14 décembre 2011

à Pommard, le domaine PARENT : mo-nu-men-tal !!

by Patrick Maclart

C’est un domaine emblématique de la côte de Beaune, et de toute la Bourgogne. L’histoire a illuminé ce domaine, et vice versa. Au XVIIIème siècle, Etienne PARENT, tonnelier de son état, a été le guide burgonde de Benjamin Franklin, qui deviendra Ambassadeur des USA en France, entre autres. Ce dernier par ailleurs fera connaissance sans le savoir avec le phylloxera. En effet, les pieds de vigne qu’il avait apportés de Burgondie afin de les replanter dans sa propriété de Monticello en Virginie mourraient tous mystérieusement après quelques années…

Ce sont aujourd’hui les deux filles, Catherine et Anne PARENT, qui sont aux commandes de ce patrimoine de 10 hectares, parmi les plus beaux crus de la côte. Repris en 1998, ces deux dames possèdent pour moi la trinité bourguignonne : la volonté, la discrétion et la qualité de l’accueil.

Anne PARENT est un monument de volonté et d’énergie. En plus du talent, elle a compris que parler de son vin était essentiel. Je ne vais pas vous le cacher : je l’adore.

(suite…)

28 novembre 2011

à Gevrey-Chambertin : Frédéric ESMONIN : finesse et discrétion

by Patrick Maclart

Frédéric ESMONIN, 45 ans, est à la tête du domaine depuis 1988. Ayant commencé son BTS viti-oeno à Beaune, un accident le poussera à modifier une carrière de vigneron qui se profilait. Il commencera donc comme négociant, avec pour principal client son père qui lui vendait ses vins.

Il a aujourd’hui repris une partie des vignes paternelles, créé une société civile en 2003, mais continue surtout son boulot de négociant qui représente une partie conséquente de son activité. Ses approvisionnements sont variables, mais surtout en appellations régionales, où le marché est important.

on sent chez Frédéric ESMONIN comme chez son père, de la gentillesse sincère, et du bon sens. Des gens qui n’ont aucune prétention, sauf celle d’élaborer le meilleur vin possible.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN millésime 2010 : humeurs et analyses

by Patrick Maclart

Le syndicat de Gevrey-Chambertin est non seulement courageux ou audacieux, il est aussi intransigeant. Les récents travaux de la maison BOISSET sur le clos Prieur a fait réagir cette autorité. Elle n’y est pas allée par quatre chemins, en menaçant (on va plutôt parler de promesses vu leur détermination) de retirer l’AOC premier cru à la maison de négoce.

Pareil pour la dégustation « primeur » du millésime 2010. Il y a quelques mois, à l’unanimité des voix, les défenseurs de l’appellation pronaient la dégustation primeur en novembre au lieu de l’habituel mois de mars; une fois les malos finies et la prise de bois digérée. Non seulement Bourgogne Wineblog et votre serviteur étaient le premier média mondial à vous le relater, mais prenaient aussi clairement position dans ce sens.

C’est donc tout naturellement que je me rendais à la dégustation des Gevrey 2010. Le syndicat ne nous avait pas pris pour des saucisses, et avait choisi le cadre prestigieux de l’Hôtel de la Poste à Beaune. Organiser cette manifestation dans la « capitale » des vins de Bourgogne (fortement contestée par Dijon et Nuits saint-Georges), et voir des Nuitons à Beaune, ce n’est pas courant, en tout cas pour une dégustation.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010, dégustation des Grands Crus : l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010 : dégustation des 1ers crus, l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

 

(suite…)

22 novembre 2011

GEVREY-CHAMBERTIN 2010 : dégustation des village, l’intégrale

by Patrick Maclart

L’ensemble des vins présents a été dégusté. Comme à mon habitude, j’ai dégusté d’abord le vin, puis j’ai regardé l’étiquette. Ma cotation part de « ** » (très moyen) à « ***** » (exceptionnel). Les vins sous la note de deux étoiles ne sont pas repris.

La dégustation avait lieu dans le cadre prestigieux de l’hôtel de la Poste à Beaune. Les conditions étaient parfaites, avec les vins à bonne température, et des verres (de qualité) et crachoirs à profusion. Bravo à l’organisation.

(suite…)

16 novembre 2011

à Pommard : Jean-Marc BOILLOT : l’humble sourire.

by Patrick Maclart

Une dégustation au domaine Jean-Marc BOILLOT, c’est avant tout un grand plaisir. Les vins y sont aromatiques, intenses, riches et profonds, mais sont aussi conformes à leur terroir. Ensuite, c’est la personnalité de Jean-Marc, pas bavard pour deux sous, mais tellement habité par son travail, son crédo. Puis sa fille Lydie, tout aussi discrète, tout aussi impliquée. Et on trouve chez ces deux là un même regard, dans la même direction… Cette direction : le meilleur des vignes.

Jean-Marc BOILLOT et sa fille Lydie. Les deux ont appris que le silence était parfois bien plus parlant que les mots.

(suite…)

28 septembre 2011

à Gamay Saint-Aubin : domaine Jean-Claude BACHELET : sorciers du chardonnay

by Patrick Maclart

J’ai découvert ce domaine, dont l’origine remonte au XVIIIème siècle, au milieu des années 90; il n’est jamais trop tard pour bien faire. Jean-Claude, le père, recevait toujours avec gentillesse et surtout énormément d’humilité. Je trouvais chez cet homme des paroles sobres et justes, et lorsque je lui demandais : « alors, Monsieur Bachelet, c’est quoi votre truc pour faire ces vins aussi intenses ? », il répondait vaguement, ou par des évidences, comme si tout cela somme toute était normal.

Jean-Baptiste et Benoît sont aujourd’hui à la tête du domaine. Et bon sang ne saurait mentir, ils ressemblent tous les deux à leurs parents, car n’oublions pas la maman qui a aussi son rôle.

gentils, humbles, sensés, les frères Bachelet (Jean-Baptiste à gauche, Benoît à droite) ont bien des qualités humaines.

(suite…)

16 septembre 2011

à Beaune, le domaine Albert MOROT : Geoffroy CHOPPIN : Beaune aventure.

by Patrick Maclart

Geoffroy CHOPPIN de JANVRY est à la tête de ce beau domaine de 8 hectares. 44 ans bien sonnés, il travaillait tranquillement dans le secteur alimentaire comme acheteur.

Toutefois, étant revenu au domaine pour des vendanges chez sa tante Françoise CHOPPIN (un sacré personnage !), il s’intéresse un peu au vignoble, puis un peu plus… Sa tante a décidé : c’est Geoffroy qui reprendra le vignoble.

Sous des dehors réservés, Geoffroy tente de cacher l’immense passion des vignes qu’il travaille, et de la joie de vivre qui l’anime.

(suite…)

12 septembre 2011

à Marsannay : Sylvain PATAILLE : une trajectoire de vie.

by Patrick Maclart

Rarement dans mes dégustations j’ai rencontré des vignerons autant pétris par leur métier. Sylvain PATAILLE fait partie de ceux-là. A 35 ans, il donne l’impression d’être exactement sur sa bonne trajectoire de vie. « C’est un métier magique, me raconte-t-il, depuis tout gamin j’avais envie d’être vigneron » déclare avec passion et engouement notre ami vigneron.

Affable, passionné, généreux en paroles et en actes, voilà en quelques mots le portrait brossé de l’ami Sylvain PATAILLE (quand je dis « brossé », c’est une image, rien à voir avec sa coiffure !)

Avec un BTA viti-oeno obtenu à Beaune, puis un BTS dans la même institution, et last but not least un  DNO s’il vous plait à Bordeaux, il démarre comme œnologue-conseil dans un labo où ses compétences sont appréciées durant 4 ans. Mais le rêve de créer son vin le titille, et ce n’est pas évident, vu le prix du foncier. C’est un heureux concours de circonstances qui va le mettre sur la trajectoire et lui permettre d’avoir son premier hectare de vignes en 1999. Mais c’est vraiment en 2001 qu’il sera installé.

(suite…)