27 avril 2012

à Châteauneuf-du-Pape : le domaine de la Côte de l’Ange : du partage, du plaisir, du bonheur simple.

by Patrick Maclart

Yannick GASPARRI et son épouse Corinne, 43 ans tous les deux, sont installés au domaine depuis 1988. Le domaine s’appelait auparavant Jean-Claude MESTRE, qui est le père de Corinne. Au départ, Yannick ne se destinait pas à la vigne. Il était mécanicien, maçon… Et la rencontre avec la charmante Corinne changera désormais tout.

Yannick et Corinne GASPARRI donnent l’impression d’être exactement à leur place, leur bonheur est simple. Leur sens du partage de leurs vins en dit long sur leur état d’esprit, simple, joyeux et heureux. Votre visite ne sera qu’un bon moment.

Il s’est lancé dans la reprise du domaine, anticipant le départ de Jean-Claude. Il a donc suivi un BEPA agricole, et pour le reste, il a fait l’école de la vigne ! « J’ai toujours voulu m’occuper du domaine, j’allais aux vendanges, je mettais en bouteilles avec mon père. » me déclare Corinne avec tant de sincérité. « Ma mère me poussait aux études, et moi je poussais pour aller aux vignes ! ». Forcément, entre Corinne et Yannick, ce fut la rencontre qu’il fallait. Pour éviter toute confusion dans les noms avec l’arrivée de Yannick, c’est la marque du grand-père qui va donc renaître de ses cendres : le domaine de la Côte de l’Ange.

(suite…)

24 avril 2012

à Barolo, chez Silvio GRASSO : écoute et adaptabilité.

by Patrick Maclart

Le jeune Silvio GRASSO, 25 ans, représente la 4ème génération du domaine qui porte son nom, bien qu’en fait Silvio porte le même prénom que son grand-père. La propriété a été créée en 1909. Il s’agissait d’une activité multiple, avec des fruits, des noisettes, du bétail et du vin.

En 1982, Alessio Federico, le père de Silvio et actuellement aux manettes, décide avec son frère de séparer les activités. Ce dernier prendra la partie « agricole », Alessio s’occupera lui des vignes.

Alessio Federico & son fils Silvio. Le fils porte le même prénom que le fondateur, le père d’Alessio. J’aime l’Italie et son sens de la famille.

(suite…)

10 avril 2012

en Alsace : Jean-Marc BERNHARD à Katzenthal : puissance et concentration.

by Patrick Maclart

Jean-Marc BERNHARD, sous des dehors faussement bourrus, faisait déjà du bio bien avant qu’on en parlait. En effet, c’est un domaine que je suis depuis fin des années 80. Déjà, les labours, la limitation des désherbants, voire leur éradication, les levures indigènes, tout cela était déjà dans son discours.

Bon vin peut avoir enseigne. La preuve !

Frédéric, le fils, s’implique de plus en plus dans le domaine. Il souhaite carrément obtenir la labellisation en bio et le domaine de presque 10 hectares est en conversion. Frédéric pense même pousser une partie des parcelles en biodynamie.

(suite…)

29 mars 2012

Bourgogne Wineblog à Barolo, chez Silvio GRASSO, la vidéo !

by Patrick Maclart

Alessio GRASSO et son fils Silvio (le prénom du domaine vient du grand-père qui s’appellait lui aussi Silvio) élaborent des Barolo de plaisir pur. Plutôt dans un style moderne, de macération plus courte, les vins sont gorgés de fruits et de flaveurs complexes, sans pour autant renier leur origine. Une cuvée quant à elle est vinifiée dans le plus pur style traditionnel du Barolo, avec une macération de 40 jours, voyez donc !

Alessio, son épouse, son fils, toute cette famille a une qualité d’accueil et une sincérité rares… Une visite chez eux s’apparente à une visite chez des amis d’Italie… Et les prix étant raisonnables, vous repartirez forcément avec quelques cartons.

(suite…)

27 mars 2012

à San Gimignano : Montenidoli, Elisabetta FAGIUOLI : ceci est mon terroir.

by Patrick Maclart

Aller chez Montenidoli, c’est une aventure, que dis-je, une épopée… Le domaine se situe à près de 4 kilomètres de piste de la célèbre ville de San Gimignano, et je n’exagère pas ! Une fois trouvée la petite route avant le commissariat de police, il vous faudra rouler deux kilomètres sur un chemin escarpé et doté de nids d’autruches. Là, une petite flèche verte vous montrant la direction à gauche, et sobrement peinte en blanc « Montenidoli ». Vous n’êtes qu’à la moitié du périple. Continuent encore des chemins qui là grimpent… Vous allez atteindre les nuages, nenni ! Vous êtes qu’à une certaine hauteur, là où se trouve le domaine. Et si vous souhaitez aller voir le terroir unique du trias, il vous faudra affronter alors un chemin que la bataille de Verdun jalouserait, avec ses nids de ptérodactyles, et où vos vertèbres seront mises à rude épreuve. Mais c’est alors que vous toucherez avec grâce et vérité à un terroir d’exception et une vigneronne du même tonneau.

derrière ce sourire qu’elle a toujours, car elle trouve que la vie est belle, il ronronne un caractère volontaire et trempé… Ne vous y fiez pas, Elisabetta EST Montenidoli.

(suite…)

26 mars 2012

en Alsace : Jean WACH : un gentil domaine avec des vins sympas.

by Patrick Maclart

Raphaël WACH, le fils de Jean, a aujourd’hui 32 ans. Reprenant tranquillement le domaine relativement jeune (il n’existe que depuis 35 ans), c’est un homme discret et pragmatique. Tout comme son père par ailleurs. 

L’accueil est une marque de famille du domaine WACH.

J’ai toujours apprécié ce domaine tranquille, élaborant des vins de plaisir, à des prix très doux. Les amateurs de vins authentiques et non-fardés, qui ne veulent pas sacrifier leurs économies dans leur cave se doivent de découvrir cette adresse.

Le domaine s’étend sur 9 hectares et produit 30.000 bouteilles. Une partie de la production est toujours vendue au négoce. Le travail à la vigne est raisonné, et ici on aime son végétal. Raphaël a mis l’accent sur l’épamprage et le palissage. Ce dernier point permet une meilleure exposition des raisins, et de ce fait une excellente maturité; « Et pourtant, aucun cahier de charges bio ne prend ça en compte », déplore Raphaël. C’est en effet une grande carence qu’il me semble important de signaler ici.

(suite…)

15 mars 2012

à Chablis, Jean-Claude COURTAULT : mouvement perpétuel

by Patrick Maclart

A 62 ans, Jean-Claude COURTAULT déborde d’énergie, d’enthousiasme, de crédo. Pas blasé pour deux sous, pas fatigué de vivre, c’est un vrai représentant de l’optimisme. Il arrive de Touraine en 1974 d’une famille vigneronne, mais d’une exploitation toute petite. N’ayant pas sa place, il va d’abord exercer comme conseiller à la Chambre d’Agriculture du Loir-et-Cher, puis travaillera comme régisseur au domaine DELORME durant 20 ans.

à 62 ans, Jean-Claude COURTAULT est toujours dans la dynamique, le mouvement. Cette énergie est communicative, et sa fille en dispose elle aussi.

A partir de 1984, il commence à faire ses vignes; « ma motivation, c’était de créer mon identité. J’ai eu la possibilité d’acheter une vigne. Elle s’est présentée et j’ai eu 10 minutes pour me décider ! ».

(suite…)

13 mars 2012

à Barbaresco, chez Angelo GAJA : visite d’un monument.

by Patrick Maclart

Aller chez GAJA en Piémont, c’est comme aller à Lourdes quand on est catholique, ou aller sur le mont Athos quand on est orthodoxe. Quoique la visite dans cette prestigieuse propriété n’a rien de reposant. Je vous explique ci-après le pourquoi.

Bouillonnant, communiquant, talentueux, Angelo GAJA est attachant et charismatique. Après, c’est une question de goût. Son discours empreint d’un pragmatisme paysan m’a séduit.

(suite…)

6 mars 2012

à Gigondas, le domaine Saint-Damien : puissance pure, maîtrise bio.

by Patrick Maclart

Joël SAUREL, 55 ans, la moustache glorieuse, est à la tête de ce domaine depuis… toujours. C’est en effet un domaine familial. Joël est le dernier d’une famille de 7 enfants. Depuis 5 générations, la relève est assurée par l’un de ses deux enfants, Romain, qui a aujourd’hui 20 ans et assurera la sixième et suivra très probablement un DNO à Montpellier. Annie, l’épouse, s’occupe de l’administration du domaine.

Joël SAUREL est un vigneron humble en paroles mais efficace en actes. Sa conversion en bio, vu son parcours et son âge, le confirme.

(suite…)

13 février 2012

à Châteauneuf-du-Pape, Serge GRADASSI au domaine des Pères de l’Eglise : la partie cuve élémentaire.

by Patrick Maclart

Michel BLANC, directeur de l’interprofession des vins de Châteauneuf-du-Pape, m’avait convié lors du dernier Vinexpo à une dégustation à l’aveugle des vins rouges de cette appellation en millésime 2010, qui était en cours d’élevage. Une bouteille m’a plu par son harmonie et sa gourmandise. Un homme à côté, écoutait avec silence et attention les commentaires que je relatais alors. Lorsque je demandais « Qui a donc élaboré ce vin ? », il me répondit par l’affirmative; c’était lui. C’était mon premier contact avec Serge GRADASSI.

Serge GRADASSI, 44 ans et rugbyman à ses heures, est à la tête avec son frère Jean-Paul d’un beau domaine de 20 hectares dont 17 en Châteauneuf-du-Pape (l’essentiel des parcelles sur Coste Froide, le Moulin et Grand Pierre). Ces deux hommes tiennent les rênes depuis l’an 2000.

Serge GRADASSI est non seulement un type bien, mais il élabore avec son frère des vins sincères, gourmands, sapides. Un domaine qu'il faut impérativement connaître si on aime à être rusés dans ses achats de vins...

(suite…)

Pages :«123456»