encore vendue au négoce. Il y a encore quelques années, Fabrice était gendarme en outremer. Il avait épousé la même carrière que son père.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d'un vrai bonhomme de la terre.

Courageux, humble, souriant, Fabrice BOUARD, tout comme son épouse, est un type qui a les valeurs d’un vrai bonhomme de la terre.

(suite…)

3 janvier 2012

à Nantoux : Emmanuel SAINSON : et lumière !

by Patrick Maclart

Ma rencontre avec Emmanuel SAINSON est une belle rencontre. Il est des moments dans la vie où, lorsque vous allez en dégustation, vous vous rendez compte que l’homme face à vous a des qualités, des émotions qui vous interpellent. Emmanuel fait partie de ces gens-là.

Sensible, véritablement modeste mais décidé, Emmanuel SAINSON est un de ces hommes qui vous marquent au niveau émotionnel.

(suite…)

2 janvier 2012

à Châteauneuf-du-Pape, le domaine de la Roncière : loin d’être candide.

by Patrick Maclart

J’ai toujours été étonné des talentueux qui doutent. Pierre VESSIGAUD dans le Mâconnais par exemple. Geoffrey CANTO en est un autre. A 30 ans, il a du talent à revendre. Mais certainement l’humilité est le meilleur représentant de ses doutes.

La trentaine volontaire, Geoffrey CANTO attend de se sentir mûr pour évoluer. Ses visions sont candides, mais l’application reste pragmatique.

Il a repris les manettes en 2005 avec en poche un bac pro, un séjour au Chili avec la direction de 20 personnes. Mais il avait d’abord créé un domaine de 15 hectares en côtes du Rhône. La crise de cette appellation étant passée par là, il a préféré rejoindre son père. Il avait de toute façon envie de le faire… « C’est aussi qu’il avait confiance en moi, il savait que j’étais capable. ». Je confirme, ayant dîné avec le papa; ce dernier a eu l’intelligence de lui laisser les rênes, tout en ayant un oeil observateur.

(suite…)

21 décembre 2011

à Sauternes, un entretien au coin du feu avec Xavier PLANTY, au Château GUIRAUD

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, j’ai eu le plaisir de rencontrer Xavier PLANTY, directeur et co-propriétaire du château GUIRAUD, fameux grand cru classé du Sauternais. Un personnage haut en couleurs, qui n’a pas sa langue ni en bois, ni dans sa poche. S’en est suivi une petite dégustation dont vous trouverez les notes ci-dessous.

Château GUIRAUD a été l’un des tous premiers grands crus classés de Bordeaux à se convertir à la culture biologique. Certains puristes ou esprits chagrins souriront gentiment, ironiquement. Je répondrai à ce sourire de la manière suivante : il faut encourager cette démarche, l’étudier, l’accompagner, et en tant que consommateur, y adhérer. Même si à Bordeaux le phénomène bio est encore mineur, il ne peut qu’aller croissant.

(suite…)

20 décembre 2011

à Chablis : Jean-Pierre GROSSOT : du caractère et du terroir.

by Patrick Maclart

Jean-Pierre GROSSOT n’est pas homme à se laisser faire, et ça se sent dès le premier contact. A 53 ans, ce vigneron de caractère (avec des vins qui lui ressemblent bien !) trace son chemin comme la charrue son sillon. Il sait où il va : la qualité et l’expression de ses terroirs. Avec lui, on comprend vite la différence entre compétence et capacité. Il possède peu de diplômes (un C.A.P. viti-oeno obtenu à Saint-Bris), mais s’avère être l’un des vignerons les plus compétents et des plus talentueux du chablisien, et la dégustation confirme !

Jean-Pierre Grossot, un excellent vigneron.

(suite…)

14 décembre 2011

à Pommard, le domaine PARENT : mo-nu-men-tal !!

by Patrick Maclart

C’est un domaine emblématique de la côte de Beaune, et de toute la Bourgogne. L’histoire a illuminé ce domaine, et vice versa. Au XVIIIème siècle, Etienne PARENT, tonnelier de son état, a été le guide burgonde de Benjamin Franklin, qui deviendra Ambassadeur des USA en France, entre autres. Ce dernier par ailleurs fera connaissance sans le savoir avec le phylloxera. En effet, les pieds de vigne qu’il avait apportés de Burgondie afin de les replanter dans sa propriété de Monticello en Virginie mourraient tous mystérieusement après quelques années…

Ce sont aujourd’hui les deux filles, Catherine et Anne PARENT, qui sont aux commandes de ce patrimoine de 10 hectares, parmi les plus beaux crus de la côte. Repris en 1998, ces deux dames possèdent pour moi la trinité bourguignonne : la volonté, la discrétion et la qualité de l’accueil.

Anne PARENT est un monument de volonté et d’énergie. En plus du talent, elle a compris que parler de son vin était essentiel. Je ne vais pas vous le cacher : je l’adore.

(suite…)

13 décembre 2011

à Barolo, ERBALUNA, Andrea Oberto : bio déclaré

by Patrick Maclart

Andrea OBERTO a 43 ans et représente la 3ème génération du domaine ERBALUNA. C’est un domaine de 10 hectares, avec 2 qui arrivent en production, pour élaborer au total 55.000 bouteilles.

Déterminé et volontaire, Andrea OBERTO était bio avant l’heure, comme beaucoup dans le Piémont, mais lui aime à le rappeler, car il estime n’avoir rien à cacher.

Le domaine a commencé à travailler en bio dès 1986. « Mon père faisait déjà du vin, mais travaillait plutôt du volume, et vendait le vin en vrac. Il achetait aussi des vins du sud de l’Italie, pour mettre en bouteilles » raconte calmement Andrea. Avec son frère Severino (qui entretemps a quitté l’exploitation), ils reprennent le domaine avec l’accord du père. La vigne était déjà travaillée manuellement, sauf le désherbant et l’insecticide contre l’araignée rouge. A part ces deux derniers points, rien n’a vraiment changé à la vigne.

(suite…)

26 octobre 2011

en Pessac-Léognan, au Domaine de Chevalier, avec Rémi EDANGE

by Patrick Maclart

Rémi EDANGE est le directeur adjoint du domaine de Chevalier, grand cru classé en Pessac-Léognan, propriété de la famille Bernard dont Olivier est le meilleur représentant. Ce grand cru de 45 hectares élabore environ 250.000 cols par an qui se répartissent de la façon suivante : 45 % de grand vin, 40 % d’Esprit (le second vin). Les 15 % restants iront sous une étiquette « Pessac Léognan ».

Elegant, intelligent et plein de crédo, la rencontre avec Rémi EDANGE laisse indubitablement un parfum de compétences.

Le domaine est aussi le fermier du domaine de la Solitude, dans la même appellation, et qui appartient à un ordre religieux.

(suite…)

11 octobre 2011

à Châteauneuf-du-Pape, au domaine SERGUIER, raisonnable et raisonnant.

by Patrick Maclart

Daniel NURY, 38 ans, est à la tête du domaine SERGUIER depuis quelques années déjà. Le nom de SERGUIER est le nom de jeune fille de sa mère. Daniel représente la quatrième génération car durant la troisième, le vignoble était en métayage.

Daniel NURY a non seulement une gentillesse et une modestie à fleur de peau, mais s’avère être un éleveur hors du commun. Sa maîtrise du bois m’épate.

L’encépagement est à grande dominante de grenache noir (80 %), avec du mourvèdre, un peu de syrah et de cinsault. Sur les blancs (60 ares), bourboulenc, grenache blanc et clairette. L’ensemble de la production s’élève à 10.000 bouteilles. Les terroirs sont disséminés sur Châteauneuf, avec des parcelles dans les Gallimands (galets), le Pointu (apportant finesse), les Piallons (de la vieille vigne) et les Terres Blanches.

(suite…)