31 mars 2014

Grands Jours de Bourgogne 2014 : focus sur les vins de l’Auxerrois

by Patrick Maclart

Traditionnellement, l’ouverture des Grands Jours de Bourgogne commence toujours par le nord de notre région, à savoir le chablisien et l’auxerrois; dégustation qui porte le très joli nom de « porte d’Or de la Bourgogne ». Cette année, je donne priorité aux vins de l’auxerrois, Chablis ne sera pas dégusté cette année.

20140317_162144

Non pas que je boude la belle appellation de Chablis, mais l’occasion m’est souvent donnée de déguster les vins en fort progrès de cette AOC ces dernières années. J’ai donc préféré aller tâter de la production auxerroise. Ces vins ne sont par ailleurs pas toujours simples à comprendre.

Souffrant de l’ombre de leur prestigieux voisin, l’auxerrois a parfois peine à trouver la lumière médiatique. Et pourtant, leur différence, leur originalité, leur authenticité, en font des vins à part. Les pinots partent souvent sur des notes de noyau de griotte vraiment typiques, mâtinées de notes cendrées. Quant au chardonnay, il arrive à avoir une gueule à lui, que ce soit à Vézelay, secteur en plein développement et qu’il faut désormais suivre à la loupe, ou ailleurs, avec des tensions et de la vivacité qui plaisent tant aujourd’hui. On trouve aussi dans cette région deux cépages bien exclusifs : le césar, parfois austère, mais qui ne manque ni de structure et de tanins, et le sauvignon, planté à Saint-Bris, qui donne des résultats aujourd’hui jamais atteints.

(suite…)

11 mars 2014

MILLESIME BIO 2014 à Montpellier : mes gros, gros coups de coeur !

by Patrick Maclart

Il y a quelques semaines je me rendais au salon des vins biologiques appelé « Millésime Bio ». Bien que je soutienne ce mode de culture dans la vigne, je vous avoue que c’était mon premier salon et c’est quand même intimidé que je me rendais au parc des Expositions de Montpellier.

millesime bio

La philosophie de ce salon est de ne pas regrouper par nationalités ou appellations les vignerons bio. L’organisation estime en effet que le fanion fédérateur de ces producteurs est la culture biologique. C’est donc tout naturellement que ceux-ci soient tous mélangés, quel que soit le pays ou l’AOC. Cela implique des déplacements dans tous les sens, et je vous avoue que ce salon ne brille pas par un fléchage et des numérotations avenantes. Mes jambes ont travaillé autant que mes papilles…

(suite…)

7 mars 2014

en Vénétie, Bonotto delle Tezze, Antonio BONOTTO : alléguer les anciens et apprécier le progrès

by Patrick Maclart

Antonio BONOTTO, 50 ans, représente 500 ans de présence sur le domaine à Tezze. A quelques coudées du fleuve Piave, il peut être fier de perpétuer la tradition viticole, tout en ajoutant les progrès nécessaires; « on tient à nos racines, et on se souvient combien notre région a souffert, notamment lors de la première guerre mondiale, où le Piave était rouge de sang » me dit Antonio avec une émotion toute contrôlée. La région a tellement été marquée par ces combats qu’Antonio a même créé une cuvée spéciale pour la mémoire de ces hommes tombés au front, sur les rives du Piave.

Antonio BONOTTO et son épouse, ils défendent une idée terrienne de leurs origines et de leurs projets.

Antonio BONOTTO et son épouse, ils défendent une idée terrienne de leurs origines et de leurs projets.

Il travaille dans le Veneto un cépage pas évident à dompter, qui a besoin de temps, d’attention, de patience : le raboso. Certes il peut donner des rosés frais, des vins pétillants ou des rouges croquants, mais pour élaborer des vins ambitieux, il faudra patienter jusqu’à la mi-novembre pour le vendanger, là où il sera à son apogée. C’est un cépage dont l’acidité peut monter en PH jusque 7. La précision est indispensable mais notre homme a du savoir-faire et crée aussi un rouge avec une partie des raisins passerillés. Les sols ici sont constitués d’argiles sablonneuses, avec des bancs de cailloux et de sable amalgamés sur une épaisseur de six mètres après la terre arable.

le raboso, un cépage où il faut instinct, intelligence et savoir-faire pour en retirer le meilleur.

le raboso, un cépage où il faut instinct, intelligence et savoir-faire pour en retirer le meilleur.

(suite…)

14 février 2014

en Campanie, à MONTEVETRANO, Silvia IMPARATO : savoir s’entourer, savoir écouter…

by Patrick Maclart

Il y a quelques mois, alors que je participais à une dégustation des vins de Campanie suite à l’invitation d’un grand guide italien (voir copie de l’article en CLIQUANT ICI), je tombais sous le charme du vin de Montevetrano. Du vin seulement, car sa charmante propriétaire était absente. Même si en effet le vin ne me semblait pas « traditionnel », j’étais séduit par sa profondeur et la suavité de ce jus. Certes on ressentait la présence de cépages bordelais, mais c’est justement la personnalité dégagée d’un vin qui aurait pu être banal qui m’a captivé.

esthète, cultivée et sensible, Silvia IMPARATO a l'inteligence de savoir autant écouter que s'entourer. Des qualités qui naviguent entre empathie et humilité.

esthète, cultivée et sensible, Silvia IMPARATO a l’inteligence de savoir autant écouter que s’entourer. Des qualités qui naviguent entre empathie et humilité.

C’est donc en me rendant « in situ » que j’allais faire connaissance autant du terroir, des vignes, que de sa propriétaire Silvia IMPARATO. L’élégance aérienne à la Claudia Cardinale, elle est d’un âge qu’il serait inconvenant de demander. Son histoire avec Montevetrano démarre alors qu’elle est enfant. C’est en effet une propriété familiale à la campagne où elle s’y amusait à venir aux vendanges, à cueillir les fruits qui sont aujourd’hui la multiplicité végétale  du domaine, qu’on parle de figues, de tomates, de raisins, de mûres ou de quoi que ce soit. Des fermiers vivaient alors sur place et géraient la propriété.

(suite…)

10 février 2014

Bourgogne Wineblog déguste les vins de la région des Marche !!

by Patrick Maclart

Lors de la présentation d’un guide lors de la biennale del Gusto à Venise, j’ai eu l’opportunité de déguster l’intégralité des vins de la région de Marche, primés dans ce fameux guide. Inutile de vous dire qu’un haut niveau devait m’attendre, et ça a été le cas. C’était l’occasion unique d’aller tater de la production de cette région très discrète, mais dont les vins m’ont impressionnés.

DSC03788

LES MARCHE EN QUELQUES MOTS

Une région au relief accidenté, jugez plutôt : 69 % de collines pour 31 % de montagnes; Stendhal était par ailleurs séduit par ce pays à l’absence de plaines. La capitale est Ancône. Sise sur la côte Adriatique, entre la Romagne au nord, la Toscane et l’Ombrie à l’ouest et les Abruzzes au sud, elle s’étend sur 9.366 km carrés, sur la dorsale des Appenins.

(suite…)

10 janvier 2014

à Maury, la Préceptorie de Centernac, Joseph PARCE : l’atavisme autrement.

by Patrick Maclart

Joseph PARCE, 32 ans, est vigneron depuis 5 ans. Auparavant militaire durant 7 ans, il voulait depuis longtemps créer, « parce que ces métiers là, c’est comme la potion magique, on y tombe dedans, et dès tout petit » me dit Joseph. Le ton est donné. Car ce mec, c’est une gueule, un caractère, mais aussi une intelligence qu’il préfère laisser en retrait, il préfère autant que ce soit l’esprit du sol qui s’exprime. L’atavisme est une théorie envers laquelle j’ai un doute certain, mais ici, c’est l’atavisme autrement. Le génie a certes passé la génération, mais son expression est différente, plus en relief. Joseph n’a plus rien à prouver à personne, sauf peut-être à lui-même; la grandeur de l’homme… Et c’est cette gueule autant que les vins qui m’avaient séduits lors de notre première rencontre avant ma visite en son domaine.

une gueule à la Ventura, un côté James Dean, mais les comparaisons s’arrêtent là. Car Joseph PARCE est un gestionnaire raisonnable et dans l’esprit du long terme et du respect du terroir, mais aussi un père de famille attachant. Bref, un mec bien.

Suite à différents avatars familiaux et privés qu’il serait ici ennuyeux d’évoquer, Joseph est désormais le chef d’orchestre de son domaine, comme il aime à se définir. Bon sang ne saurait mentir, il se retrouve à la tête de sa propriété, avec ses musiciens-vignerons-maître de chai, et se lance dans une qualité sans concession, dans un combat contre la médiocrité, l’uniformité. Il est clair que les vins de Joseph sont les siens, ils sont marqués de son empreinte.

(suite…)

20 décembre 2013

VINEXPO 2013 : Bourgogne Wineblog déguste les Vino Nobile di Montepulciano !!

by Patrick Maclart

Dans le cadre de Vinexpo 2013, je fus invité par le Consorzio del Vino Nobile di Montepulciano à découvrir la production présente sur ce salon mondial. Je profite par ailleurs pour remercier Thomas FRANCIONI, manager des évènements, pour sa disponibilité, et Franco IGNIESTI du service de promotion pour la région Toscane pour sa présence constamment indispensable.

DSC02860

Cette appellation au centre-est de la Toscane élabore des vins de bonne réputation, mais qu’en a-t-il été lors de la dégustation ? Vous le découvrirez dans mes notes ci-dessous.

(suite…)

4 novembre 2013

à Maury, le Mas Mudigliza, Dimitri GLIPA, la précision et le partage

by Patrick Maclart

Dimitri GLIPA, 30 ans, est à la tête du domaine depuis 7 ans, créé ex nihilo. Girondin de naissance, il s’est toujours dit qu’il serait vigneron au sortir de l’adolescence; « mon père est cuisinier, il y a toujours eu l’art de vivre, la bonne table et de bonnes bouteilles à la maison ! » me raconte Dimitri avec toute la gentillesse sincère qui le caractérise. Le père est passionné de chevaux, Dimitri et son frère Donald sont des cavaliers émérites; ce dernier étant même dans l’équipe de France d’équitation.

d'une gentillesse légendaire, son sens du partage est chez lui inné. Dimitri GLIPA est un homme bien, qui a choisi sa vie.

d’une gentillesse légendaire, son sens du partage est chez lui inné. Dimitri GLIPA est un homme bien, qui a choisi sa vie.

Etre architecte-paysagiste, ça l’intéresse, mais il intègre par raison le lycée de Montagne Saint-Emilion. La vigne le passionne, le captive, le mordille, et il obtient son BTS viti-oeno. Il rencontre Christian VEYRY, oenologue, qui lui propose de travailler chez lui pendant 6 mois. Il reste et la collaboration durera 4 ans, avec de sacrées responsabilités à gérer sur 10 hectares ! Il veut toutefois vivre son ambition, faire du vin en Fronsac par exemple. Ses parents sont amis avec Ugo ARGUTI, maître de chai du château Fombrauge à Saint-Emilion, mais aussi vigneron dans le Roussillon; et les parents de Caroline BONVILLE, vignerons en Bordelais. Mais leur fille est elle vigneronne en Roussillon, tout comme Ugo… L’hypothèse d’avoir des vignes là-bas se profile de plus en plus… Et en plus ce n’est pas cher, contrairement au Fronsadais (« il faut dire ce qu’il faut dire » ajoute Dimitri avec sincérité).

(suite…)

31 octobre 2013

VINEXPO 2013 : Bourgogne Wineblog déguste les vins de la Napa Valley !!

by Patrick Maclart

J’étais invité il y a quelques temps à Vinexpo à découvrir la production des vins de la Napa Valley. J’avais déjà un solide bagage de dégustation concernant cette prestigieuse région, mais il faisait un petit temps que je n’y avais pas tâté. Une remise à niveau était indispensable.

PORTRAIT

Je tiens par la présente à remercier Cessa BECKETT, international marketing manager pour l’appellation Napa Valley, mais aussi Ghislaine MELMAN de l’agence éponyme, qui s’est pliée en quatre pour me permettre une dégustation dans les meilleures conditions.

NAPA VALLEY EN QUELQUES MOTS

(suite…)

15 octobre 2013

à Florence, Chianti Classico Collection : dégustation des Chianti Classico 2009 !!

by Patrick Maclart

Il y a quelque temps, j’étais à Florence pour la grande dégustation annuelle appelée « Chianti Classico Collection 2013″. Cette manifestation en est à sa dixième édition. Amoureux de l’Italie et du sangiovese, il me semblait important de vous relater de manière totalement objective l’ensemble des vins dégustés.

PORTRAIT

Je tiens par la présente à remercier Claudia MARINELLI, secrétaire nationale de la FISAR, pour son intervention auprès des autorités du Consorzio. En effet, malgré des demandes répétées, une confirmation écrite par mail, mon badge n’avait pas été officialisé. Encore un bel exemple d’organisation qui ne va pas changer la réputation de nos amis Transalpins. Toutefois, tout est entré dans l’ordre et la dégustation a pu avoir lieu.

(suite…)