18 mai 2012

en Toscane, à San Gimignano : STROZZI : une famille riche de vies.

by Patrick Maclart

On ne peut évoquer la Toscane sans évoquer la famille STROZZI. Présente depuis plus d’un millénaire, élaborant des vins depuis le XIIème siècle, cette famille a été durant des siècles la grande rivale des Médicis dont ils étaient les ennemis jurés. Aujourd’hui, fort heureusement, les choses se sont apaisées et c’est la très jolie et souriante Natalia qui représente les vins du domaine.

Natalia STROZZI dispose de bien des qualités pour séduire son auditoire : finesse d’esprit, élégance, noblesse, humour et beauté. Les dieux ont été bien généreux… Ce sont les Médicis qui doivent grommeler…

(suite…)

25 avril 2012

découverte en Saint-Chinian : Marion PLA : de la gourmandise et de la volonté !

by Patrick Maclart

Alors que je terminais une série interminable de Saint-Chinian 2009 lors de la dégustation « Millésimes en Languedoc » (organisée par l’interprofession des vins du Languedoc que je salue et remercie ici pour son professionnalisme et son accueil hors pair), je me mets à table afin de restaurer ce corps et cette tête qui viennent de donner beaucoup à la cause sudiste. Une petite brune pétillante me propose alors de déguster son rosé. Et là je tombe sous le charme de cette bouteille fruitée, gourmande, nette, spontanée… Bref, le portrait de sa conceptrice.

drôle, gourmande de vie et de bonnes choses, Marion PLA met toute sa volonté, tout son crédo au service de son domaine viticole. C’est réussi, on sent la vie dans ses vins.

(suite…)

24 avril 2012

à Barolo, chez Silvio GRASSO : écoute et adaptabilité.

by Patrick Maclart

Le jeune Silvio GRASSO, 25 ans, représente la 4ème génération du domaine qui porte son nom, bien qu’en fait Silvio porte le même prénom que son grand-père. La propriété a été créée en 1909. Il s’agissait d’une activité multiple, avec des fruits, des noisettes, du bétail et du vin.

En 1982, Alessio Federico, le père de Silvio et actuellement aux manettes, décide avec son frère de séparer les activités. Ce dernier prendra la partie « agricole », Alessio s’occupera lui des vignes.

Alessio Federico & son fils Silvio. Le fils porte le même prénom que le fondateur, le père d’Alessio. J’aime l’Italie et son sens de la famille.

(suite…)

23 avril 2012

dans les Maranges, le domaine BACHELET-MONNOT : deux frères volontaires.

by Patrick Maclart

Voilà un domaine dont j’entendais constamment parler, et où le temps, ou bien le fait que la route des Maranges ne soit jamais sur mon chemin, ne m’y avait pas encore conduit. Mon premier contact avec les deux frères, Marc 31 ans et Alexandre 28 ans, fut bon, simple, chaleureux et humble. Sans être manichéen, ce genre de contacts est souvent de bonne augure.

Marc & Alexandre BACHELET, une volonté de fer, mais leurs vins sont en chair et en finesse… Du beau boulot.

(suite…)

20 avril 2012

en côte chalonnaise, au domaine des Champs de l’Abbaye, Alain HASARD : c’est divinement bon !

by Patrick Maclart

Alain HASARD, la cinquantaine glorieuse, est vigneron depuis 1997. Avec son épouse Isabelle, ils ont décidé de poser leurs valises en côte chalonnaise.

Alain, Ardennais de naissance, était sommelier et caviste; Isa elle venait du Haut-Beaujolais. « J’en avais marre d’être enfermé entre quatre murs, et j’aime le travail physique; notre passion commune à Isa et moi. Le reste s’est fait tout seul. On a pris nos petites affaires, nos trois enfants et on est arrivés ici. » me dit avec conviction Alain.

Sous des dehors « zen », Alain est un gros bosseur, et plein de volonté. Ses vins s’imposent déjà comme des valeurs absolues en côte chalonnaise.

(suite…)

16 avril 2012

VINISUD 2012 : Bourgogne Wineblog déguste L’INTEGRALITE des vins rouges corses !

by Patrick Maclart

VINISUD, le salon des vins de l’Europe du Sud et du bassin méditerranéen, se tient tous les deux ans à Montpellier, en alternance avec Vinexpo à Bordeaux. Les vins du sud ont bien des mots à nous dire : fruités, expansifs, épicés, riches, ils égaient nos tables printanières et estivales. Les vins plus vieux peuvent eux venir aux autres saisons.

 Rencontrer la Corse est un moment rare. En effet, bien que les vins soient de haut vol, il est difficile de les trouver sur le « continent ». Rares, pas bien distribués, ne serait-ce pas là le bât qui blesse pour ces vins à forte identité et de facture irréprochable ? Les Corses devraient peut-être croire plus en leurs vins.

(suite…)

30 mars 2012

en Crozes-Hermitage : Emmanuel DARNAUD, maître-mot : gourmandise.

by Patrick Maclart

Rencontrer un vigneron qui élabore des vins qui lui ressemblent est toujours un plaisir immense. Emmanuel DARNAUD fait partie de ces rencontres. Gourmand revendicateur, ses Crozes comme ses Saint-Joseph sont concentrés, juteux, salivants, mais non dénués de finesse...

Les vins comme leur concepteur sont parfumés d’hédonisme… A 34 ans, Emmanuel démarre la vie avec la gourmandise ancrée à l’esprit comme au corps. Depuis toujours intéressé par la bonne chère, le bon vin, il claque (sic) son premier salaire, à 13 ans, chez Pic, le fameux restaurant. A 18 ans, il prend son temps libre pour aller déguster aux foires aux vins, et acheter ses premiers crus.

(suite…)

27 mars 2012

à San Gimignano : Montenidoli, Elisabetta FAGIUOLI : ceci est mon terroir.

by Patrick Maclart

Aller chez Montenidoli, c’est une aventure, que dis-je, une épopée… Le domaine se situe à près de 4 kilomètres de piste de la célèbre ville de San Gimignano, et je n’exagère pas ! Une fois trouvée la petite route avant le commissariat de police, il vous faudra rouler deux kilomètres sur un chemin escarpé et doté de nids d’autruches. Là, une petite flèche verte vous montrant la direction à gauche, et sobrement peinte en blanc « Montenidoli ». Vous n’êtes qu’à la moitié du périple. Continuent encore des chemins qui là grimpent… Vous allez atteindre les nuages, nenni ! Vous êtes qu’à une certaine hauteur, là où se trouve le domaine. Et si vous souhaitez aller voir le terroir unique du trias, il vous faudra affronter alors un chemin que la bataille de Verdun jalouserait, avec ses nids de ptérodactyles, et où vos vertèbres seront mises à rude épreuve. Mais c’est alors que vous toucherez avec grâce et vérité à un terroir d’exception et une vigneronne du même tonneau.

derrière ce sourire qu’elle a toujours, car elle trouve que la vie est belle, il ronronne un caractère volontaire et trempé… Ne vous y fiez pas, Elisabetta EST Montenidoli.

(suite…)

15 mars 2012

à Chablis, Jean-Claude COURTAULT : mouvement perpétuel

by Patrick Maclart

A 62 ans, Jean-Claude COURTAULT déborde d’énergie, d’enthousiasme, de crédo. Pas blasé pour deux sous, pas fatigué de vivre, c’est un vrai représentant de l’optimisme. Il arrive de Touraine en 1974 d’une famille vigneronne, mais d’une exploitation toute petite. N’ayant pas sa place, il va d’abord exercer comme conseiller à la Chambre d’Agriculture du Loir-et-Cher, puis travaillera comme régisseur au domaine DELORME durant 20 ans.

à 62 ans, Jean-Claude COURTAULT est toujours dans la dynamique, le mouvement. Cette énergie est communicative, et sa fille en dispose elle aussi.

A partir de 1984, il commence à faire ses vignes; « ma motivation, c’était de créer mon identité. J’ai eu la possibilité d’acheter une vigne. Elle s’est présentée et j’ai eu 10 minutes pour me décider ! ».

(suite…)

27 février 2012

Crozes-Hermitage : le domaine des Bruyères, David REYNAUD : des vins à l’élégance virile.

by Patrick Maclart

Il y a quelques années, lors d’une dégustation chez Alain VOGE à Cornas, ce dernier m’avait conseillé de suivre de très près ce vigneron. Quel vigneron ? David REYNAUD du domaine des Bruyères, en Crozes-Hermitage. Cet homme de 35 ans, au physique de 3ème ligne, semble toujours calme. Mais quand on le connaît, on sent la volonté qui bout dans ses artères, dans son âme.

Ma première rencontre avec David remonte à 2004. Je ne l’ai jamais connu avec le melon. Il préfère se consacrer à son travail plutôt qu’à son image. Il est vigneron depuis 2003, mais viticulteur depuis 2000. Le domaine est familial et existe depuis 4 générations. Toutefois, les vignes étaient sous contrat avec la cave de Tain l’Hermitage.

David devant ses fameuses cuves ovoïdes en ciment, dans lesquelles il élève notamment sa fameuse cuvée "Entre Ciel et Terre".

David devant ses fameuses cuves ovoïdes en ciment, dans lesquelles il élève notamment sa fameuse cuvée « Entre Ciel et Terre ».

(suite…)