14 mai 2018

à Marie-Galante, la rhumerie BIELLE : oh la bielle vie !!

by Patrick Maclart

Aller à Marie-Galante, c’est un rêve pour certains. Tant pour les amateurs de tourisme encore « calme » que pour les amateurs de rhums. Et vous aurez vite compris que le sujet de mon article concerne plus le deuxième aspect de la chose, même si le motif premier était bien sûr les vacances.

Mais il faut aussi se rendre compte que pour aller à Marie-Galante, c’est un périple. Il faut d’abord atteindre l’aéroport, puis le port de Pointe-à-Pitre, où éviter de se faire arnaquer par les taxis locaux, balèzes en matière pour vous pigeonner au possible. Enfin prendre le bateau pour une sublime traversée idyllique sur une mer aux remous turquoise et au ciel étouffant de beauté.

(suite…)

25 avril 2018

Bourgogne Wineblog à Barbaresco, chez Teobaldo RIVELLA : le temps n’y a aucun impact.

by Patrick Maclart

Teobaldo RIVELLA, 69 ans a une vigueur de jouvenceau, une forme olympique, tant physique qu’intellectuelle. La visite de son vignoble bien pentu et valloné, il l’a faite en tête ! Bien que représentant la cinquième génération, il est le premier de la lignée à mettre sa production en bouteilles.

dans sa vigne, il est chez lui, c’est une évidence. Et pas question d’y introduire des produits douteux ou malfaisants. La vigne est travaillée comme un jardin. Et les kakis poussent entre les fleurs sauvages, le tout couronné du vol des oiseaux qui s’en donnent à cœur joie. On y est bien.

Il travaille sa vigne ainsi depuis des années, et comme travaillait ses anciens… « On a essayé les produits chimiques dans les années 80, comme ça, pour voir. On a mis un désherbant et un produit mystérieux qui n’inspirait pas confiance. On a arrêté de suite » me dit Teobaldo avec ce bon sens terrien qui n’appartient qu’aux hommes de là-bas. On est dans le naturel, l’authentique, le vrai. La visite de son vignoble pentu permet de comprendre directement le travail ô combien terrien de ce terroir d’exception, orienté sud-ouest et sud-est, soit 2 parcelles avec des sarments beaux et vigoureux. Le sol souple et aéré malgré un millésime 2016 délicat et difficile; « le mildiou a été contenu cette année par des traitements au soufre et au cuivre, comme d’habitude. Je ne travaille rien d’autre » dit Teobaldo avec tellement de sincérité.

(suite…)

4 décembre 2017

à Montagne Saint-Emilion : château BEAUSEJOUR, Pierre BERNAULT : patience d’un terroir

by Patrick Maclart

Pierre BERNAULT, 58 ans, est à la tête du domaine depuis l’acquisition en 2005… « je suis fils de paysan. Mes parents avaient une ferme dans l’Ariège. J’y travaillais avec plaisir et dès que mes pieds sont parvenus à toucher les pédales du tracteur, j’ai commencé à travailler dessus. Acheter Beauséjour, c’était un retour à la terre. C’était ça qui était essentiel » me raconte Pierre. Travaillant chez Microsoft, le patron Bill Gates bombardait (sic) ses bons éléments d’actions. Quand le cours a été favorable, il a quitté son travail tout d’abord pour élever son enfant, prenant un congé parental, puis pour élever ses vins.

Pierre a su créer la patience de son terroir. Il détient désormais la clé des émotions.

Au bout de deux ans, en pleine réflexion intense, s’interrogeant sur son avenir, il décide de se lancer dans cette aventure… « on allait en vacances à l’océan, pas si loin. La Gironde semblait être une évidence pour m’installer comme vigneron. L’accueil par mes futurs collègues a aussi bien été malveillant qu’à bras ouverts ; là il n’y a rien de particulier. Je pense que c’est toujours comme ça » me dit Pierre avec ce ton de sagesse qui le caractérise, laissant plus transparaître ses émotions que les banalités de la vie.

(suite…)

6 juillet 2017

Bourgogne Wineblog déguste les vins « nature » du Piémont à Paris !

by Patrick Maclart

Il y a quelques temps, j’ai été convié à une bien jolie dégustation de vins « nature » italiens. Il est indispensable de remercier ici Florence ANDRIEU de l’agence BALPOP, ainsi que toute son équipe, pour la qualité de l’organisation et de l’accueil. Tout a été fait en toute simplicité et convivialité.

BON, UN NATURE, C’EST QUOI ?

Il y a quelques années, c’était avant tout un sujet de polémiques sur les réseaux sociaux. Quand les vins nature sont apparus, une flopée de défenseurs invétérés sont montés au créneau, créant à foison des blogs spécialisés en la matière, mais aussi autant de détracteurs hélas. Malheur à celui qui les critiquait, il risquait dans le meilleur de perdre plein « d’amis », et dans le pire des cas l’écartèlement sur place publique. J’exagère un tantinet, mais on n’en était pas loin. J’en ai fait l’amère expérience en « osant » critiquer une dégustation de vins nature du Beaujolais, estimant que les vins n’étaient pas au top. Un commentaire cinglant d’une blogueuse avait été assez net en écrivant, je cite : « si c’est comme ça, tu n’as rien à faire dans le Beaujolais, rentre chez toi ». Avouez que c’est bien épicé !

(suite…)

18 mars 2014

à Châteauneuf-du-Pape, au domaine de la Millière, Michel ARNAUD : une volonté sans cri et sans heurt

by Patrick Maclart

Michel ARNAUD, 52 ans, est à la tête du domaine depuis 1991. Il est toutefois vigneron avec son père Aimé depuis 1983. Il décide de créer son domaine avec son père pour créer la structure actuelle justement en 1991, avec les vignes qu’il avait achetées et celles de son père.

Michel ARNAUD, un homme simple et sincère, qui sourit à la vie. Sa volonté est pragmatique, un vrai sens paysan en quelque sorte.

Michel ARNAUD, un homme simple et sincère, qui sourit à la vie. Sa volonté est pragmatique, un vrai sens paysan en quelque sorte.

Il s’étend donc sur une vingtaine d’hectares. L’étymologie du nom du domaine vient des années 30. Le grand-père de Michel, Fernand, découvre en déboisant une forêt une borne « millière », ces fameuses bornes que les Romains avaient placé tous les miles sur leurs voies.

(suite…)

20 décembre 2013

VINEXPO 2013 : Bourgogne Wineblog déguste les Vino Nobile di Montepulciano !!

by Patrick Maclart

Dans le cadre de Vinexpo 2013, je fus invité par le Consorzio del Vino Nobile di Montepulciano à découvrir la production présente sur ce salon mondial. Je profite par ailleurs pour remercier Thomas FRANCIONI, manager des évènements, pour sa disponibilité, et Franco IGNIESTI du service de promotion pour la région Toscane pour sa présence constamment indispensable.

DSC02860

Cette appellation au centre-est de la Toscane élabore des vins de bonne réputation, mais qu’en a-t-il été lors de la dégustation ? Vous le découvrirez dans mes notes ci-dessous.

(suite…)

20 novembre 2013

à Châteauneuf-du-Pape, le domaine BENEDETTI, Christian BENEDETTI : un certain bio-rythme…

by Patrick Maclart

Lors d’un de mes nombreux périples en terre châteauneuvoise, l’adresse de ce vigneron m’avait été chuchotée, me parlant d’un vigneron simple aux vins de haut niveau. Ma rencontre avec Christian m’étonnera longtemps, avec cet homme à l’esprit vif, mais capable lorsqu’il se retrouve dans son vignoble de parler à ses vignes, à ses vins, et où le silence semble tellement plus important que les paroles.

Christian BENEDETTI, 56 ans, est installé au domaine depuis 1998. Auparavant, il était licencié en droit, chef comptable, et c’est son père qui travaillait les vignes et vendait les raisins à la coopérative.

bien qu'excellent gestionnaire par sa formation, Christian BENEDETTI est aussi un paysan, bien dans sa vigne, où il écoute le vent parler...

bien qu’excellent gestionnaire par sa formation, Christian BENEDETTI est aussi un paysan, bien dans sa vigne, où il écoute le vent parler…

Mais les origines des vignes viennent du grand-père de Christian, venu d’Italie et marié à une fille Petit. Bien que travaillant à l’usine, les conduisait en même temps jusque 10 hectares ! Le courage est, je l’ai ressenti lors de ma visite au domaine, une marque de fabrique de la famille.

(suite…)

18 septembre 2013

Bourgogne Wineblog à Barbaresco, chez ROAGNA avec Luca ROAGNA : de la famille des sauvages.

by Patrick Maclart

Luca ROAGNA représente à 31 ans la 5ème génération du style traditionnel de Barbaresco, car la famille a toujours été ici. Jeune, enthousiaste, il est réellement passionné par sa vision de la culture de la vigne, qu’il communique à l’envi… « On n’intervient le moins possible, et le paradoxe, c’est qu’on est très occupés ! » me dit Luca dans un sourire doucement rêveur qui ne le quitte presque jamais.

Luca ROAGNA est à 31 ans l’un des plus beaux talents du Piémont. Ses vignes sont probablement les plus étonnantes que je n’ai jamais visitées, car rien, à part la taille, n’est fait dans ce vignoble. Et le sol y est souple… On y trouve variété d’herbes et de végétaux. Tout bonnement incroyable.

Cette contradiction explique pourtant bien la volonté de travail du domaine, amener le vin à son expression pure de terroir, sans le dévier, mais en faisant tout pour l’amener à ce résultat. Son parcours scolaire passe par l’école du vin d’Alba, et il continue encore ses études à l’école oenologique de Turin.

(suite…)

5 juillet 2013

à Barbaresco, chez ROAGNA, avec Luca ROAGNA, la vidéo !!

by Patrick Maclart

Le travail a la vigne chez les ROAGNA est vraiment hors norme, et m’a bluffé, époustouflé. En fait, rien ne semble fait, les herbes sont hautes, aucune intervention visible… Mais ce n’est qu’une apparence; « Assurer l’équilibre du vignoble, c’est un travail de tous les instants. En plus, chaque plante est personnelle. Nous refusons la sélection clonale. Imagine qu’on multiplie un plant qui paraît bon et vigoureux, mais qu’en fait il est sensible à une maladie, ça devient une épidémie »

C’est en ces termes que Luca ROAGNA, 31 ans, me présente son domaine de 11 hectares. Au village, on les appelle « les sauvages », de par leur refus à utiliser tout produit intrant, toute chimie, et toute intervention dans les vignes. Et leurs vins sont simplement aussi naturels qu’eux.

(suite…)

14 juin 2013

à Florence, Chianti Classico Collection : dégustation des Riserva 2008 et 2007

by Patrick Maclart

Il y a quelque temps, j’étais à Florence pour la grande dégustation annuelle appelée « Chianti Classico Collection 2013 ». Cette manifestation en est à sa dixième édition. Amoureux de l’Italie et du sangiovese, il me semblait important de vous relater de manière totalement objective l’ensemble des vins dégustés.

Je tiens par la présente à remercier Claudia MARINELLI, secrétaire nationale de la FISAR, pour son intervention auprès des autorités du Consorzio. En effet, malgré des demandes répétées, une confirmation écrite par mail, mon badge n’avait pas été officialisé. Encore un bel exemple d’organisation qui ne va pas changer la réputation de nos amis Transalpins. Toutefois, tout est entré dans l’ordre et la dégustation a pu avoir lieu.

(suite…)

Pages :123456»