26 avril 2013

à Châteauneuf-du-Pape, au domaine Pierre ANDRE, Jacqueline ANDRE : good vibrations !

by Patrick Maclart

« ce n’est pas une question de courage mais de conscience. En effet, faut du courage pour être vigneron, il faut être constamment présent dans sa vigne, sans tenir compte du jour ou de l’heure. Mais à la base, il faut être courageux pour être vigneron ». C’est en ces termes tant paradoxaux dans la forme que si justes dans le fond que Jacqueline ANDRE du domaine éponyme à Châteauneuf-du-Pape entame la discussion. Sa famille a toujours été ici, mais c’est son père qui a été celui qui aura développé le domaine.

Jacqueline ANDRE a la gentillesse génétique, inscrite en elle. Elle l’est avec sa vigne, et ses vins ont une vibration qui n’appartient qu’à eux.

Son arrière grand-père était maréchal-ferrant, et avait quelques lopins de vignes ; à cette époque bien des vignerons avaient une activité principale plus rémunératrice. Mais chez les André, on transmet toujours son savoir, si bien que chaque génération s’en trouve toujours plus forte. « Mon père a réussi à faire croître le domaine en respectant le patrimoine, sans arracher de vieilles vignes, même celles qui étaient mal plantées. Elles n’ont jamais été désherbées chimiquement, et j’ai aujourd’hui un patrimoine hors du commun. Je le remercie au quotidien » me dit Jacqueline avec une telle sincérité. A 55 ans, elle n’a pratiqué que l’école de la vigne, et des apprentissages, plus quelques stages en biodynamie.

(suite…)

12 avril 2013

en Chianti Classico, CASTELLO di QUERCETO : la noblesse de ses racines.

by Patrick Maclart

On peut se demander pourquoi une famille vigneronne du coeur de l’Italie porte un patronyme si français. Il faut pour cela remonter dans l’histoire. Alessandro FRANCOIS représente la septième génération transalpine.

Alessandro FRANCOIS est fier d’être de souche française, mais encore plus fier d’être Toscan. Il a conscience de l’importance de ses racines, et aime à montrer avec fierté l’immense travail réalisé par son grand-père, qui avait tout compris à l’importance du climat, dans son altitude et sa nature de sol.

La famille est d’origine savoyarde. Au départ, au XVIème siècle, l’ancêtre d’Alessandro est le banquier et ministre du Duc de Lorraine, qui sera durant quelques temps le seigneur de Toscane. C’est donc naturellement qu’il s’installera dans cette région, et qui continuera d’y vivre après le transfert de domination. Les François en Toscane sont synonymes de respect et d’implication. Le grand-père d’Alessandro sera par ailleurs l’un des 33 vignerons à fonder le Consorzio des Chianti Classico. Voyant le nom de ce beau vignoble galvaudé par une extension de surfaces, et l’adjonction de cépages blancs, il redessine avec ses collègues le contour de la future DOCG.

(suite…)

22 mars 2013

Bourgogne Wineblog à Barolo, avec Claudio FENOCCHIO, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Claudio FENOCCHIO est une espèce de sourire à la nature, un homme plein de gentillesse et de bon sens, comme le Piémont fait à foison. Ses Barolo sont de haut vol, car il met tout en oeuvre pour qu’ils soient les plus grands possibles.

Tout d’abord, le terroir est non seulement travaillé au plus près de la nature, mais en fonction de chacune des terres, à l’écoute de chacun des vignobles. L’écoute est un autre des points forts de Claudio. Ensuite, il prendra le temps de les élever, après des macérations pouvant aller jusque 90 jours ! C’est en découvrant les Barolo que vous découvrirez l’intemporalité.

(suite…)

29 janvier 2013

à Maury, le domaine POUDEROUX : vie douce naturelle.

by Patrick Maclart

Cathy et Robert POUDEROUX sont à la tête de ce très beau domaine depuis 1984. Les grands-parents étaient propriétaires, mais lorsque le grand-père se vieillissait, le domaine fut donné en fermage. C’est donc ce couple qui le reprendra… « Il s’est toujours transmis par les femmes depuis 1823 ! m’affirme Cathy, avec son ineffaçable sourire, qui ne part que lorsqu’elle rit aux éclats. On n’était pas destinés à être vignerons, on était étudiants à Paris, moi en commerce et lui en droit. Mais Robert avait envie de faire du vin, et avec une idée bien précise. A la fin de nos études, on est revenus au pays. Notre première cuvée n’avait pas obtenu de label, car il y avait trop de fruit ! En fait nous étions les pionniers du Maury vintage, soit l’élevage en milieu réducteur et non oxydatif ! ».

Catherine POUDEROUX (que tout le monde appelle Cathy) et son ineffaçable sourire. Tout respire la joie, et cette respiration, on la retrouve dans les vins. Et dire que c’est un Meursault Goutte d’Or qui lui a créé sa grande émotion de dégustation…

(suite…)

20 décembre 2012

à Corbières, le domaine des Deux Anes, Dominique TERRIER : des coups de foudre.

by Patrick Maclart

Dominique TERRIER est un vigneron qui a tourné, a voyagé. A 45 ans, il se pose dans les Corbières après avoir été victime de nombreux coups de foudre. Avec son BTA viti-oeno obtenu à Beaune, il arrive à Peyriac-de-Mer en 2000.

Dominique TERRIER est dans sa vie, sur le bon parcours. Au milieu de ses vignes et ses équidés favoris, il se peut qu’on l’entende chantonner « auprès des mes ânes, je vivais heureux… »

Mais il a commencé à travailler dans le Jura, installé avec son père sur l’exploitation familiale « On était bio depuis 1968. J’avais un peu honte à l’école de cela, car j’étais le fils du bio ! Je n’en parlais pas, on allait à contre-courant. Mon père travaillait au cheval et il a acheté un chenillard à la mort de la bête. On avait de tout petits rendements, ce n’était absolument pas rentable… » raconte Dominique avec une nostalgie toute mesurée. Mais la vigne, le vin, voilà son premier coup de foudre.

(suite…)

9 novembre 2012

à Chablis, Denis & Isabelle POMMIER : tout le fruit de leur travail.

by Patrick Maclart

Denis POMMIER, 46 ans, s’est installé en  1990 avec son épouse Isabelle. Ils démarrent avec 2 hectares qui venaient de sa tante. Ses parents ne travaillaient pas la vigne, et c’est pour lui autant une bonne chose qu’une moins bonne, « C’est bien car j’ai pu faire les vins que j’aimais, sans personne derrière moi. J’aurai pu éviter certaines erreurs, mais fort heureusement  j’en ai retiré un enseignement. » Déjà, on sent chez cet homme l’humilité autant qu’une sensibilité qu’il masque du mieux qu’il peut. Aujourd’hui, le domaine s’étend sur 15 hectares, élabore 100.000 bouteilles par an, avec un tout petit peu de vente au négoce.

aller chez Denis & Isabelle POMMIER, c’est comme aller visiter un bon cousin de province. On s’amuse, on discute, avec cette simplicité et cette sincérité qui qualifient les vrais gens de la terre. Puis on regarde l’heure, et on constate qu’on n’a pas vu le temps passer tellement on était bien. C’est ça, une visite chez les Pommier.

(suite…)

22 octobre 2012

Dégustation express : Vouvray dans tous ses états

by Patrick Maclart

J’ai organisé il y a quelque peu une dégustation de quelques bouteilles de Vouvray, achetées à la maison des vins de Loire à Tours.

Afin que la dégustation se passe sous les meilleurs auspices, les vins ont dans un premier temps reposé dans ma cave.

5 heures avant la dégustation, ils ont subi la technique du « out and in », soit que les vins ont été carafés afin de les aérer, puis remis dans leurs bouteilles.

Tous les participants, avant la dégustation.

(suite…)

15 octobre 2012

Bourgogne Wineblog à Chablis, chez Denis & Isabelle POMMIER : la vidéo !!

by Patrick Maclart

voilà un couple que j’aime beaucoup. Denis POMMIER, la quarantaine glorieuse, est à la tête de ce beau domaine qui élabore des Chablis sapides et de caractère. Isabelle, sa pétillante épouse, veille elle à que tout se passe bien dans le bureau.

Il y a déjà quelques années, Denis a pris une décision importante : convertir son domaine à la culture biologique. Nombre de maladies autour de lui, respecter son patrimoine végétal, en quelques mots ses motivations.

(suite…)

9 octobre 2012

à Barolo, Bartolo MASCARELLO, avec Maria-Teresa : tout pour la tradition du vin.

by Patrick Maclart

Maria Teresa MASCARELLO représente la 3ème génération d’un domaine où il y a tant de choses à dire, tant de choses à raconter, tant de choses à vivre. Son grand-père était le président d’une petite cave coopérative locale. C’est son père Bartolo qui créera le domaine tel qu’il est aujourd’hui. Déjà, quand on y arrive, point d’enseigne tapateuse, point de couleur criarde. Juste, dans une rue en contrebas, une sonnette avec une petite plaque en laiton pour se faire connaître, et la mamma qui monte la garde…

Maria-Teresa MASCARELLO a reçu pour héritage l’abnégation pour l’élaboration des vins de la plus haute qualité (c’est réussi), et le respect de l’héritage d’un grand homme : son père.

(suite…)

28 septembre 2012

Bourgogne Wineblog rencontre les vigneronnes de Sicile !

by Patrick Maclart

Je déteste les dégustations réservées aux femmes vigneronnes. En effet, pourquoi les femmes seraient-elles plus à même de faire du vin ? En ce qui me concerne, je les sens ni plus, ni moins capables. Simplement capables. Je me définis ainsi comme un féministe convaincu car pour moi, la femme est l’égal de l’homme, ni plus, ni moins. Quoi que la femme soit dotée de quelques rondeurs ça et là qui lui donnent tant de charme, rondeurs que j’aime tant à retrouver dans les vins par ailleurs. Cette ghettoïsation m’agace et si on continue dans cette société qui veut ABSOLUMENT opposer les deux sexes, alors que tout doit être fait pour les rapprocher, quelle sera la prochaine étape ? Les nains du vin ? Les hémorroïques du vin ? Les vins des natifs du verseau ? Mais où allons-nous ? 

Alors pourquoi donc accepter cette invitation là ? Deux raisons à cela. Tout d’abord parce qu’elle était organisée par mon excellente amie Karin MERIOT. Parfaite dans son rôle de maîtresse de maison (elle reçoit comme chez elle, du simple, du chaleureux), elle a réussi à me convaincre. Ensuite, le sujet était plus qu’intéressant. Même si je n’aime pas ces catégories à l’idée universelle que je me fais du vin, il faut reconnaître qu’il est difficile de résister à une femme italienne.

(suite…)